Bilan de saison      Critiques     

En Thérapie : l’avis de la rédac’ sur la saison 1

Véritable phénomène de la chaîne Arte, avec 41 millions de vue sur le site de la chaîne au total, dont 7 millions avant le début de la diffusion à la télévision, on ne pouvait pas passer à côté d’En thérapie.

Après vous avoir parlé du pilot, on fait un bilan de cette première saison de 35 épisodes.

Attention, spoilers présent tout au long de l’article.

  • Des épisodes inégaux

Comme on pouvait s’y attendre avec ce genre de série où chaque épisode se concentre sur une personne (un‧e patient‧e) différente, on est face à une série solide, mais à des épisodes bien inégaux.

La sensibilité de chacun‧e jouera forcément, puisqu’on est face à 4 histoires bien différentes et que chacun‧e suivant son parcours s’attachera plus à Camille (Céleste Brunnquell), Adel (Reda KAteb), Ariane (Mélanie Thierry), Léonora (Clémence Poésy) ou Damien (Pio Marmaï), ou bien peut-être au protagoniste principal, le psy, Philippe Dayan (Frédéric Pierrot), ou encore à la contrôleuse incarnée avec brio par Carole Bouquet.

Toujours est-il que chaque histoire, et donc chaque épisode, n’a pas la même portée ni la même force. On se retrouve parfois à s’ennuyer devant une séance qui peut être très redondante, ou parfois un peu tirée par les cheveux, et on se surprend à avoir hâte de retrouver son personnage préferé.

 

  • Interrogations et frustration

Certaines situations et certains personnages sont vraiment frustrants pour le téléspectateur, au point où on frôle parfois la caricature.
Comment Léonora peut-elle rester avec Damien qui est pire que jaloux et la traîte vraiment mal au point de l’insulter à chaque séance ?
Pourquoi Dayan n’agit-il pas pour Camille qui est, cela devient très clair au fil des séances, victime de pédophilie de la part de son entraineur ?

Ariane est amoureuse de Dayan, et même si on a du mal à comprendre pourquoi (le charme de celui-ci nous échappe, et le transfert ne fait pas tout), on se demande pourquoi rien n’est fait par Dayan plus tôt à ce sujet.
Plein de questions, d’interrogrations ou d’avis qui n’auront pas de vraies réponses et qui amènent une certaine frustration quand, en tant que spectateur, on ne peut qu’invectiver l’écran en suppliant Léonora de fuire aussi vite que possible.

 

 

  • Un final brutal et surprenant mais qui présage une suite intéressante

Le final voit la mort d’Adel ainsi que la concrétisation, plus ou moins avec succès, de la relation entre Ariane et Dayan. Tout finit par arriver plutôt rapidement et s’enchaîne, peut-être trop, alors que le début a mis un long moment à se mettre en place, et le spectateur doit digérer ces retournements de situation en quelques épisodes finaux.

Néanmoins on a une vraie fin pour chacun‧e des patient‧e‧s de Dayan, et à la fin de ces 35 épisodes, tout est bouclé.
On est prêt‧e‧s pour une saison 2 vers un tout nouvel horizon !

 

Au final on dit au revoir, avec soulagement ou avec nostalgie, à Camille, Ariane, Adel, Léonora et Damien qui soient déménagent, soient décident d’arrêter ici leur thérapie, soit ne sont plus là.

Une saison 2 est déjà en préparation, avec probablement de toutes nouvelles têtes puisqu’une hécatombe certaine à eu lieu parmi les patients du docteur Dayan, qui lui sera sûrement toujours là.

Cette série qui se veut une entrée dans l’intime d’une thérapie est malgré tout une réussite, avec des personnages attachants et des histoires fortes, qui arrivent à nous montrer que malgré ce qu’on peut penser, nous n’allons pas forcément bien et nous pouvons tou.te.s avoir besoin, à un moment ou un autre, d’une thérapie qui peut vraiment nous aider.

Notre note :

Lire plus d'articles sur : En thérapie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.