The Shannara Chronicles : l’avis de la rédac’ sur la saison 2

La seconde saison de The Shannara Chronicles s’est achevée le 22 novembre dernier aux Etats-Unis sur Spike TV. Chez nous, elle sera diffusée dès janvier 2018 en exclusivité sur Syfy France. Voici l’avis de la rédac’ sur cette saison 2 !

 

  • Petit rappel sur la Saison 1

En janvier 2016, MTV accueillait dans son programme The Shannara Chronicles, une série de fantasy créée par Alfred Gough et Miles Millar et adaptée de la série littéraire Shannara de Terry Brooks et plus particulièrement du roman Les Pierres elfiques de Shannara. Depuis, elle est diffusée sur Spike TV. Petit retour sur cette première saison.

Dans un futur post-apocalyptique, la princesse elfique Amberle (Poppy Drayton) se voit confier la mission de protéger l’Ellcrys, l’Arbre Protecteur dont la mort entrainerait la libération des démons qu’il tient prisonniers. Amberle devra unir ses forces à celles de Will (Austin Butler), demi-elfe descendant des Shannara et Eretria (Ivana Baquero), une guerrière vagabonde, pour sauver l’Ellcrys et de ce fait empêcher la fin du monde.

The Shannara Chronicles fait partie de ces séries que l’on qualifie de “plaisir coupable”. Avec ses airs de série B, son univers fantasy un brin caricatural et son scénario téléphoné sur fond de musique pop, on souhaiterait la dénigrer mais l’on a trop envie de poursuivre l’aventure et savoir ce qu’il va arriver à ces personnages, pas toujours crédibles mais terriblement attachants. De ce fait, la série avait su rassembler une petite communauté de fans qui n’ont eu de cesse que d’attendre la suite des aventures de nos héros.

  • Qu’en est-il de la suite?

The Shannara Chronicles a finit par revenir avec une saison 2 dont la diffusion a démarré le 11 octobre 2017 cette fois-ci sur Spike.

On retrouve donc Wil, dévasté par la disparition de son grand amour, Emberle, qui s’est sacrifiée pour vaincre le Dagda Mor. Le jeune demi-elfe a renoncé à ses pouvoir pour devenir un guérisseur anonyme au quotidien sans histoire. Eretria, elle, mène une vie tranquille au sein d’une communauté installée à San Francisco, et file le parfait amour avec une certaine Lyria.

Une nouvelle quête les attend. Wil sera extirpé de son village paisible par la venue de Mareth, une jeune femme aux pouvoir magique qui prétend être la fille d’Allanon. Il devra partir à la recherche de l’épée de Shannara, seule arme capable de vaincre le Roi Sorcier que cherche à ressusciter Bandon. Car en effet, le gentil druide a sombré dans le côté obscur et cherche désormais à semer la mort et la discorde après s’être laissé pousser les cheveux et avoir revêtu un costume de véritable méchant, cape noire comprise. En parlant de côté obscur, Eretria ainsi que d’autres risquent de s’en approcher, le tout est de savoir s’ils sauront y réchapper.

  • Une prise de distance qui peut décevoir

On regrette un enchevêtrement d’histoires qui se mélangent sans grande logique et qui ne rendent pas le tout véritablement passionnant, avec ces inintéressantes luttes de pouvoir, l’intervention du général Riga dont on ne sait trop ce qu’il vient faire dans cette aventure hormis pour péniblement étoffer l’intrigue sans réel succès. C’est avec un certain regret qu’on constate que Amberle manque cruellement à la série qui se retrouve dépossédée d’un personnage riche pour être remplacée par Mareth, aussi fade que peu crédible au milieu de toutes ces révélations qui lui tombent littéralement dessus.

Il est aussi dommage que, possiblement pour adhérer au fil rouge des autres séries fantasy, les scénaristes aient choisi de se la jouer Game Of Thrones, nous imposant ainsi la mort d’un personnage presque à chaque épisode, des scènes sanglantes voire gore totalement gratuites et nullement justifiées dans une série comme The Shannara Chronicles.

Peut-être est-ce une impression accentuée par les points négatifs cités ci-dessus, mais la mise en scène elle-même semble avoir perdu en qualité. Ainsi, les musiques pop typiques des séries MTV sont lancées puis interrompues brutalement au gré des scènes et cela passe moins bien qu’avant. Les effets spéciaux, déjà modestes mais tout à fait tolérables semblent parfois nous crever les yeux, notamment dans le royaume de Leah ou tout n’est qu’opulence, le rendu laisse à désirer. Et l’organisation des scènes assez brouillonnes nous entrave dans la compréhension de l’intrigue qui n’est déjà pas toujours très claire ni captivante.

La fin, très similaire pour ne pas dire presque identique à celle de la saison 1 pourra néanmoins susciter l’intérêt du spectateur, renouant avec les valeurs de la première saison et se permettant de jouer avec nos sentiments, suffisamment pour que l’on songe à se plonger dans une suite si elle venait à voir le jour.

En conclusion : The Shannara Chronicles nous offre une saison 2 bien loin d’être à la hauteur de la saison 1, néanmoins les quelques scènes intéressantes et surtout les derniers épisodes qui méritent qu’on leur accorde de l’intérêt peuvent laisser espérer une suite à même de relancer cette série qui avait su passionner bon nombre de fans. Note : 2,5/5

Littlepoppy

Littlepoppy

Marie, 26 ans, infirmière en région parisienne qui se prend au choix pour Sybil Grantham ou Anne Shirley. Mon quotidien s’organise autour du travail, des sorties et de mes passions comme la lecture, le cinéma, les séries TV et la couture. Je fonctionne au coup de cœur et malgré son succès je ne me force pas à poursuivre une série qui ne me passionne pas (mes excuses à Game of Thrones et The Walking Dead). Je n’ai donc pas vraiment de genre préféré, ayant suivi avec bonheur tant Downton Abbey que American Horror Story, Once Upon A Time que True Blood… Je tiens un petit blog avec amour dont le titre rend hommage à l’un de mes grands classiques cinéma des années 90 : Bangarang Daily.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.