Critiques      Review Pilot     

Review Pilot – Clarice : On continue ou pas ?

Clarice est une série américaine, au format 40 minutes, diffusée sur la chaîne CBS chaque jeudi et disponible en France sur la plateforme SALTO 24h après !
Clarice est la suite directe du film Le Silence des Agneaux sorti en 1991. On retrouve l’agent du FBI Clarice Starling, jouée par Rebecca Breeds (connue pour son rôle de Nicole Gordon dans Pretty Little Liars), après sa rencontre avec Hannibal Lecter. Elle retourne sur le terrain, à la poursuite de meurtriers et autres prédateurs sexuels, ce qui la mènera dans de nombreuses intrigues politiques à Washington.
Mais alors, après ce premier épisode, on continue ?

Attention, risque de spoilers.

Clarice reprend environ un an après les évènements du Silence des Agneaux. On entre dans cette série en suivant le personnage de Clarice, qui n’est alors plus agent de terrain, mais se terre apparement dans un bureau d’analyses.
Cette séquence d’ouverture s’ouvre sur Clarice en pleine séance, obligatoire, avec son psychiatre ; celui-ci est chargé de dire si oui ou non elle est apte à retourner sur le terrain.
Lors de cette séance, ils reviennent sur les évènements qui ont eu lieu avec Hannibal Lecter et Buffalo Bill, et ce retour sur les évènements pour mieux comprendre l’intrigue est vraiment bienvenu car, quand on n’a pas vu le film ni lu le livre, c’est déjà un peu compliqué à comprendre, alors si il n’y avait pas ce récit des évènements passé, on peu imaginer que l’on serait encore plus perdu.e.s.

Cette séance est vite interrompue, et Clarice est envoyée sans plus d’explications que « c’est urgent » à Washington. Là-bas, elle retrouve un autre personnage venu du Silence des Agneaux, Ruth Martin (Jayne Atkinson), devenue première ministre.
Elles évoquent encore une fois le passé, et c’est là encore un retour en arrière appréciable pour mieux comprendre les enjeux et les connections des personnages, Ruth Martin la remerciant à nouveau d’avoir sauvé sa fille, la dernière victime de Buffalo Bill.
Elle lui demande aussi de répondre aux appels de sa fille Catherine, qui en a besoin pour se reconstruire. Alors que Clarice affirmait plus tôt à son psy qu’elle n’avait aucun contact avec la famille Martin, on réalise donc qu’elle n’était pas tout à fait honnête à ce propos en omettant les appels incessants de Catherine.



La nouvelle première ministre lui explique rapidement pourquoi elle l’a faite venir si vite : de nouveaux meutres ont eu lieu, et elle craint à un nouveau tueur en série. Clarice proteste d’abord, souhaitant vite retourner dans son sous-sol, mais la première ministre insiste, arguant que Clarice est la meilleure. Elle finit par accepter à contrecoeur. Sans plus de détour, Clarice est envoyée sur la scène de crime, où elle est accueillie par son supérieur, Paul Krendler (Michael Cudlitz, Abraham dans The Walking Dead), qui ne la porte pas dans son coeur, comme le reste de l’équipe.

En effet, tout le long, Clarice est bien seule au FBI : elle est la plus jeune à avoir réussis à résoudre un tel crime, celui de Buffalo Bill, il y a un an, et elle attise un grand nombre de jalousies, surtout dans cet univers très macho. Elle ne se laisse cependant pas démonter, et finira quand même par avoir un allié, son collègue Thomas Esquivel (Lucca De Oliveira), qui n’hésitera pas à lui demander de l’aide alors que son supérieur avait décidé de la mettre de côté.

Elle pourra aussi compter sur une de ses amies qui habite à Washington, Ardelia Mapp (Devyn A. Tayler), une avocate qui est prête à l’aider.

Sans trop en dévoiler, cette enquête finit dans l’épisode, mais ce n’est que le début du fil rouge de cette série car il y a plus a découvrir que ce qu’il n’y paraît, et Clarice Starling l’a bien compris.

Entre complots, politiques et bâtons dans les roues posés par sa hiérarchie, la vie de Clarice Starling ne sera pas de tout repos. Et on s’attache rapidement à cette jeune femme qui paraît bien seule mais qui ne se laisse pas abattre et qui arrive à tenir tête à son supérieur malgré les risques, menée par son instinct.

Cet épisode réussit à poser les bases d’une intrigue très intéressante qui n’a, en tous cas pour le moment, rien à voir avec le tueur qui dépèce ses victimes du Silence des Agneaux, et c’est avec une toute nouvelle enquête que l’on s’attache à Clarice Starling, brillamment interprétée par Rebecca Breeds. On continue !

Lire plus d'articles sur : Clarice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.