DarkLight Con de People Convention : entretien avec Mark Sheppard

Invité à la Darklight Con de People Convention au début du mois pour un week-end dédié à la série Supernatural, Mark Sheppard a accepté de répondre à quelques unes de nos questions avant la diffusion des derniers épisodes de la douzième saison…

Pourriez-vous nous donner votre avis sur cette saison ?
Je ne peux pas vous dire grand chose avant la diffusion du final, ce serait gâcher la surprise. Nous sommes très fort dans l’art d’être général dans ce que nous déclarons, quelque chose d’énorme se passe dans le final, comme tous les ans. Supernatural est un show fascinant. Les fans forment l’aspect le plus intéressant de la série.

Nous avons eu droit à une nouvelle dynamique entre Castiel et Crowley pendant cette saison. Comment était-ce de jouer plus de scènes avec Misha Collins ?
Au début, c’est vrai, nous avons eu droit à de nouvelles scènes ensemble. Mais cela n’a pas duré longtemps. Les scénaristes ont fait la même chose avec Démon Dean et Crowley, ça a été très intéressant pour le temps que ça a duré. Mais ce sont des relations qui ne peuvent pas être utilisées très longtemps, elles sont explorées pendant quelques épisodes puis nous devons passer à autre chose. C’était très amusant de jouer avec Misha Collins. C’est un acteur hilarant. Je dois être l’un des seuls acteurs à qui il ne fait pas beaucoup de blagues sur le tournage, je pense qu’il n’ose pas… Je lui fais sûrement un peu peur.

Avez-vous déjà imaginé la façon dont la série pourrait se terminer ?
Je serai parti depuis bien longtemps. En tout cas, je l’espère. Je n’ai pas imaginé de fin parfaite pour la série parce que pour moi je serai déjà parti. Je n’essaie pas d’imaginer la façon dont Supernatural se terminera, la série est à propos des frères Winchester et je ne pense pas à leur fin. Après tout, la série pourrait durer pour toujours. On ne sait jamais… Les fans en seraient ravis !

Pourquoi pensez-vous que les fans soient si passionnés par la série après 12 saisons et une 13ème qui arrive ?
Parce qu’ils aiment les Winchester, ce ne serait pas la même chose s’ils ne les aimaient pas. C’est une histoire de famille, une histoire de frères, une histoire sur le mal et le bien… Beaucoup de gens s’identifient à ces histoires et aux intrigues explorées par les personnages. Nous évoluons dans un monde très dur. Les gens qui se soutiennent, c’est rare de nos jours. Il suffit de regarder les politiques actuelles dans le monde : la France, les Etats-Unis, l’Angleterre… Ce n’est pas une période propice au rassemblement. Je trouve que Supernatural rassemble les gens d’une façon très positive contrairement à beaucoup d’autres séries actuelles. On y parle de personnages qui traversent des périodes difficiles, sombres, des gens brisés… Bien sûr, les choses sont représentées de manière réaliste, ce sont des sentiments que l’on peut traverser, mais Sam et Dean sont des personnages qui prennent soin l’un de l’autre, ils essaient d’améliorer le monde… C’est un message positif que beaucoup de gens apprécient et comprennent, ils se reconnaissent dans ce message parce que notre société est sévère et parfois cruelle : nous devons faire face à de plus en plus de maladies mentales, d’inégalités qu’il s’agisse de genres, de sexualité, d’identification… Le monde est très dur à vivre si on s’y sent différent. Je pense que les téléspectateurs s’identifient d’autant plus aux personnages de Supernatural parce que nous vivons dans la société dans laquelle nous vivons. Faire partie de cette communauté de fans semble pouvoir protéger et aider certains de ses membres, ils se réunissent, communiquent entre eux, réalisent des choses fabuleuses. Nous, acteurs, consacrons une partie de notre temps et de notre énergie à des causes incroyables, et voir les fans soutenir et porter ces causes à bout de bras, cela vaut toutes les récompenses. Misha [Collins], par exemple, construit des écoles et des maisons dans des pays défavorisés et réussit à emmener des milliers de fans dans cette aventure avec lui. C’est la chose la plus fantastique avec la série. C’est ce qui rend la série si spéciale.

Vous avez joué dans de nombreuses séries télévisées, comme Firefly, Battlestar Galactica, Dollhouse, Doctor Who… Avez-vous un genre préféré quand il s’agit des séries ?
La chose intéressante dans la science-fiction et le fantastique, c’est que les histoires sont toujours plus développées. Les problèmes que l’on rencontre dans la vie de tous les jours et que l’on peut voir dans une série dramatique ne sont pas aussi palpitants à jouer ou à regarder. Les allégories et les transpositions dans les séries fantastiques sont beaucoup plus intéressantes en tant qu’acteur, les scénarios sont du coup beaucoup plus poussés. On peut se retrouver dans des mondes totalement différents et de ce fait, vivre des expériences totalement différentes. Je pense que le fantastique et la science-fiction sont des genres très spéciaux dans la construction de l’histoire. Je suis beaucoup plus attiré par la façon dont ces histoires sont racontées. Je regarde plusieurs séries actuelles mais je ne peux pas vous dire lesquelles parce que j’aimerais bien jouer dedans. Quand j’ai découvert que j’allais jouer dans Doctor Who, par exemple, je n’ai pas pu en parler à qui que ce soit pour ne pas gâcher la surprise. En octobre dernier, je me suis d’ailleurs retrouvé à une convention Doctor Who avec John Barrowman où nous avons parlé de ça…

Quels sont vos prochains projets ?
Pendant plusieurs années, j’ai travaillé sur plusieurs séries en même temps. Depuis trois ans, je me suis focalisé sur Supernatural et les conventions dédiées à la série, c’était difficile de trouver le temps de travailler sur autre chose. Je viens juste de jouer dans le season finale du remake de MacGyver où j’ai joué le rôle que mon père jouait dans la série originale, c’était très amusant. Qui sait ? Qui sait ce que je vais faire cette année ?

Owlhazel

Owlhazel

Aude, 24 ans et apprentie libraire sur Paris. Je divise mon temps libre entre les séries et la lecture. Mon genre de prédilection reste de loin les séries en costumes et historiques, majoritairement anglaises, appelées aussi period drama. Je regarde aussi beaucoup de séries fantastiques, mais j’ai beaucoup de mal avec les comédies. J’aime pleurer et voir mes personnages préférés en baver avec la vie. Mes séries préférées vont des Tudors à Game of Thrones en passant par The White Queen et Outlander, avec un petit détour par Vikings et Peaky Blinders.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.