Westworld : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

Alors que cette nouvelle production signée HBO s’est achevée avec un record absolu d’audience pour la chaîne (pulvérisant au passage le précédent détenu par Game of Thrones, qui avait attiré près de 6 fois moins de curieux pour sa première saison !), l’attente sera longue pour en découvrir la suite, qui n’est annoncée que pour 2018. Ce sera dur, très dur d’attendre, mais on leur pardonne (presque), tant la série est exceptionnelle et déjà considérée comme un monument du petit écran.

L’ensemble de cette première saison est à l’image du pilote : mise en scène d’une maîtrise ahurissante, scénario dense et travaillé, des acteurs exceptionnels.

westworld_1x10_william

  • Une trame narrative des plus efficaces

On pourrait découper la saison en deux parties :

Tout d’abord du premier épisode à l’épisode 5 : l’intrigue se met en place, lentement mais sûrement. Le rythme est volontairement calme, et on est surtout perdus sous les nombreuses questions qui nous viennent : « Qu’est ce que le Labyrinthe? », « Qui est robot, qui ne l’est pas? », « Quelles sont les réelles intentions du Docteur Ford? », « Qui est l’Homme en noir? ».

Puis vient l’épisode 6 et son incroyable (mais néanmoins un peu attendu) twist final qui relance toute l’intrigue et nous embrouille un peu plus.

Dès lors, les 4 épisodes suivants franchiront une étape supplémentaire dans la tension et le rythme, qui devient beaucoup plus soutenu et la violence plus présente.

westworld1-10teddy

westworld1-10elevator

 

  • Une maîtrise ahurissante

Car c’est bien cela qui séduit aussi dans Westworld, tout est minutieusement calculé et préparé. On reproche souvent à HBO ses excès de nudité et de violence, souvent gratuits. Ici, tout est à sa place et parfaitement justifié par rapport à l’intrigue.

Les plus habiles d’entre nous auront d’ailleurs repéré les nombreux indices distillés au fil des épisodes, au gré de quelques détails qui en disent beaucoup sur l’intrigue (notamment une certaine photographie dans les derniers épisodes).

La mise en scène est probablement ce qui rend la série si unique et si exceptionnelle visuellement parlant. La minutie accordée à chaque instant est phénoménale et participe à la tension progressive. La série joue d’ailleurs sur son double aspect science-fiction et western, et c’est le propre de ce dernier style de miser sur la réalisation et la mise en scène.

La bande originale, composée par Rawin Djawadi, est d’une insolente beauté, et rythme à merveille autant les scènes de tension que les moments plus calmes. Elle fait partie intégrante de la série et magnifie tous les passages qu’elle accompagne.

160819-westworld-s1-blast-01-1920

westworld-delayed-feature-image-02242016
william-learns-about-guns

  • Une conclusion monumentale

L’épisode final conclue magistralement ce premier chapitre : pendant 1h30 (!) le rythme ne baisse jamais et l’on va de révélations en révélations, pour qu’au final quasiment toutes les questions soulevées pendant la saison soient résolues. Ce dernier épisode est un chef d’oeuvre à couper le souffle à lui tout seul. On ne verra probablement pas mieux cette année en terme de télévision.

Réaliser un épisode de série d’une heure et demie (un film en somme), sans qu’à aucun moment le rythme ne s’essouffle est un véritable tour de force. Les dernières minutes sont jouissives, referment parfaitement ce premier chapitre et laisse augurer d’une toute nouvelle direction narrative pour la suite de la série (qui devrait normalement s’étaler sur au moins 5 saisons).

c9shokx

  • En conclusion 

Points positifs :

  • la bande son
  • le jeu des acteurs
  • la réalisation/mise en scène
  • l’écriture
  • maîtrise parfaite

Points négatifs :

  • attendre 2 ans pour voir la suite !

5/5Westworld est une totale réussite, un bijou télévisuel orchestré par des scénaristes et réalisateurs hors pair. Le plaisir est infini et ils nous réservent encore probablement beaucoup de surprises et de suspens.Et puis la série permet également à ses acteurs de briller. Plus particulièrement Evan Rachel Wood, qui est éblouissante à chacune de ses apparitions, et qui rappelle à quel point elle se faisait trop rare dernièrement.

Theobald

Moi c’est Thibault, j’ai 24 ans et je suis autant passionné de séries que de films. Je passe le plus clair de mon temps libre à essayer d’être à jour entre les différentes sorties, et les différentes publications sur le sujet (sites, magasines, etc…). Concernant les séries, puisque c’est ici le sujet, je crois que la première que j’aie vraiment regardée assidûment et qui m’a fait plonger dans l’addiction était Buffy contre les Vampires, que je trouve d’ailleurs toujours très actuelle dans les thèmes très riches qu’elle a développés, et j’aime beaucoup le travail de Joss Whedon. Ensuite, même si je ne l’ai pas terminée et que le reboot ne m’intéresse pas, j’ai découvert le streaming et la VOSTFR à l’époque avec Prison Break, dont j’avais dévoré les deux premières saisons. Depuis, je pense avoir découvert des programmes de bien meilleure qualité, qui m’ont fait réaliser que la frontière entre les séries et le cinéma est parfois maigre : Les Soprano, Six Feet Under, Breaking Bad, Twin Peaks, Lost, Fargo, Friday Night Lights mais aussi des séries plus légères comme Scrubs, Louie… Bref, la liste est longue !

# Betaseries : thib2703

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*