Bilan de saison      Critiques     

Plan de carrière (Partner Track) l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

Plan de carrière (Partner Track en VO) c’est une série toute douce en dix épisodes qui vous embarque dans le rythme effréné de New York. Prêt·es ?

Voir les content warnings
SPOILERS ALERT :
Cet article contient des éléments importants de l'intrigue.

Inspirée du roman éponyme écrit par Helen Wan, Partner Track (Plan de carrière en VF) rencontre l’histoire de l’avocate Ingrid Yun (Arden Cho, vue dans Teen Wolf) dans un cabinet juridique. Elle retrouve Murphy (Dom Sherwood, Shadowhunters) son aventure d’un soir six ans auparavant. Amateur·e des tropes rivals to lovers (rivaux à amants) et autres office romance (histoire d’amour au bureau) ? Découvrons si la série est faite pour vous !

  • Une série légère

murphy dan avocat partner track bureau sexisme plan de carrière

© Netflix / Partner Track 

Dès les premières minutes, le ton est donné : Plan de carrière s’annonce être le nouveau The Bold Type ou Sex and the City à la sauce Netflix. À la rédaction, on se risquerait même à dire que c’est l’Emily in Paris façon New York : un personnage principal un peu empoté, mais qui veut bien faire, un monde du travail omniprésent et des relations amoureuses aussi mélangées que non professionnelles.

En effet, Partner Track réunit les ingrédients de la comédie romantique des plus lambda que le géant du streaming affectionne : beaucoup de clichés et une fausse diversité. On a parfois l’impression que les boîtes de production cherchent à cocher des cases juste pour les cocher, en réunissant plusieurs minorités en un seul personnage, comme Tyler (Bradley Gibson, vu dans Power Book II : Ghost) le meilleur ami noir et gay.

Heureusement, d’autres élèvements relèvent le tout, comme la pimpante Rachel (Alexandra Turshen, un mélange mesuré entre Samantha et Miranda de Sexy and the City) et les affaires du cabinet Parsons Valentine que nous suivons en détail. On se rend vite compte que la compétition est féroce, qu’Ingrid est utilisée par son boss et que le beau minois de Jeff Murphy n’est peut-être pas suffisant pour nous faire tourner la tête.

  • Plus profond qu’il n’y paraît ?

fin de saison rachel ingrid plan de carrière calin netflix

© Netflix / Partner Track 

Là où Plan de carrière tire son épingle du jeu, c’est comment elle traite de sujets de société. Derrière les premiers dialogues un peu creux, on s’attaque au centre du problème : le racisme et le sexisme en tête dans une structure rigide et un système qui est construit pour que les hommes puissants restent au pouvoir.

Chacun de leur manière, les trois héros principaux sont confrontés à l’injustice et au harcèlement au travail. Rachel en tant que femme, punie pour avoir une sexualité alors que son partenaire, fils d’un dirigeant, n’aura aucune réprimande quand leur aventure s’ébruite. Ingrid, en tant que femme racisée, utilisée comme promotion d’une fausse inclusivité de par ses origines asiatiques. Et enfin Tyler, en tant qu’homme noir et gay que la firme est bien contente de parader avant de le faire taire quand il dénonce le racisme qui pourrit l’entreprise et l’empêche de gravir les échelons.

Ces storylines sont aussi réalistes que rageantes et encore assez inédites dans une série de ce genre. On s’étonne de la (non) évolution de Dan Fallon (Noah Gerard Funk, Awkward, Glee) en parfait homme riche et blanc, qui ne remet jamais ses actions en tête. Au départ, on pense que c’est un homme alpha lambda qu’on a jamais recadré, mais petit à petit toutes les excuses sont épuisées et on est forcées de reconnaître qu’il s’en sortira toujours grâce à son statut. C’est injuste, mais c’est vrai.

De cette manière, Partner Track développe d’autres points importants comme l’entraide féminine et entre membres de minorités, le poids de l’ambition et de la pression extérieure, surtout quand on est enfant d’immigrés. Le côté familial d’Ingrid est très bien amené, entre authenticité coréenne et attente toujours plus élevée des parents face à leurs sacrifices.

  • L’hécatombe des love interests

nick et ingrid dans la cuisine partner track

© Netflix / Partner Track 

Le point noir de la série finalement, ce sont en réalité les relations amoureuses d’Ingrid. Elles sont omniprésentes, convenues et bien souvent peu intéressantes. On sait d’avance avec qui elle finira (quoiqu’on nous réserve une surprise sur le dernier épisode.)

D’un côté des prétendants, nous avons Nick (Rob Heaps), le millionnaire au grand cœur parfait, déconstruit d’une manière surprenante. Beau, riche, féministe, gentil et attentionné ? Comment est-il encore célibataire ? Sans doute parce qu’il se montre trop parfait et étouffant ? Dès le début de leur relation, il noie Ingrid sous les cadeaux et la demande en mariage alors qu’elle ne lui a jamais rendu son “je t’aime”…

De l’autre, on retrouve Jeff Murphy, le petit avocat aux dents longues et au charme londonien. On lui pardonne son ambition quand on comprend son passé, mais son attitude qui souffle le chaud et le froid nous laisse de marbre. Quand on s’ouvre enfin à lui, on découvre la trahison et ça fait encore plus mal.

Heureusement il y a un autre participant secret et un peu plus intéressant. Zi-Xin Min, dit “Z” (Desmond Chiam), le grand chevalier de l’écoresponsabilité et ancien client d’Ingrid. Si rien n’est fait dans la saison 1, on sent que les scénaristes préparent une saison 2 avec un nouveau héros…

Même si on doute que la série soit renouvelée vu le manque de promotion de Netflix, on espère tout de même suivre la suite des aventures d’Ingrid, Rachel et Tyler car on s’est attaché à ce groupe d’avocats imparfaits. Plan de carrière est une excellente surprise sans prise de tête, parfaite pour regarder d’une traite le week-end !

Notre note :

Lire plus d'articles sur : Partner Track

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.