Journée Mondiale des Troubles Bipolaires : ces séries qui nous présentent la maladie

Aujourd’hui nous sommes le 30 mars, date anniversaire du célèbre peintre Van Gogh, qui souffrait de bipolarité. A cette occasion, on célèbre la journée mondiale des troubles bipolaires. Pathologie mentale chronique touchant de 1 à 2.5 % de la population, elle est décrite comme une alternance de phases dépressives et de phases d’euphorie, ce qui devient invalidant dans le quotidien des malades, tant dans leur développement personnel que dans leur relation avec les autres.

A la rédac’ on a voulu s’intéresser à la façon dont l’univers des séries avait réussi à traiter de ce trouble psychologique, au travers différents personnages, principaux ou secondaires.

Attention cet article peut contenir des spoilers

Carrie Mathison (Homeland)

Carrie Mathison (Homeland)

On ne pouvait pas parler de la mise en lumière des troubles bipolaires dans les séries sans parler de Carrie (Claire Danes), héroïne d’Homeland. En effet, l’agent de la C.I.A. peut avoir parfois des comportements illogiques voire irrationnels, qui vont pourtant l’aider à de nombreuses reprises dans ses missions et enquêtes diverses. Elle permet au téléspectateur de se rendre compte de la façon dont une personne atteinte de ce type de pathologie peut se débrouiller pour mener à la fois une vie normale, une carrière professionnelle et en même temps gérer ses conflits intérieurs comme extérieurs.

Kat Baker (Spinning Out)

  Kat Baker  (Spinning Out)

Kat (Kaya Scodelario) sait qu’elle est bipolaire et prend un traitement quotidien, tout comme sa mère dont elle a hérité sa maladie. Elle a plusieurs fois vu sa mère stopper son traitement et pu ainsi voir les effets de la bipolarité sur son comportement, ce qui l’amène à être très rigoureuse dans la prise de son traitement, afin de ne pas reproduire le même schéma. Cependant, sans surprise, un discours de sa mère la pousse à progressivement réduire ses prises de médicaments afin de ne plus avoir peur de refaire une chute en patinage. Évidemment, elle finit par ne plus prendre ses médicaments du tout et son secret jusqu’ici si bien gardé finit par éclater au grand jour.

Maggie

Maggie (Sally Field) est la mère d’Abby Lockhart (Maura Tierney) et d’Eric (Tom Everett Scott). Elle souffre de troubles bipolaires et la maladie a rendu sa vie mais également et surtout celle de ses deux enfants très difficiles. En effet, Maggie est en proie à de grosses crises dont les conséquences peuvent et ont été désastreuses sur sa relation avec ses eux, des rapports qui seront donc extrêmement tendus, d’autant plus lorsqu’Eric sera diagnostiqué comme atteint par les mêmes troubles que sa mère. Elle fera néanmoins preuve d’un grand soutien envers sa fille à la naissance de son petit-fils, Joe. Même si elle n’est pas un personnage principal, elle permet à l’intrigue de proposer un aperçu des impacts que la maladie peut avoir sur l’ensemble d’une famille.

Billy Chenowith (Six feet Under)

  Billy Chenowith (Six feet Under)

Le jeune Billy (Jeremy Sisto) n’apparaît qu’au bout de 4 épisodes dans la série Six Feet Under et s’avère être un personnage très intéressant. Diagnostiqué bipolaire très tôt, il fait preuve de comportements parfois violents et inattendus. Il cesse le traitement qui lui a été prescrit et devient un danger pour lui comme pour ses proches. Il subit alors une rupture amoureuse douloureuse, sa petite amie étant apeurée par ses crises et son instabilité. Ce personnage permet de se rendre compte de la façon dont la bipolarité est parfois, dans certains cas, une entrave à la vie relationnelle et amoureuse d’un individu malade.

Waverly Grady (Friday Night Lights)

 Waverly Grady (Friday Night Lights)

Petite amie de Smash, Waverly Grady (Aasha Davis) est la fille du révérend et un personnage récurrent de la première saison. Elle est indépendante, brillante et se démarque particulièrement dans ces premiers épisodes de la série. Sa gestion des troubles bipolaires et de la dépression, en particulier suite à l’arrêt de son traitement, ont apporté un côté tragique et à la fois une grande force de caractère au personnage, un contraste avec Smash qui peut paraître parfois immature et insouciant.

Rudy Wade (Misfits)

Rudy Wade (Misfits)

Le personnage de Rudy Wade (Joseph Gilgun) n’est pas clairement mentionné comme atteint de troubles bipolaires, mais les super-pouvoirs des protagonistes de la série sont tous en rapport avec un trait de leur personnalité ou du moins ont un sens vis à vis de leurs histoires respectives. Rudy étant divisé en plusieurs « personnes » aux caractères extrêmement différents, on en conclu que le jeune homme doit de base présenter des symptômes similaires, même si il est possible également d’évoquer un probable trouble dissociatif de l’identité. Il est d’ailleurs intéressant de voir dans la série comment le Rudy « principal » apprend à composer avec les autres aspects de sa personnalité, pour imager le quotidien d’une personne confrontée à ce genre de pathologie mentale, que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans ses relations à autrui. Même si l’humour de la série rend le personnage de Rudy loufoque, il n’en reste pas moins très attachant.

Ian Gallagher (Shameless)

 Ian Gallagher (Shameless)

Ian (Cameron Monaghan) est diagnostiqué bipolaire au cours de la saison 4, pathologie qu’il hérite de sa mère, elle-même bipolaire. Alors qu’il ne montre aucun signe d’une quelconque maladie avant cette saison, subitement son comportement change, il montre des signes de dépression et commence à agir par moment de façon déraisonné.

Les troubles bipolaires n’ont été définis comme tels que très récemment. Auparavant, les personnes atteintes de cette pathologie étaient dites  » maniaco-dépressives », par rapport à leurs phases caractéristiques extrêmes de dépression et d’euphorie. Elle est relativement répandue et il est intéressant de se pencher sur les différents aspects de cette maladie, y compris par le biais de séries comme celles dont nous avons parlé précédemment. Si le sujet de la visibilité des pathologies mentales dans les séries vous intéresse, vous pouvez également aller lire le dossier sur la journée européenne de la dépression.

Lennahera

Lennahera

Passionnée de cinéma et de séries depuis très jeune, la première à laquelle je me suis vraiment accrochée était The Walking Dead. Aujourd'hui j'adore toujours autant l'horreur comme avec American Horror Story mais mes préférées restent Peaky Blinders et Vikings. J'aime beaucoup l'histoire et la mythologie, les drames me plaisent généralement, et les thrillers psychologiques sont toujours un plaisir pour moi.

2 réflexions sur “Journée Mondiale des Troubles Bipolaires : ces séries qui nous présentent la maladie

  • Avatar
    11 avril 2020 à 20 h 25 min
    Permalien

    Franchement c’est une drôle de promotion justement qui est faite par les séries assez loin de la réalité.

  • Avatar
    30 mars 2020 à 11 h 28 min
    Permalien

    Il y a également tout un épisode sur la bipolarité dans la série Modern Love avec Anne Hathaway qui l’interprète 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.