Bilan de saison      Critiques     

Sky Rojo : l’avis de la rédac’ sur la saison 2 !

La partie 2 (ou saison 2) de la série complètement déjantée Sky Rojo vient d’arriver sur Netflix. La première saison avait séduit la rédaction avec un esthétisme pétillant, et un trio d’héroïnes badass. Qu’en est-il de cette deuxième saison ? Est-elle à la hauteur des premières aventures de Coral, Wendy et Gina ? Réponse ci-dessous.

Voir les content warnings
SPOILERS ALERT :
Cet article contient des éléments importants de l'intrigue.
  • Une saison dans la continuité de la première

moises sky rojo

© Netflix / Sky Rojo

L’action reprend là où la saison 1 nous avait laissé.es : un Moises (Miguel Ángel Silvestre) sous terre, un Christian (Enric Auquer) sur les talons, Wendy (Lali Espósito) et Gina (Yany Prado) blessées et perdues et enfin, une Coral (Verónica Sánchez) en bien mauvaise posture. Comme d’habitude.

Le problème, c’est que le charme est rompu. Les aventures abracadabrantes et les scènes de combat un brin irréalistes de la première partie ne font plus mouche dans cette saison 2. Tout est trop, tout est exagéré. Les héroïnes sont plus souvent séparées qu’ensemble et Gina est d’autant plus mis à l’écart face à Coral et Wendy, les seules narratrices. (On en vient à oublier qu’elle est enceinte mais entre l’alcool, les drogues et leurs péripéties, on espère que le bébé n’aura pas de complications…)

Ce qui faisait l’originalité des personnages et de leurs storylines dans la partie 1 frise à présent le ridicule. Combien de fois faut-il tuer Romeo (Asier Etxeandia) pour se débarrasser de lui ? Combien de litres de sang Wendy doit-elle perdre pour s’évanouir ? Il n’y a pas à dire, les héros de Sky Rojo ont la tête dure (et un corps hyper résistant.) On bascule dans la parodie, à la limite des aventures de GTA (franchise de jeux vidéos, ndlr.) Ce qui pêche surtout, ce sont les répétitions. Si les prises de vue sont toujours aussi audacieuses et jouent entre les flash-backs et le présent, l’histoire ne suit pas.

On prend les mêmes et on recommence. Plusieurs fois. Les héroïnes n’apprennent pas de leurs erreurs et leurs tyrans non plus. On a un peu l’impression de suivre les aventures d’un cartoon à la Bip-Bip et Coyote. Les copines en ressortent toujours miraculeusement vainqueures et les proxénètes n’abandonnent jamais.

  • Et le karma dans tout ça ?

sky rojo coral wendy saison 2

© Netflix / Sky Rojo

Difficile de s’apitoyer sur le sort d’un violeur. Malheureusement pour les hommes de Sky Rojo, ils sont tous concernés. Il est donc très très dur de s’intéresser aux malheurs et états d’âmes de personnages comme Firmin (José Manuel Poga), Romeo ou encore Christian. Nous avons eu la désagréable sensation que les scénaristes voulaient excuser leurs actions ou apporter une nuance à certains personnages masculins. Dans la première partie, on nous avez présenté Firmin comme un violeur. Il est compliqué de passer outre sa lâcheté dans cette saison ou de le voir comme un agneau souhaitant soudainement se racheter auprès de Wendy et ses amies.

Christian était un homme-enfant ultra-violent et torturé dans la première saison. Un anti-héros en proie à l’anxiété et forgé par une adolescence de débauche et un monstre de père. Les flash-backs et ses actions dans la saison 2 le montrent sous le même jour que tous les autres : un violeur. Même Moises, qui est sensé être la belle gueule de la série, ne parvient pas à sauver la gente masculine. Malgré son alchimie avec Coral, le romantisme de leur relation est mort et il ne reste que de la toxicité, trop épris pour se tuer et trop hargneux pour se laisser partir. Quand vont-ils être libérés l’un de l’autre ?

Dans cette partie, c’est la surenchère. Si la première saison était crue, elle restait néanmoins dans les non-dits et la présentation abstraite. Cette saison 2 tire un trait sur tout ça. À la rédaction, nous avons eu plus de mal devant certaines scènes de violence, notamment les agressions sexuelles. Nous ne comptons plus le nombre de fois où Wendy a frôlé ou a été agressée à l’écran. Tous les représentants masculins ont violenté les héroïnes d’une manière ou d’une autre.

  • Sois belle et bâts-toi

sky rojo saison 3 date suite

© Netflix / Sky Rojo

Ce qui marque encore plus dans cette saison 2, c’est l’importance donnée au physique des actrices principales. Si certains héros sont très séduisants (Netflix a très bien compris qu’il fallait jouer sur la plastique de Moises), la plupart des hommes sont amochés et mutilés lors des combats. Pour ne citer que quelques blessures : une main trouée, moitié de corps paralysée, épaule perforée, nez brisé…

Résultats, les figures masculines sont présentés comme estropiées ou handicapées d’une façon ou d’une autre. Ça boite, ça se traîne… Pourtant, leurs comparses féminines restent sur leur 31. Malgré les blessures, Coral, Wendy et Gina restent séduisantes. Elles ont beau dérober de quoi faire un casse, elles restent la plupart du temps en sous-vêtements ou en tenues ultra-courtes. Ça en devient de l’ordre du fan service et contre-carre un peu cette image féministe « girl power » et libérée que veut véhiculer la série. L’exception qui confirme la règle, c’est Coral : elle perd un œil dans une altercation un brin gore. Dans les scènes suivantes, le problème est vite réglé : son œil est scellé par un trait de sang et une frange de faux-cils avant de se couvrir d’un cache-œil.

Pourtant le format court des 8 épisodes (légèrement plus long que 30 minutes pour certains) fonctionne toujours. Le côté addictif reste présent. Les scénaristes jouent avec nos nerfs et notre tension. Si certaines scènes peuvent paraître moins captivantes, il y a un regain d’intérêt en chaque fin d’épisode : les auteurs de Sky Rojo jouent avec les cliffhangers et on gobe la série d’une façon quasi boulimique et d’une traite sans s’en rendre compte.

sky rojo fin saison 2

© Netflix / Sky Rojo

En conclusion, Sky Rojo saison 2 est d’un niveau inférieur à la saison 1. Cette partie est toujours séduisante mais plus tirée par les cheveux et perd de sa fraîcheur malgré un découpage efficace et une BO soignée. La fin laisse présager une saison 3, bien qu’elle ne soit pas encore confirmée par Netflix. À la rédaction, on pense regarder la suite mais avec moins d’entrain. Dommage.

Notre note :

Lire plus d'articles sur : Sky Rojo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.