Critiques      Review Pilot     

Review Pilot – What if… ? : on continue ou pas ?

What If… ? Est la nouvelle série d’animation de Disney +, centrée sur les univers parallèles de la franchise Marvel Studios. Le premier épisode se pose la question « Et si… Captain Carter était devenue le premier Avenger ? ». Le pilot est-il a la hauteur des films du MCU ? La rédaction vous donne sa réponse.


Difficile de recréer un film de presque deux heures en un épisode animé de 30 min. Pourtant, What if… ? (« Et si… ? », ndlr.) remporte ce challenge haut la main. Le pitch de la série est simple : reprendre les scripts de l’Univers Marvel en changeant un petit détail qui aura un effet domino…
Dans ce premier épisode ce n’est pas Steve Rogers qui est mis à l’honneur, mais l’Agent Peggy Carter (Hayley Atwell.) On a plaisir à retrouver les acteurs originaux tels que Sebastian Stan (Bucky Barnes) ou Dominic Cooper (Howard Stark) en tant que doubleurs pour leur personnages (à l’exception de Chris Evans pour Steve, ici remplacé par Josh Keaton.)
L’Agent Carter devient alors Captain Britain (ou Captain Carter) alors que Steve n’est pas en reste et se fait appeler « Hydra Stomper. » En effet, Steve est toujours un super-héros à cœur et le père d’Iron Man lui construit une armure qui n’est pas sans rappeler les premiers essais de Tony. C’est une réussite : Peggy a toujours été plus entraînée que Steve au combat.
On retrouve presque trait pour trait l’ambiance et les décors du film Captain America : le Premier Avenger. Le travail d’animation est magnifique, la lumière très bien utilisée et l’épisode, rythmé. Le petit plus ? Des combats plus musclés qu’en live action, tout en restant sans effusion de sang.


À la rédaction, on a eu l’impression que la franchise offrait enfin la place que mérité l’héroïne Peggy Carter. Comme le dit Steve dans l’épisode et grâce au sérum du Super Soldat, « Maintenant, l’extérieur est à l’image de l’intérieur. ». En effet, dans Captain America, Steve Rogers avait doublé de taille sous les effets du sérum d’Howard Stark. C’est également le cas pour Peggy ! Heureusement, sa féminité n’est jamais questionnée, ni sa relation avec Steve, bien chétif à côté d’elle.
On ne peut pas parler du destin d’une femme dans l’armée dans les années 1950 sans faire référence au féminisme. Tout comme dans l’excellente série Agent Carter, Peggy questionne sa place dans la société. Elle explique que grâce à son rôle de Captain, le regard des autres a changé sur elle. Elle n’a plus besoin de crier pour qu’on l’écoute, elle ne se sent plus de trop dans une pièce. On la respecte.

Ce premier épisode de What if…? est plus que réussi. On retrouve bon nombre de clins d’œil et de réplique du film original ainsi que des scènes clés presque transposées à l’identique. La « fin » des aventures de Peggy aurait pu être moins déchirante que celle de l’univers Marvel classique. Malheureusement, il n’en est rien. Captain Carter se réveille 70 ans plus tard, séparée une nouvelle fois de Steve, Bucky et leurs amis. Nick Fury et Hawkeye sont là à son réveil. Et maintenant ?

© Disney + / What If


À en juger par les produits dérivés de Captain Carter qui s’arrachent déjà et les dires de Bryan Andrews, le réalisateur de la série, ce n’est sans doute pas la dernière fois que nous aurons le plaisir de voir la super-héroïne. En effet, le scénariste a confirmé que la série What If… ? était canon, c’est-à-dire qu’elle existe au même niveau que les autres aventures de la franchise du MCU. Le réalisateur a d’ailleurs très récemment déclaré qu’il ne serait pas contre une adaptation live action des aventures de Captain Britain. Affaire à suivre.

Du côté de la rédaction, on ne peut que saluer cette idée et apprécier ce premier épisode. On continue évidemment la série What if…? et on a hâte de découvrir une autre histoire Marvel réinventée dès la semaine prochaine !

Lire plus d'articles sur : What If...?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.