Homeland : l’avis de la rédac’ sur la saison 6 !

La sixième saison de la série à suspense Homeland a connu son apogée ce Dimanche 9 Avril, avec un final de haute volée et une conclusion choquante pour les fans de la série. Voici l’avis de la rédac (attention, peut contenir quelques spoilers) !

  • Une saison de transition, qui amorce la fin de la série

La série nous avait habitués à un rythme effréné, d’énormes cliffhangers en fin d’épisodes et un suspens insoutenable chaque semaine.

Le ton de cette sixième saison est bien différent, beaucoup plus posé et l’intrigue est, il faut l’avouer, un peu moins passionnante que les précédentes. Notamment, l’intrigue de cette année se situe quasiment exclusivement sur le territoire américain, quand les saisons passées se déroulaient principalement à l’étranger, à la poursuite de terroristes.

Car s’il est toujours question de danger national et de terroristes, le danger est ici bien présent sur le territoire américain, et semble venir de très haut. Pendant un temps, c’est Dar Adal qui fait office de grand méchant de cette saison, au fur et à mesure qu’il révèle ses plans machiavéliques. Mais là où la saison amorce la suite de manière intéressante, c’est qu’à la toute fin du dernier épisode, on se rend finalement compte que c’est ni plus ni moins que la Présidente qui semble avoir les intentions les plus sombres, et qui sera probablement à la tête de l’intrigue de la septième saison.

Cette sixième saison, plus calme et moins haletante, avec des intrigues, notamment secondaires, plus ou moins intéressantes, permet néanmoins à la série de changer un peu de ton et de lancer la série vers son apogée : rappelons que Homeland est censée se terminer après 8 saisons.

  • Une saison plus proche de ses personnages

Cette sixième saison de Homeland se révèle beaucoup plus intimistes que les saisons précédentes.

En effet, on se retrouve immiscés dans la vie privée de son héroïne, Carrie, et de sa vie de famille. Sa relation avec sa fille est beaucoup plus mise en avant, et est même au centre d’une intrigue secondaire, dans laquelle Carrie en perd la garde et se bat afin de la récupérer. On a donc ainsi l’occasion de la voir régulièrement chez elle, dans son intimité, ce qui n’était que rarement arrivé dans les précédentes saisons.

Les dernières minutes de l’épisode permettent également d’en apprendre un peu plus sur la vie de Peter Quinn, à l’aide des photos retrouvées par Carrie.

  • Quinn, un anti-héros, vraiment ?

La pièce centrale de cette saison, c’est bel et bien Peter Quinn.

Quasiment laissé pour mort à la fin de la saison 5 après toutes les tortures qu’il a subies, on retrouve Quinn dans un très sale état au début de cette saison. La saison 6 montre ainsi la lente reconstruction d’un homme brisé, torturé et il ne sera pas épargné.

Quinn est probablement le personnage qui aura le plus évolué depuis sa première apparition. Auparavant relativement discret (tant au niveau du caractère qu’au nombre de ses apparitions), il a fini par s’imposer de plus en plus aux côtés de Carrie.

Cependant, ses traits de caractère n’en font pas le personnage le plus attachant ni le plus sympathique de la série. On peut alors s’interroger sur la pertinence des scénaristes, à centrer la série sur ce personnage ?

C’était un pari risqué, qui s’avère plus ou moins gagnant (question de point de vue), mais les scénaristes ont cependant eu le mérite d’avoir su garder l’ambiguïté autour du personnage jusqu’au bout (et sur ses intentions), à l’image de ce qu’ils avaient fait avec le personnage de Brody.

Tantôt fou, tantôt déterminé, Quinn, sacrifié lors du dernier épisode (après de multiples passages où l’on pourrait croire à sa mort), finira par mourir en héros, sauvant la vie de Carrie et de la présidente.

 

Points positifs :

– Renouvellement de la série
Claire Danes, encore et toujours
– Une saison qui colle toujours plus à l’actualité
– Un suspens long à s’installer mais qui va crescendo

Points négatifs :

– Une saison moins captivante
Rupert Friend, qui est de quasiment tous les plans, ne semble pas avoir les épaules d’assumer un rôle plus important

Note : 3.5/5

Theobald

Moi c’est Thibault, j’ai 24 ans et je suis autant passionné de séries que de films. Je passe le plus clair de mon temps libre à essayer d’être à jour entre les différentes sorties, et les différentes publications sur le sujet (sites, magasines, etc…). Concernant les séries, puisque c’est ici le sujet, je crois que la première que j’aie vraiment regardée assidûment et qui m’a fait plonger dans l’addiction était Buffy contre les Vampires, que je trouve d’ailleurs toujours très actuelle dans les thèmes très riches qu’elle a développés, et j’aime beaucoup le travail de Joss Whedon. Ensuite, même si je ne l’ai pas terminée et que le reboot ne m’intéresse pas, j’ai découvert le streaming et la VOSTFR à l’époque avec Prison Break, dont j’avais dévoré les deux premières saisons. Depuis, je pense avoir découvert des programmes de bien meilleure qualité, qui m’ont fait réaliser que la frontière entre les séries et le cinéma est parfois maigre : Les Soprano, Six Feet Under, Breaking Bad, Twin Peaks, Lost, Fargo, Friday Night Lights, mais aussi des séries plus légères comme Scrubs, Louie… Bref, la liste est longue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.