Journée mondiale de la diversité culturelle : 5 séries qui mettent en avant d’autres cultures

Le 21 mai, nous fêtons la Journée mondiale de la diversité culturelle ! Communauté juive ultra-orthodoxe, immigrants taïwanais et égyptiens aux États-Unis, Indo-Américains… Tour d’horizon de 5 séries qui mettent à l’écran des cultures peu représentées.

1. Fresh Off the Boat (AgatheBaie)

Culture à l’écran : Taïwanaise

Synopsis : Eddie Huang, né au sein d’une famille d’immigrants taïwanais de première génération aux États-Unis, déménage avec ses parents, sa grand-mère et ses frères de Chinatown de Washington pour Orlando en Floride dans les années 1990. À son arrivée, l’adolescent fan de culture américaine et de hip-hop va devoir trouver sa place dans son nouveau collège où il est le seul d’origine asiatique.

La place de la culture dans la série : En suivant les aventures des Huang, la série nous plonge dans la culture taïwanaise, ses clichés et sa richesse tout en nous montrant un exemple d’adaptation de boat-people qui ont chacun.e leur définition de l’American Dream.

Pourquoi vous devez regarder Fresh Off the Boat (Bienvenue chez les Huang en VF) : Avec des personnages principaux très attachants, cette comédie nous transporte au coeur des années 1990 dans une famille atypique mais que l’on aimerait tous avec comme voisine. Adaptée du livre éponyme d’Eddie Huang, Fresh Off the Boat a beau être une série parfois loufoque, elle réussit à mêler tendresse et humour. En bref, une série feel good.

Vous aimerez aussi : Si comme nous vous êtes fan de Constance Wu, l’interprète de Jessica Huang, n’attendez plus et regardez Crazy Rich Asians, premier film de studio hollywoodien entièrement joué par des acteur.rices asiatiques à être sorti au cinéma depuis The Joy Luck Club (1993). Une comédie romantique qui ose quitter les rues new yorkaises pour se dérouler à Singapour.

2. Never Have I Ever (Setsuna)

Culture à l’écran : Hindoue

Synopsis : Les déboires familiaux, sentimentaux et amicaux de Devi Vishwakumar (Maitreyi Ramakrishnan), une adolescente indienne de 15 ans qui vit en Californie. Malgré la culture américaine dans laquelle elle évolue, sa mère compte bien lui inculquer quelques valeurs hindoues, au plus grand malheur de la jeune fille ! Un brassage multi-culturel sur fond de comédie romantique.

La place de la culture dans la série : Devi renie son héritage hindou et n’hésite pas à s’en moquer ouvertement pour montrer que cette culture l’indiffère, tandis que sa cousine Kamala (Richa Moorjani) se voit contrainte d’accepter un mariage arrangé pour faire honneur à ses parents… Une place importante est donc consacrée à la représentation indo-américaine !

Pourquoi vous devez regarder Never Have I Ever (Mes premières fois en VF) : parce que c’est avant tout une teen-série feel good qui vous fera passer un bon moment de détente ! Avec son format court (10 épisodes d’environ 30 minutes), elle se regarde facilement et la diversité étant de mise, vous vous identifierez sûrement à l’un(e) des protagonistes !

Vous aimerez aussi : Badalte Rishton Ki Dastaan, série indienne dont l’intrigue se déroule à travers les relations entre les différents membres de la famille Asthana traitant de la lutte à l’encontre du modèle patriarcal.

3. Ramy (AgatheBaie)

Culture à l’écran : Égyptienne

Synopsis : Ramy Hassan, un américano-égyptien né de la première génération est tiraillé avec sa double culture. D’un côté, il essaie d’être un bon musulman et de l’autre un bon américain.

La place de la culture dans la série : En plus d’accompagner la famille Hassan dans leur quotidien, Ramy nous montre un groupe de personnes participant à leur façon à la communauté musulmane du New Jersey. Elle nous fait pénétrer dans une mosquée, vivre le Ramadan aux côtés des protagonistes et même vivre le 11 septembre à travers les yeux d’un enfant de 12 ans qui est confronté de plus belle au racisme.

Pourquoi vous devez regarder Ramy : Il n’y a rien de mieux qu’une comédie pour découvrir une culture différente de la nôtre et démonter ses clichés. Au-delà des problèmes existentiels de Ramy, la série nous fait prendre conscience des obstacles auxquels font face les émigrés arabes tels que la solitude due à l’éloignement familial ou encore le fantasme oriental des Blancs.

Vous aimerez aussi : Master of None. En plus de suivre un trentenaire new yorkais d’une première génération d’immigrés (indiens ici), la série traite de la recherche de l’amour, de la remise en question du mode de vie du personnage principal et de ses relations familiales et amicales.

4. Unorthodox (Princesse Sarah)

Culture à l’écran : Communauté juive ultra-orthodoxe de New York

Synopsis : Esty est une jeune juive de 19 ans appartenant à la communauté ultra-orthodoxe de Brooklyn. Elle a été mariée l’année précédente à Yanky, également issu de sa communauté et tout aussi jeune qu’elle, mais le mariage se passe mal car les deux jeunes, ayant grandi coupés du monde, ne connaissent rien aux mécanismes de la sexualité et ne parviennent pas à avoir un enfant, condition sine qua non pour valider le mariage. Esty, différente des autres, ne supporte plus cette vie et s’enfuit à Berlin, où elle découvre le monde réel en se confrontant à une jeunesse qui lui apprendra à se libérer.

La place de la culture dans la série : Omniprésente. Unorthodox est imprégnée par la culture qu’elle nous montre, que ce soit par le biais des confrontations d’Esty avec les moeurs plus libérées de la société berlinoise, que par les nombreux flashbacks qui nous permettent de mesurer l’écart entre la manière de vivre des juifs ultra-orthodoxes et la nôtre, et ce alors qu’ils vivent au beau milieu de New York, mais dans leur communauté fermée et endogame.

Pourquoi vous devez regarder Unorthodox : Parce que vous ne vous ennuierez pas une seconde en regardant cette mini-série, parce qu’il est important de voir que notre mode de vie n’est pas le seul. Le quotidien de cette communauté religieuse très stricte est passionnant à voir (moins à vivre, on en conviendra facilement). On assiste à des fiançailles, un mariage, la découverte de la sexualité dans un univers où les femmes portent une perruque ou un voile pour cacher leur crâne rasé tandis que les hommes laissent pousser leurs cheveux sur les tempes uniquement en papillotes (ces longues mèches bouclées qu’ont certains rabbins), un monde où les jeunes ignorent l’anatomie et la fonction de leurs organes génitaux jusqu’au mariage…
La découverte du monde réel pour Esty et son mari est touchante et nous fait réaliser les nombreuses possibilités que notre société nous offre en comparaison de certaines cultures très codifiées ne laissant pas de place à l’individualité.

Vous aimerez aussi : Les Shtisel. Une famille à Jérusalem. Cette série israélienne se déroulant dans la communauté orthodoxe parle des liens familiaux soumis à une pratique religieuse stricte.

5. Vida (Lizzie)

Culture à l’écran : Latine

Synopsis : Emma et Lyn ne sont pas très proche de leur mère, mais lorsque celle-ci décède et leur lègue un bar dans le East Los Angeles, le quartier de leur enfance, elles découvrent au passage que leur mère était une personne mystérieuse qui avait beaucoup de secrets…

La place de la culture dans la série : Dans Vida, la culture latino-américaine est omniprésente. Sans être au coeur de l’intrigue, elle est pourtant omniprésente et caractérise la série dans chaque épisode. Tournée à Los Angeles dans le Eastside de la ville et avec un casting principalement latino-américain, la série s’impose comme une référence dans le paysage télévisuel actuel concernant cette culture souvent méprisée, moquée voir diabolisée. Sans paillettes ni artifice, la série dépeint au plus juste la culture des créatrices, scénaristes et productrices de la série (toutes des femmes), elles-mêmes latino-américaines.

Pourquoi vous devez regarder Vida : Parce que c’est une série unique en son genre. Diffusée sur Starz, c’est une série pour public averti (principalement à cause des nombreuses scènes de sexe), pourtant, elle fait du bien. Sans être une comédie à proprement parler, Vida est une série attachante tant elle déborde de sincérité. C’est aussi une série qui mise tout sur les minorités : les deux personnages principaux sont des femmes, latino-américaines, et l’une d’elle est un personnage LGBT+. Rien que ça.

Vous aimerez aussi : Jane The Virgin, un peu moins audacieuse que Vida, mais qui vaut le coup d’oeil également.

AgatheBaie

AgatheBaie

Agathe, 25 ans, ex-sorbonnarde et ex-étudiante en journalisme culturel à l'ESJ Paris. Je suis à la fois passionnée par le cinéma hollywoodien - que ce soit celui qui nous met des étoiles plein les yeux ou celui qui nous fait réfléchir - et fan de séries ! J'aime énormément de genres différents : science-fiction et fantastique, super-héros, drames, historiques, horreur... Mes plus gros coups de cœur : Game of Thrones, Glee, Ally McBeal, Buffy contre les vampires, Outlander et Sweet/Vicious. Elles ont un point commun : des personnages féminins forts et charismatiques, avec du caractère et traitent de sujets culturels ou de société qui nous touchent tous et toutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.