Critiques      Review Pilot     

Review Pilot – Young Rock : on continue ou pas ?

Le pilot de la nouvelle série Young Rock a été diffusé le 16 février dernier sur NBC. La série, produite et narrée par Dwayne Johnson (alias “The Rock”) retrace la jeunesse de l’acteur et ancien catcheur. Le projet, qui a été créé par Nahnatchka Khan et Jeff Chiang, est une sorte de mockumentary (faux documentaire, NDLR) sur la compagne électorale de The Rock pour la présidentielles 2032 américaine. Ce premier épisode nous a-t-il séduit? Réponse ci-dessous.

Attention cet article comporte des spoilers sur le premier épisode de la série.

Dès les premières secondes, on comprend le ton décalé de cette sitcom un brin futuriste de Young Rock. Comme à son habitude, The Rock joue parfaitement son propre personnage charmant et un peu imbu de lui-même : l’acteur se met en scène et brouille la frontière entre comédie et réalité. Bien sûr, en plaçant sa campagne en 2032, Dwayne Johnson permet de prendre du recul et d’apprécier la satire d’une telle série. Cependant, le projet fait écho à sa vraie vie : le but initial de cette première saison est de rappeler l’enfance et l’adolescence de la célébrité.

Le candidat politique donne une interview à Randall Park (dans son propre rôle, l’excellent Jimmy Woo de WandaVision) dans laquelle il se livre. Le spectateur comprend que l’acteur réfute les rumeurs l’accusant de ne plus être un homme simple et de ne plus représenter l’Américain moyen. Dwayne Johnson se mue alors en narrateur et tente de démontrer le contraire en expliquant d’où il vient. La série nous embarque rapidement à Hawaii dans les années 1980. Un processus qui n’est pas sans rappeler la sitcom du même genre, Tout Le Monde Déteste Chris, qui narrait les aventures du comédien Chris Rock à la même époque.

le jeune Dwayne Johnson et le catcheur André The Giant dans Young Rock

Le pilot relève la lourde tâche de faire cohabiter quatre The Rock en un seul épisode de 22 minutes. En effet, on découvre Dwayne Johnson avant ses heures de gloire à 10 ans (joué par Adrian Groulx), 15 ans (Bradley Constant) et 18 ans (Uli Latukefu.) Sur un panel de plusieurs décennies, The Rock raconte des anecdotes dans lesquelles tout le monde peut se reconnaitre. Young Rock se concentre notamment sur son enfance modeste et son père, également catcheur, très absent. Il parle également de l’écart entre les classes sociales et l’importance du “paraître” à l’adolescence. Il termine sur le début de sa carrière grâce à sa stature hors norme, notamment dans le football Américain.

En conclusion, sans révolutionner le genre, Young Rock promet une bonne dose de nostalgie et un mémoire visuel – un brin romancé – afin d’apprendre à mieux connaître l’artiste Dwayne Johnson. Les fans de catch seront sans doute séduits tant les références aux légendes internationales du milieu sont présentes. L’humour est distillé intelligemment et l’équilibre entre les quatre périodes est pour l’instant bien mesuré. À voir ce que nous réserve les 10 prochains épisodes. On continue !

Lire plus d'articles sur : Jeune Rock

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.