Bilan de saison      Critiques     

The Flight Attendant : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

The Flight Attendant, adaptation d’un roman éponyme publié en 2018 par Chris Bohjalian, vient de finir sa diffusion sur HBO Max, où elle a fait de très bonnes audiences au fil des semaines.
Le titre a le mérite d’être clair et net, on suit Cassie Bowden (Kaley Cuoco, mondialement connue pour son rôle de Penny dans The Big Bang Theory), hôtesse de l’air à l’attitude légère et fêtarde, vivant à New York.
Le premier épisode, qui nous permet de bien cerner tous les enjeux de cette série, pourrait nous laisser penser qu’on a affaire à une histoire légère sur les frasques du personnage principal, mais sous ses airs de comédie, on tombe en fait dans un véritable drame.
En effet, notre hôtesse de l’air sympathise avec un passager de son vol pour Bangkok, jusqu’à passer la soirée puis la nuit avec lui, et commencer à développer des sentiments pour lui. Tout change quand elle se réveille le lendemain, à côté du corps froid et sanglant de son amant.

Nous n’avons aucune idée de ce qu’il s’est passé, et c’est tout au long de ces 8 épisodes que l’on suivra Cassie, mais aussi son frère, ses amis ainsi que ses ennemis dans cette enquête pour savoir ce qu’il s’est passé cette fameuse nuit à Bangkok ; cela entraînera aussi Cassie dans une quête intérieure voire psychologique avec elle-même, pour faire face à ses problèmes et affronter sa réalité.

Attention, risque de spoilers.

Rosie Perez, Kaley Cuoco Photograph by Phil Caruso The Flight Attendant HBO MAX The Flight Attendant Season 1 – Episode 2 “Rabbits”
  • Des faux-airs de comédie

Cette série commence vraiment comme une comédie :
On retrouve Cassie Bowden, une hôtesse de l’air qui aime boire, faire la fête, flirter, et évite les responsabilités.
Elle est entourée en vol de Shane Evans (Griffin Matthews), steward gay efféminé aux punchlines cinglantes et qui semble aimer faire la fête comme Cassie, Megan Briscoe (Rosie Perez), sa supérieure et mère de famille sans histoires (à première vue) qui cherche à rester proche de Cassie pour revivre sa jeunesse et enfin Jada Harris (Yasha Jackson), collègue hôtesse de l’air qui ne la lâche pas et se moque d’elle constamment.
Tout le travail fait sur cette série, hormis de répondre à la question “Qui a tué Alex Sokolov ?”, sera aussi de déconstruire ces archétypes pour nous amener des personnages bien plus profonds.

  • Toujours surpris
Quand on commence à avoir vu un certain nombre de séries, un sentiment a tendance à revenir : on sait à l’avance ce qu’il va se passer. Il y a aujourd’hui beaucoup de séries qui nous amènent des arcs narratifs prévisibles, et être surpris devient en soi surprenant, car rare.
Cette série réussit le pari de n’être jamais là où on l’attend. Et même quand, au bout du quatrième épisode, on pense avoir tout compris, on reste surpris de la tournure des choses.
Non, Cassie ne va pas se faire prendre en flagrant délit en train de jeter un sac poubelle par la fenêtre lors de la veillée funéraire d’Alex Sokolov, elle va réussir son plan, mais la série réussit à être assez réaliste pour que tout de même elle se fasse remarquer, et finalement s’en sorte.
  • Maladie mentale
Si le but de la série reste de répondre à la question posée à la fin du premier épisode, à savoir “Mais qui donc a bien pu tuer Alex Sokolov ?”, elle parvient à amener bien d’autres sujets.
Le personnage principal, Cassie Bowden, est une jeune femme blanche, mince, belle, qui a apparement tout pour elle ; pourtant nous sombrons petit à petit avec elle dans une sorte de psychose.
L’élément central sera son alcoolisme, on apprendra d’où il vient et la série réussit à nous faire nous-même nous demander “Est-elle vraiment alcoolique ?” jusqu’à y répondre franchement : oui, Cassie Bowden est alcoolique, car non ce n’est pas normal de boire autant.
Nous sommes tout du long dans la série projetés dans son esprit, où elle est coincée dans cette chambre d’hôtel de Bangkok avec un Alex Sokolov tantôt bien vivant essayant de l’aider, tantôt mort.
On n’en saura pas plus sur l’état de santé mentale de Cassie, si ce n’est que ces passages mentaux dans sa réalité se passent bien réellement dans sa tête et la coupent alors du monde extérieur.
Est-elle schizophrène ? Bipolaire ? 
En tous cas, on apprendra que si c’est bien le choc de la découverte du cadavre d’Alex qui crée cette dissociation, elle a de nombreux problèmes depuis l’enfance, notamment causés par son père.
  • Les personnages secondaires
En 8 épisodes, cette série nous présente des personnages certes secondaires, mais forts et bien écrits.
Tout d’abord Megan, très bonne amie et collègue de Cassie. Elle ne paye pas de mine au début, on pourrait même penser qu’elle n’est qu’un faire-valoir de Cassie. Et c’est là toute la beauté de la série qui nous détrompe sur nos préjugés possibles, puisque Megan devient un personnage très important dont on suit l’arc narratif avec tout autant d’intérêt que celui de Cassie.
Shane est quant à lui plus en retrait, mais pour mieux nous éblouir avec une révélation dans l’épisode final qui nous fait espérer son retour en saison 2.
On retrouve aussi Ani Mouradian (Zosia Mamet, vue récemment dans Tales of the City ou Les Chroniques de San Francisco en français), avocate et meilleure amie de Cassie. Il faut l’avouer, leur amitié sera mise à rude épreuve, mais Ani restera un pilier pour notre hôtesse de l’air, et aura elle aussi son lot d’atrocités à vivre.

En somme, chaque personnage secondaire proche de Cassie sera touché, de près ou de loin, par cette affaire et chacun.e le vivra différement mais personne ne sera mis de côté.
On peut citer la scène où Ani va en prison délivrer un mystérieux paquet à un détenu, où l’on découvre exactement au même moment qu’Ani qu’il s’agit d’un médicament pour que le détenu se suicide, ce qu’il fait; et Ani restera marquée tout autant que le spectateur par ce moment.
En antagonistes, nous avons Kim Hammond (Merlde Dandridge) et Van White (Nolan Gerard Funk), agents du FBI qui enquêtent sur le meurtre et cherchent à coincer Cassie qu’ils pensent coupable. Mais aussi et surtout Miranda Croft, tueuse sans pitié campée par Michelle Gomez, vue dans Doctor Who ou encore Les Nouvelles Aventures de Sabrina. Tantôt un danger pour Cassie (elle nous fera sursauter quelques fois), tantôt sa lueur d’espoir, Miranda arrive à être la parfaite méchante mais pas trop, et à la fin on se surprend même à croiser les doigts pour qu’elle s’en sorte.
  • Les ennemis de mes ennemis sont mes amis ?
Parmi les rebondissements de cette série (et là attention, gros spoiler), on notera le duo Cassie-Miranda qui passe d’ennemies jurées à co-équipières en quelques instants, et sans que cela soit fait de façon ridicule ou exagérée. 
Les meilleures scènes seront même au final celles de ce duo, puisque l’alchimie entre Kaley Cuoco & Michelle Gomez est vraiment forte et rendra mémorables quelques moments comme la réunion des alcooliques anonymes.

Que retenir de ces 8 épisodes intenses ?

Sous ses airs de comédie au début, nous avons pu être surpris de la profondeur et de l’originalité dont chacun de ces épisodes a fait preuve.

Cette enquête se transforme en quête intérieure pour Cassie Bowden et, outre le divertissement et le “Who done it?” qui nous taraude jusqu’au bout, aborde des thèmes importants et forts : la maladie mentale (Cassie est-elle entrain de devenir schizophrène ? On ne le saura finalement pas, mais la question se pose), l’alcoolisme, affronter ses démons et ses peurs. 

Et nous avons surtout affaire à une femme intelligente, forte mais non pas surhumaine : elle fait face à de nombreuses difficultés, et tout n’est pas réglé comme par magie au bout de ces 8 épisodes.

La série aurait pu s’arrêter là et être entièrement satisfaisante, mais elle a déjà été renouvelée pour une saison 2 et nous avons vraiment hâte de voir la suite des aventures de Cassie Bowden, l’intrépide hôtesse de l’air. 4/5

Lire plus d'articles sur : The Flight Attendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 commentaire

Arnaud Pierre

le 7 janvier 2021 à 17h14

C’est a voir mais juste pour le fun, de la a faire une saison deux c’était mieux de stopper à la saison 1