Review pilot – Stella Blómkvist (13ème RUE) : on continue ou pas ?

Lancée le dimanche 17 juin dernier sur la chaîne française 13ème RUE, la première saison de la série islandaise Stella Blómkvist est diffusée sur trois semaines à raison de deux épisodes par soirée. Le synopsis est le suivant : Stella Blómkvist n’est pas une avocate ordinaire. Derrière son apparence de femme fatale, elle cache un passé difficile qu’elle noie dans le whisky. Passionnée et affranchie, elle choisit toujours les dossiers les plus dangereux et n’hésite pas à briser les règles. A la rédac’, nous avons vu le pilote de cette série créée par Óskar Thór Axelsson et nous vous en parlons. Alors, on continue ou pas ?

Décrit comme un thriller oscillant entre sexe, drogue, corruption et pouvoir, force est de constater que ce premier épisode nous plonge d’entrée de jeu dans l’atmosphère annoncée ! En effet, la série s’ouvre sur une scène de sexe pour nous présenter le personnage de Stella Blómkvist (Heida Reed). Un choix explicite afin de nous immerger d’emblée dans la vie décousue de l’héroïne. Appelée par l’inspecteur Valdi (Sveinn Ólafur Gunnarsson) pour défendre un client, elle se retrouvera mêlée à une histoire de meurtre au centre du pouvoir islandais mettant en porte-à-faux le Premier Ministre lui-même (Jóhannes Haukur Jóhannesson) !

Résultat de recherche d'images pour "stella blomkvist"

Dès la lecture du synopsis, on s’attend déjà à une série qui sort des sentiers battus et cette impression est confirmée après visionnage du pilote. Loin de nous amener dans une série judiciaire, comme le métier de la protagoniste principal pourrait nous y faire penser, nous nous retrouvons dans un thriller composé de trois histoires étalées sur deux épisodes chacune. Les deux premiers épisodes s’intitulent “Meurtre au ministère” et nous emmènent dans les dessous du pouvoir, lorsque l’assistante du Premier Ministre est retrouvée assassinée dans son bureau. Stella va tout faire pour connaître la vérité, quitte à se mettre en danger, comme le montre la fin de l’épisode, qui donne bien évidemment envie de voir la suite de ses aventures…

Sombre et parfois cru, le show repose presque entièrement sur le personnage de Stella, tant les personnages secondaires sont peu nombreux et effacés. Nous arrivons toutefois à retenir le nom de Gunna (Kristín Þóra Haraldsdóttir), l’amie geek de l’héroïne un brun marginale qui se révèle attachante, mais les autres personnages secondaires font plus aspect de figurants que de réels seconds rôles. Fort heureusement, le personnage de Stella est bien écrit et son développement psychologique suscite d’avance notre intérêt tant la personnalité de l’avocate semble prometteuse. En outre, son interprète Heida Reed, vue dans Poldark, livre une performance très juste tout en portant la série sur ses épaules. 

Petite particularité de la série : les commentaires en voix-off de l’héroïne qui servent à nous expliquer certaines scènes ou encore y ajouter une touche d’humour ou d’impertinence. Cet élément amène de l’originalité à une production relativement basique, qui laisse un peu à désirer côté bande-son, et qui pèche par une irrégularité de la qualité des dialogues -ou la faute incomberait-elle à un doublage français douteux ? Quoiqu’il en soit, Stella Blómkvist se démarque des autres thrillers et autres polars classiques que l’on peut voir sur petit écran.

Image associée

En conclusion, ce pilote se veut totalement accrocheur et arrive parfois à nous surprendre, tout en créant une dose de suspense suffisante pour nous donner envie de voir la suite. Le personnage de Stella nous intrigue et la corruption qu’elle est en train de découvrir attise notre curiosité également. En bref, on continue !

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.