Bilan de saison      Critiques     

Moon Knight : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

La saison 1 de Moon Knight vient de se terminer et il est temps pour nous de décortiquer cette nouvelle série Marvel sous fond de magie, d’Égypte et de nouveaux horizons. Ces premiers épisodes ont-ils rempli leur promesse ? La rédaction vous donne sa réponse.

Voir les content warnings
SPOILERS ALERT :
Cet article contient des éléments importants de l'intrigue.
  • Un nouveau tournant

steven grant double miroir marc spector

© Disney + / Moon Knight

Moon Knight confirme ce que l’on pressentait : Marvel se dirige doucement, mais sûrement vers une phase 4 tournée vers la magie, l’horreur et les sujets liés à la santé mentale. À chaque série et film (en partant de WandaVision au dernier Doctor Strange : Multiverse of Madness), l’Univers Cinématique Marvel (MCU, NDLR.) se fait moins enfantin, plus endigué dans les traumas des personnages et des faits de société. Certes, l’humour est toujours présent et tout n’est pas que souffrance : on évolue avec les héros dans les bons comme dans les (très) mauvais moments.

Les aventures de Steven Grant et Marc Spector (Oscar Isaac) ne dérogent pas à cette règle. Si on pense au début accompagner un vendeur de boutique de souvenirs un brin fan d’égyptologie, on se retrouve bien vite à digérer une mort infantile, des violences sur enfant et tout un traumatisme lié à la religion. Si le judaïsme est bien moins creusé dans cette adaptation que dans les comics, la foi de Marc fait partie intégrante de son identité.

Les projets de Marvel Studios rassemblent petits et grands depuis plus d’une décennie à présent. Le tournant amorcé par les premières séries Disney + en 2021 prend en vitesse cette année. Le récit est plus adulte, plus humain. On y parle de trouble dissociatif de l’identité (ou trouble de la personnalité multiple) sans jugement et préjugés. L’attrait pour le mystique se fait plus fort encore. La grande réussite de Moon Knight dans cette saison 1 est d’avoir réussi à mener son histoire de bout en bout sans l’aide d’autres héros Marvel.

Tous les personnages sont nouveaux et les acteur•ices, bien que connu•es du public, débarquent dans l’écurie Marvel. C’est une bouffée d’air frais de se concentrer seulement sur l’intrigue principale sans se soucier (ou espérer) un énième cameo (apparition surprise, NDLR.) ou un rattachement avec les autres superhéros de la franchise.

  • Un esthétisme plaisant

moon knight ciel steven layla khonshu episode 4 saison 1

© Disney + / Moon Knight

Les deux premiers épisodes de cette saison 1 sont excellents ; à la fois immersifs, intrigants, et presque étouffants. Tout comme Steven, on s’y perd et on se rattache comme on peut aux indices disséminés par les scénaristes. Néanmoins, la tension retombe légèrement à partir de l’épisode 3, pour laisser place à un sens de l’esthétique poussé.

La bande-son est de qualité (poussée par le réalisateur égyptien Mohamed Diab), et on échappe enfin au fameux filtre jaune hollywoodien, malheureusement bien trop présents dans certains projets dont l’action se déroule au Moyen-Orient. Si le rythme de la série perd un peu en vitesse, le souci du détail et les décors aussi dépaysants qu’authentiques remontent le niveau.

Les effets spéciaux ne sont pas parfaits, mais prennent en réalisme pour les dieux égyptiens, Konsou (Khonshu en VO, NDLR) et Âmmout (Ammit) en tête. Si le costume animé de Steven/Marc ne plaira pas à tout le monde, celui de Layla (May Calamawy), a un petit air de Wonder Woman, un croisement entre une amazone égyptienne et le Faucon. Un beau petit scarabée qui en séduira plus d’un !

Mention spéciale pour les multiples apparitions de Steven et Marc. Entre les jeux de miroir et tout le travail effectué sur leur dédoublement et leur osmose en fin de saison, il est parfois difficile de se souvenir qu’Oscar Isaac n’est qu’un seul homme et qu’il devrait être seul à l’écran.

  • Une surprise ? Quelle surprise ?

moon knight tenue de costume chevalier steven saison 1

© Disney + / Moon Knight

 

Ce qui pêche néanmoins dans cette première saison de Moon Knight, ce sont les rebondissements un poil prévisibles. Passé la surprise et l’instabilité des deux premiers épisodes, le dénouement de la série est assez entendu (et attendu.) Il est facile de comprendre que Steven est le « parasite » de Marc, et non l’inverse. On nous laisse présager une troisième personnalité (entre les dialogues, les petits détails comme l’accent ou encore la redondance de symboles de trinité dans le générique), il est donc naturel de la voir enfin apparaître dans les dernières minutes de la saison 1.

De plus, le retour au début, comme une boucle, brouille une nouvelle fois les pistes : qu’est-ce qui est réel ? Qu’est-ce qui fait partie de l’inconscient de Marc ? Est-ce que tout s’est déroulé dans son esprit ? Sent(ent)-il(s) enfin la présence de ce fameux Jack dans son sommeil ?

Heureusement, l’interprétation des personnages est toujours très juste. Le duo Oscar Isaac/Ethan Hawk (Arthur Harrow) est très bien mené et le personnage de Layla apporte un changement de dynamique entre les diverses personnalités de Marc sans devenir une demoiselle en détresse classique.

Si une suite n’a pas encore été annoncée, à la rédaction, nous avons très peu de doutes sur l’avenir de Moon Knight. Après une saison 1 si réussie, bien qu’imparfaite, il serait dommage de ne pas continuer sur cette voie ! De plus, si le dernier épisode a d’abord été annoncé comme « final de la série », Disney + a rapidement changé son discours pour un « final de la saison. » Les dieux égyptiens à la sauce Marvel n’ont pas fini de nous piéger, et Steven/Marc non plus !

Notre note :

Lire plus d'articles sur : Moon Knight

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.