Bilan de saison      Critiques     

Les 7 vies de Léa : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

Après Marianne, Plan Coeur ou encore Mortel, que vaut Les 7 vies de Léa, cette nouvelle série originale française Netflix sortie sur la plateforme de streaming le 28 avril dernier ? Elle raconte l’histoire de Léa (Raïka Hazanavicius), une adolescente perdue dans sa vie qui découvre le squelette d’un jeune homme assassiné 30 ans plus tôt ; toutes les nuits, elle se réincarne dans le corps d’un de ses proches 30 ans plus tôt et essaie d’éviter l’assasinat d’Ismaël (Khalil Ben Gharbia). Voici l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

Voir les content warnings
SPOILERS ALERT :
Cet article contient des éléments importants de l'intrigue.
  • Une narration dynamique

Les 7 vies de LéaL’histoire de Les 7 vies de Léa parait bateau : celle d’une adolescente qui essaie d’éviter un meurtre en se réincarnant dans des corps au moment des faits et pourtant, la série originale française Netflix arrive à tirer son épingle du jeu. Pourquoi ? Car au lieu de faire comme ce genre d’histoire le fait souvent (revivre tous les jours la même journée par exemple), elle le fait différemment. Léa n’est pas bloquée dans une boucle temporelle, puisqu’elle se réveille toujours dans la peau d’une personne liée au meurtre le jour d’après. Elle a 7 jours, pour empêcher l’assassinat d’Ismäel et un jour est raconté par épisode. Cette narration empêche une redondance dans la manière de raconter l’histoire et rend celle-ci encore plus mystérieuse et palpitante : elle montre que tout n’est pas tout blanc ou tout noir, car elle nous force à nous intéresser à tous les personnages en détails ; elle nous permet aussi d’avancer dans l’enquête, car Léa se lance le défi de sauver Ismaël alors qu’elle ne sait pas tout de suite comment il est mort. Nous ne nous sommes jamais vraiment ennuyés devant aucun des épisodes car nous avons envie d’en savoir plus sur ce qu’il s’est passé.

Nous regrettons cependant parfois le manque de jugement de Léa, qui devrait bien se douter qu’à force de changer le passé, cela impacterait forcément son présent à elle ; comme la fois où en changeant trop de choses lorsqu’elle était dans le corps de Pye (Alexander Ferrario), elle empêcha Dora (Kelly Bellacci) de naître dans le présent. Nous n’avons également pas été très convaincu·e·s par tout l’arc narratif autour de l’amour de Léa envers Ismaël : si nous comprenons le fait que Léa puisse éprouver des sentiments forts envers le jeune homme, nous n’avons pas vraiment aimé la tournure de la chose dans les dernières épisodes et nous pensons que l’histoire aurait très bien pu fonctionner et être cohérente sans cette « histoire d’amour » clairement à sens unique, puisqu’Ismaël ne connait absolument pas l’existence de Léa.

  • Une question morale

Les 7 vies de LéaNous avons beaucoup apprécié·e·s la question morale qui se pose à Léa vers la fin de cette première saison. Elle comprend qu’elle ne peut pas sauver Ismaël car si elle le fait, elle ne naîtra probablement pas et cessera donc d’exister. Si elle promet à Romane (Maïra Schmitt) qu’elle choisira de vivre et qu’elle arrête sa mission pour sauver Ismaël de la mort, elle se rend compte dans le dernier épisode que toutes les personnes en qui elle s’est réincarnée ces sept derniers jours portent le poids de la culpabilité de la mort d’Ismaël alors qu’iels n’y sont pour rien ; et dans le lot, il y a ses parents. Forcé·e·s à rester ensemble alors que ça n’était clairement pas ce qu’iels voulaient pour vivre une vie dans laquelle iels sont malheureux·ses et bloqué·e·s. La question qui se pose à Léa est donc légitime : veut-elle ne rien faire pour pouvoir vivre, mais voir ses parents malheureux·ses à cause de cette culpabilité et de cette soirée du 21 juin 1991 qui a changé leur vie à tout jamais ou choisir de se sacrifier et sauver Ismaël pour enlever toute cette culpabilité et ce malheur sur les épaules de ses parents et leur donner une chance d’être heureux·se·s.

Si dans ce genre de séries ou de films, l’histoire fait toujours en sorte que tout se termine bien, surtout pour la personne qui « voyage dans le temps », Les 7 vies de Léa prend le parti pris de sacrifier son héroïne principale, bien que la saison se termine de manière assez ouverte pour être une vraie fin ou pour laisser place à une potentielle deuxième saison.

Les 7 vies de Léa regroupe tout ce qu’il faut pour être appréciée : une histoire intéressante, des bon·ne·s acteur·rice·s et la nostalgie de cette France des années 90 avec ses looks et sa musique de l’époque. Nous espérons de notre côté qu’il n’y aura pas de deuxième saison, pensant que la première saison suffit à elle même et qu’une saison deux risquerait d’être moins bien dans sa narration et dans son histoire. Mais une chose est sûre : nous vous conseillons cette nouvelle série originale française Netflix !

 

Notre note :

Lire plus d'articles sur : Les 7 vies de Léa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.