The Outpost (SYFY France) : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

D’ores et déjà reconduite pour une saison 2, la première saison de The Outpost s’est achevée chez nous ce samedi 20 octobre sur la chaîne SYFY France. Épopée fantastique mettant en scène la vengeance de la dernière survivante d’une race appelée Blackblood, la série est un mélange de fantasy et de science-fiction diffusée outre-Atlantique sur The CW. Après vous avoir fait part de notre avis sur le pilote, voici désormais notre critique de l’intégralité de la saison.

*** Attention, cet article contient des spoilers ! ***

 

  • Une saison en progression constante

Après visionnage du pilote, il aurait été cohérent de penser que toute la saison serait dans la lignée de ce premier épisode. Et pourtant, nous changeons rapidement d’avis. En effet, plus les épisodes avancent et plus la qualité du show s’améliore. Les raisons : une intrigue en développement, des personnages attachants et des twists qui viennent nous surprendre quand nous nous y attendons le moins. Ainsi, quel n’est pas notre étonnement quand nous découvrons que Gwynn (Imogen Waterhouse) n’est autre que la Reine du Royaume et non la simple fille du Général Calkussar (Michael Flynn) ! Ou encore que le simple désir de vengeance de Talon (Jessica Green) va la mener, elle et ses compagnons de route Garret (Jake Stormoen) et Janzo (Anand Desai-Barochia), vers une quête bien plus grande qu’elle ne l’imaginait !

Andrew Howard and Jessica Green in The Outpost (2018)

De plus, le contexte médiéval propre à la fantasy permet de dénoncer un certain obscurantisme régi par le Premier Ordre, mené par Everit Dred (Philip Brodie), le responsable du massacre du peuple de Talon, et qui n’est pas sans rappeler la dictature du même nom présente dans la saga Star Wars. Les habitants de l’avant-poste se battront donc pour retrouver leur liberté dans un épisode final qui redresse la barre du pilote de la série.

 

  • Des lacunes certaines 

Hélas, The Outpost a beau avoir certaines qualités, le show n’en a que tout autant de défauts. Petite production qui pèche par un budget quasi-inexistant, les effets spéciaux nous renvoient 20 ans en arrière et font plutôt tache dans le paysage audiovisuel actuel, étant donné que les productions du même genre sont désormais plus impressionnantes les unes que les autres (Game of Thrones, Vikings, …). Dans ce cas, il devient difficile à la série d’être crédible, surtout lorsqu’elle repose en partie sur l’apparition d’un monstre censé être effrayant et qui est au final davantage risible que réellement menaçant… Seule la beauté des décors naturels sauve l’environnement du show, The Outpost ayant été tourné dans l’Utah, notamment dans les épisodes 8 et 9 où l’on peut voir toute l’étendue des paysages. C’est cependant sans compter sur certains plans au fond vert relativement grossiers qui alourdissent l’image…

Résultat de recherche d'images pour "the outpost talon garret"

En outre, le jeu des acteurs laisse également à désirer. A commencer par l’actrice principale, qui malgré son physique de rêve, a du mal à convaincre et manque bien souvent de charisme… Il en est de même pour l’interprète de Gwynn, et de l’ensemble du cast à quelques exceptions près. Mais il est important de souligner que, tout comme dans notre premier point, plus la saison avance et plus le jeu des acteurs s’améliore ! Et la personnalité de leurs personnages n’est peut-être pas étrangère à ce revirement…

 

  • Des personnages à l’intérêt inégal

En effet, le développement des personnages est un point positif qui nous permet de nous plonger davantage dans l’histoire et de nous attacher aux protagonistes. Toutefois, ils ne sont pas tous logés à la même enseigne, le personnage de Garret étant relativement linéaire tout le long de la saison, contrairement à celui de Wythers (Andrew Howard) ou de La Maîtresse (Robyn Malcolm) qui se dévoilent au fur et à mesure des épisodes. Semblant d’abord foncièrement mauvais, ils dévoilent une autre facette de leur personnalité quand le dénouement approchera. Bien que l’héroïne du show, Talon, nous suscite de la sympathie, elle se fait quelque peu voler la vedette par Janzo, devenu l’un des personnages préférés des fans tant il est à la fois drôle et touchant.

Robyn Malcolm and Anand Desai-Barochia in The Outpost (2018)

L’une des bonnes surprises de cette première saison vient du côté de Gwynn, qui connaît une évolution surprenante : de petite fille à papa craintive et gâtée, elle s’avérera être la Reine du Royaume, qui n’hésitera pas à prendre ses responsabilités et aller au combat délivrer les siens dans le final. A noter que son changement se traduit également physiquement dans sa coupe de cheveux -qu’elle a longs au début puis courts à la fin quand elle s’affirme réellement.

 

En conclusion, The Outpost est une petite série divertissante sans prétention aux faibles effets spéciaux et dont le casting laisse parfois à désirer. Cependant, elle s’améliore d’épisode en épisode et accroche le téléspectateur dans son intrigue mais aussi par le biais de personnages attachants. Espérons que la seconde saison sera du même niveau que les derniers épisodes afin de susciter davantage d’intérêt de la part du téléspectateur. Note : 2,75/5.

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.