Review Pilot – Picnic at Hanging Rock : on continue ou pas ?

Picnic At Hanging Rock est une mini-série dramatique australienne de six épisodes adaptée du roman de Joan Lindsay qui a déjà connu une adaptation au cinéma en 1975. Elle nous présente l’histoire d’un groupe de quatre jeunes étudiantes d’une université pour femmes dans les années 1900 qui vont mystérieusement disparaître le jour de la Saint Valentin à Hanging Rock… La diffusion vient de débuter, on a vu le premier épisode, on vous en parle !

Ce premier épisode nous présente le Appelyard College et les événements qui vont précéder la disparition des jeunes filles, lors de cette fameuse Saint-Valentin de l’année 1900. Nous découvrons d’abord Natalie Dormer dans le rôle de Mrs Appleyard, vêtue de noir, qui visite une ancienne demeure en pleine campagne australienne… Elle en fera un collège huppé pour jeunes filles et en profitera pour changer d’identité, de vie et camoufler son passé. Un passé qui va malgré tout la rattraper quand Sarah, l’une de ses pensionnaires, va fouiller dans la chambre de la directrice, ce qui est strictement interdit.
Un peu fleur bleue, tête en l’air et qui rêvent d’une grande histoire d’amour, les pensionnaires n’ont pas beaucoup d’occupations. Perdues dans la campagne australienne, elles n’ont pas les pieds sur terre et font une montagne de pas grand chose. La Saint-Valentin prend alors des proportions démesurées, et encore plus lorsqu’elles partent en expédition pour pique-niquer près de Hanging Rock, une formation volcanique en plein bush qui a assez mauvaise réputation.

Cet épisode souffre de quelques longueurs qu’on lui pardonnera pour son originalité : une plongée en pleine campagne australienne, des personnages avec beaucoup d’humour et un trio formé par Miranda (Lily Sullivan), Irma (Samara Weaving) et Marion (Madeleine Madden) qui se complète. Le personnage de Mrs Appleyard, incarné par Natalie Dormer, est cependant le plus intéressant et mystérieux de la série et sans doute celui qui a le plus de choses à cacher. Un peu folle, froide, totalement cynique et décalée, elle a tout de la directrice cauchemardesque que l’on peut s’imaginer en pensant à un institut pour jeunes filles. Les prochains épisodes devraient donc amener quelques révélations à ce sujet.

La série est clairement féministe, mettant en scène des personnages forts, dont celui de Miranda qui va sans doute s’affirmer encore plus avec les épisodes suivants. Avec des touches d’humour savamment dosées, nous découvrons le quotidien de ces jeunes filles qui aspirent à une autre vie. La mise en scène laisse également penser que la série va prendre des allures de thriller, d’autant plus avec la fin du premier épisode qui nous annonce que “quelque chose d’affreux est arrivé”. La mise en scène et la réalisation joue sur les contrastes, alterne sur les scènes ensoleillées et vives et les scènes d’intérieur très sombres, mais laisse également penser que la disparition de Miranda, Irma et Marion avait tout d’un événement surnaturel. Avec la musique, l’effet de flou et les mouvements de caméra, la décision d’aller explorer Hanging Rock malgré les avertissements de Mrs Appleyard n’est pas seulement le souhait de désobéir, mais presque un ordre venu d’ailleurs…

Conclusion, un premier épisode avec quelques longueurs mais porté par le personnage incarné par Natalie Dormer. Le scénario laisse entrevoir pas mal de mystères et pique notre curiosité. On continue !

Owlhazel

Owlhazel

Aude, 25 ans et apprentie libraire sur Paris. Je divise mon temps libre entre les séries et la lecture. Mon genre de prédilection reste de loin les séries en costumes et historiques, majoritairement anglaises, appelées aussi period drama. Je regarde aussi beaucoup de séries fantastiques, mais j'ai beaucoup de mal avec les comédies. J'aime pleurer et voir mes personnages préférés en baver avec la vie. Mes séries préférées vont des Tudors à Game of Thrones en passant par The White Queen et Outlander, avec un petit détour par Vikings et Peaky Blinders.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.