Critiques      Review Pilot     

Review Pilot – She-hulk : on continue ou pas ?

Une série d’avocats à la sauce superhéros, ça vous dit ? Ne cherchez pas plus loin, She-hulk est là ! Que vaut le premier épisode de ce nouveau projet Marvel qui s’annonce décalé ? La rédaction vous donne sa réponse ci-dessous.

Si on a l’habitude de voir nos superhéros Marvel préférés sauter de buildings en buildings à New York, l’épisode 1 de She-Hulk nous dépayse dès les premières minutes. Direction Los Angeles et le Mexique !

Avec son format presque de sitcom et son petit côté décalé, on sait que la série est une comédie, d’aventure certes, mais une comédie quand même ! Briser le quatrième mur est une mission délicate, un défi que cet épisode pilot réussit avec brio. Ce nouveau ton risque d’en décontenancer plus d’un, mais les fans de comics ne devraient pas y trouver trop à y redire, car c’est un stratagème narratif déjà bien utilisé par d’autres personnages comme Deadpool.

Malgré les blagues qui fusent entre Jennifer (l’excellente Tatiana Maslany) et son cousin (Mark Ruffalo), la série aborde déjà des sujets importants comme la misogynie et les violences sexistes. Oui, la version Hulk de Jen est plus avancée que celle de Bruce car elle a dû contenir ses émotions toute sa vie. Parler de harcèlement sexuel aussi franchement est même surprenant pour un projet Marvel, mais plaisant. On sent que la nouvelle génération est là et les scènes de solidarité féminine, sous couvert d’humour, font mouche.

Les origines de Jen sont légèrement différentes de celles des bandes dessinées et un peu accélérées, mais le résultat reste le même : un accident, un mélange de sang aux rayons gamma et la voilà géante et verte. L’épisode 1 de She-hulk réussit à lier un nouvel univers à celui que l’on connaît déjà en évoquant parfois avec humour, parfois avec nostalgie, les grands héros qui nous ont quittés comme Tony Stark et Steve Rogers (restez jusqu’à la fin du générique !).

Si les effets spéciaux ont parfois encore l’air brouillons, le tout est tout de même plus soigné que dans la bande-annonce et on se surprend finalement à oublier ce côté, bien qu’important, de la série. L’épisode passe bien vite et on comprend qu’il a la lourde tâche de présenter un personnage méconnu en trente minutes, quand d’autres héros ont eu plusieurs films pour se dévoiler. Des petites graines d’intrigues sont plantées : quel était donc ce vaisseau spatial ? Et qui est la méchante (Jameela Jamil) qui est apparue au tribunal ? Le mystère reste entier jusqu’au prochain épisode !

Cet épisode pilot est une introduction bien menée : un ton sympathique, un rythme calibré et des thèmes d’actualité. À la rédaction on a hâte de voir comment Jennifer va trouver un équilibre entre sa vie de Hulk et de super avocate ! On continue avec plaisir.

Lire plus d'articles sur : Marvel's She-Hulk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires

Maëva Catalano

le 21 août 2022 à 13h22

Lire ses articles

Bonjour Jalladaud,
Nous pouvons soupçonner que Jen ait toutes les qualités du Hulk de son cousin sans les défauts sans pourtant en être sûr·es. Il ne s’agit que du premier épisode, et nous imaginons que l’héroïne a encore beaucoup à apprendre d’ici la fin de la saison !
Nous avons sans doute raté la scène où il était stipulé que les femmes étaient supérieures aux hommes ?
Nous espérons que vous apprécierez la suite de la série !

JALLADAUD

le 19 août 2022 à 21h26

J’ai vu le 1er épisode et je suis assez déçu, n’en déplaise au rédacteur de l’article.
Le faite qu’elle maîtrise mieux ces émotions que son cousin (rappelons que Baner a fui toute sa vie l’armée… et qu’on situe ce stresse là à un nouveau de stresse inférieur à des sifflements provocateurs de néandertaliens, ca me dérange) mais je peux quand même facilement admettre que les femmes lambdas gèrent certainement mieux leurs émotions que les hommes lambdas.
Le hic qui m’a agacé c’est que, malgré que Bruce et Jen possèdent les mêmes “gènes” (ils sont cousins et Baner explique que les rayons gamma n’ont pas tué sa cousine grâce à leur gènes rares qu’ils ont en commun) cette SheHulk n’est pas juste un Hulk féminin mais elle est un Hulk carrément amélioré. Toutes ses qualités et aucune de ses faiblesses.
Du wokisme féministe totalitaire dans toute sa splendeur.
J’ai 3 sœurs, je peux le dire, les hommes ne sont pas mieux que les femmes, les femmes ne sont pas mieux que les hommes, nous sommes complémentaires.
Je suis pour un féminisme égalitaire ou l’homme et la femme maximise la société en apportant chacun ses points forts pour combler les points faible de l’autre, et c’est pas ce que présente Disney dans le pilote de SheHulk.
J’espère mieux pour la suite de la série.