The Outpost (SYFY France) : interview croisée de Robyn Malcolm et Andrew Howard

Actuellement en cours de diffusion sur SYFY France chaque samedi à 21h, The Outpost vient d’être renouvelée outre-Atlantique par The CW pour une seconde saison. Précédemment, vous avez pu découvrir nos entretiens avec les acteurs principaux du show, Jessica Green (ici) et Jake Stormoen (parties 1 et 2). De plus, nous vous avons également fait part de 5 questions posées à Imogen Waterhouse et Anand Desai-Barochia. Pour finir, et toujours dans le cadre de notre collaboration avec SYFY France, voici une interview croisée de Robyn Malcolm et Andrew Howard, les interprètes de La Maîtresse et Cedric Wythers.

 

Que pouvez-vous nous dire sur vos personnages et qu’aimez-vous le plus chez eux ?

Andrew : Je dirais tout simplement qu’ils sont le Roi et la Reine du château.

Robyn : Nous sommes comme Macbeth et Lady Macbeth, ou George et Martha !

Andrew : Je joue le Marshall Cedric Wythers, qui est le très ambigu, torturé, possiblement héroïque, mais pour les 3/4 de la saison, le machiavélique shérif de l’avant-poste. Il commande avec une main de fer, il est dur, il pense qu’il est juste mais il ne l’est pas, il est très malin, et a un passé compliqué en lien avec le personnage que joue Jake (Stormoen, ndlr) , Garret. Il est aussi très badass et très fun à jouer ! Je dois mettre des dents en or pour le jouer, ce que ma famille trouve ridicule !

Robyn : Moi, je gère le pub.

 

Est-ce que La Maîtresse a mauvais fond selon vous ?

Robyn : Non, pas du tout. Cedric veille sur la loi et mon personnage veille sur le bien-être de tout le monde en les gardant saouls et drogués, puisqu’elle deale de la drogue également, La Maîtresse ayant un certain sens des affaires et souhaitant évoluer dans ce monde. Je pense qu’elle fait très dure de l’extérieur mais elle a une douceur quelque part en elle que nous n’avons pas encore vu mais en laquelle je crois. C’est une capitaliste de l’ancienne époque qui veut juste faire de l’argent et monter en grade. Et elle a une bande d’orphelins qu’elle a collecté pendant des années mais ne semble pas les aimer et ne semble même pas se soucier quand l’un d’entre eux meurt, mais encore une fois, je pense qu’elle a tout de même une certaine affection cachée, je crois vraiment qu’il y a un autre côté d’elle que l’on n’a pas vu. Ces deux-là ont une longue relation où chacun est au service de l’autre et où tout est très simple.

Andrew : Chacun est au service de l’autre à bien des égards, bien plus que pour des simples informations de bas étage, et ils ont une vraie relation. Ce que j’allais ajouter, en écho à ce que Robyn vient de dire, c’est que, plus la saison avance et devient sombre, et que l’Ordre Premier prend de l’importance, plus vous commencez à voir cette autre force percer dans la série, cette humanité qui jaillit à la surface. Donc plus la saison avance, moins nous sommes aussi machiavéliques à ce qu’on paraît et on devient peu à peu plus humain au fur et à mesure.

Robyn : Oui et on commence à se battre pour quelque chose.

Andrew : Et on est drôles !

Robyn : Oui, moi, je suis drôle !

 

Vous avez plus d’expérience que la plupart des autres acteurs de la série, leur donnez-vous quelques conseils ?

Andrew : Oui, tout à fait.

Robyn : Non, je n’ai rien à leur conseiller.

 

En quoi The Outpost est-il différent des autres shows de science-fiction ?

Andrew : Tout d’abord, je pense que c’est parce qu’il a sa propre mythologie, un récit mythique à l’ancienne. Dans la lignée des contes de fées et des histoires devant lesquels j’ai grandi, il y a un juste équilibre entre la jolie petite histoire familiale et la partie effrayante narrées en même temps. Je pense que le show est parfait pour regarder en famille mais il suscite aussi l’intérêt des ados et des jeunes adultes, tout comme il peut être le plaisir coupable de certains adultes. J’ai une fille de 8 ans qui est toujours frustrée car elle ne peut jamais voir mon travail. Je lui montre des extraits et des vidéos mais elle ne peut décemment pas regarder quelque chose dans lequel j’arrache les orbites de quelqu’un, mais là, c’est la première fois que ma petite fille peut regarder ce que je fais et j’ai très hâte !

Robyn : Il y a également le fait que la quête de Talon soit une simple histoire de vengeance et je trouve que c’est génial d’avoir un personnage principal qui est une jeune femme combattante et solitaire. De plus, Jess (Jessica Green, ndlr) est incroyable en Talon, c’est une superstar en devenir car elle a vraiment quelque chose.

Andrew : Elle est complétement badass, elle tient le show grâce à ses performances physiques et ça, c’est important.

Robyn : Et aussi son charisme, vous voyez ? C’est une chose inexplicable quand la caméra aime une personne tout simplement, un visage et elle a cette chance.

 

Gardez-vous tous vos accents pour jouer ? (Andrew est originaire du Pays de Galles et Robyn de Nouvelle-Zélande, ndlr)

Andrew : Tout le monde doit être plus ou moins européen dans le show. Moi je le joue à l’anglaise. Je ne fais ma propre voix mais ce n’est pas non plus américain, c’est plutôt un accent du sud de l’Angleterre que je fais.

Robyn : Qu’est-ce-que je fais moi ? Je ne sais vraiment pas quel accent je fais !

Andrew : Tu ne le fais pas très bien.

Robyn : Je baragouine juste !

Andrew : Non, elle est très bien ! D’ailleurs, nous voulons davantage de scènes ensemble. Nous avons une scène de sexe tous les deux mais à part ça, c’est rare.

Robyn : Oui ! Toi tu es tout essoufflé et moi je fume la pipe.

Andrew : En tout cas, je suis vraiment très heureux de faire partie de cette série, c’est une jolie troupe que nous avons là.

Robyn : Oui, et aussi dans le sens où nous n’avons pas le budget du Seigneur des Anneaux, on n’a pas 1 million de dollars pour faire ce show, et selon moi, cela pousse l’équipe technique à se surpasser. Nous avons des contraintes avec lesquelles travailler. Ces gens sont si doués dans ce qu’ils font et travaillent depuis tellement longtemps sur des shows de science-fiction qu’ils savent vraiment ce qu’ils font, et ils nous ont créé des monstres, des champs de bataille et tout un tas de trucs qui paraissaient naturels avec un budget de télévision, ce que je trouve incroyable à réaliser. Cela signifie aussi que nous devons nous appuyer sur eux, les scénarios doivent être bons et le cast aussi, et ça se ressent. Je me sens vraiment comme un membre à part entière de l’quipe, ce qui est top !

Andrew : C’est sûr que vous devez bien jouer quand vous donnez la réplique à un homme en tenue verte ou à une balle de tennis mais c’est là qu’est tout le fun de la chose !

 

La première saison de The Outpost s’achèvera ce samedi 20 octobre à 21h en exclusivité sur SYFY France. 

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.