Critiques      Review Pilot     

Review Pilot – We Are Who We Are : on continue ou pas ?

Disponible dès aujourd’hui sur Starzplay, We Are Who We Are est une coproduction entre Sky Atlantic et HBO qui nous plonge au cœur d’une base militaire américaine en Italie.

Série qui a fait parler d’elle avant même sa diffusion, We Are Who We Are est, déjà sur le papier, une source sûre. Avec au casting Jack Dylan Gazer qui s’est fait connaître dans la nouvelle duologie de films It, mais aussi avec Chloë Sevigny (Boys Don’t Cry), la série attraie. Ce n’est pas tout d’ailleurs, puisque derrière la caméra nous retrouvons Luca Guadagnino, réalisateur du film multi-primé Call Me By Your Name. Les similitudes en terme de réalisation se voient, et celles et ceux qui ont été charmé par la mise en scène du film avec Timothé Chalamet ne manqueront pas d’apprécier le même soin et la même poésie dans We Are Who We Are. On retrouve la pâte de Call Me By Your Name dans chaque recoins de ce pilote. La réalisation est certes un écho au film, mais le rythme est également assez similaire. Même le personnage principal de We Are Who We Are, Fraser, nous fait penser à Eliot. Evidemment, s’il y a des similitudes, ce n’est pas pour autant que la série est un copié collé de Call Me By Your Name : loin de là. Le show est comme un écho et/ou un parallèle au film culte, mais dans les faits, scénaristiquement, les deux œuvres n’ont rien à voir.

Nous suivons Fraser qui vient de s’installer dans une base militaire américaine en Italie avec sa mère (Chloë Sevigny) et la compagne de cette dernière. Fraser n’est pas spécialement ravi de ce déménagement, moins encore à l’idée que sa mère devienne générale. Il entretien avec elle une relation d’amour/haine très étrange et parfois même dérangeante. Si le pilote nous donne des pistes sur leur relation, elle est encore pleine de non dits et on comprend que la relation mère/fils sera centrale dans la suite de la série. Fraser est, de toute façon, un garçon qui internalise beaucoup. On ne le voit pas énormément s’exprimer dans le premier épisode, et si on a du mal à le cerner, parfois à le comprendre, le personnage permet déjà d’aborder des thématiques propre à l’adolescence. Entre quête de soi, questionnement sur la sexualité et le genre mais aussi addictions, le pilote nous donne finalement pas mal d’éléments sur son protagoniste, sans avoir besoin d’en faire trop. Bien sûr, tout ne tourne pas autour de Fraser puisque ce dernier fera rapidement la rencontre d’un groupe de jeunes dont la mystérieuse Caitlin fait partie. Si elle semble inaccessible, nous faisons tout de même connaissance avec le reste du groupe : Britney (Francesca Scorsese), Sam (Ben Taylor), Craig (Corey Knight)… Des adolescents qui ressemblent (enfin) à des adolescents, loin des beautés parfaites que l’on retrouve dans un teen show ordinaire.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le premier épisode de We Are Who We Are intrigue. Avec des éléments solides mais aussi pas mal de mystère, le pilote suscite l’intérêt. Que l’on s’intéresse à son scénario, à la réalisation, aux personnages ou au casting, rien est complètement à jeter et tout appel à voir la suite. On continue alors avec plaisir cette série qui aborde des thèmes visiblement importants et dans un contexte inédit. Toujours pas convaincus ? Vous pouvez découvrir un extrait inédit de la série avant de vous lancer dès aujourd’hui sur Starzplay !

Lire plus d'articles sur : We Are Who We Are

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.