The Good Doctor : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

Débutée le 25 septembre 2017 aux États-Unis sur la chaîne ABC, la première saison de la nouvelle série médicale de David Shore, The Good Doctor, s’est achevée le 26 mars dernier sur un dix-huitième épisode fort en émotion. Mettant en scène Freddie Highmore (Bates Motel) dans le rôle de Shaun, un chirurgien très doué atteint d’autisme, la série nous promettait de belles choses avant même que la série ne débute.
Mais alors, qu’en est-il de notre verdict après une saison ?

 

  • Un scénario convenu et prévisible

Dès le premier épisode, comme nous vous en parlions dans notre Review Pilot, deux risques se présentaient à nous : d’abord, celui de la supériorité constante de Shaun, puisqu’il avait résolu dès le début un cas très compliqué, alors que personne ne l’écoutait et ne l’en capable, mais aussi un repos constant sur les excellents acteurs de la série, développant alors une lassitude au fil des épisodes. Ces inquiétudes se sont malheureusement confirmées tout au long de la saison, même si elles étaient moins prononcées que dans le premier épisode. En effet, The Good Doctor nous offre régulièrement des scènes faciles, avec très peu d’échecs, ce qui nous fait ressentir un certain essoufflement des cas présentés d’épisode en épisode, surtout qu’après avoir visionné un épisode, nous oublions presque immédiatement le cas épisodique que nous venons de voir.

Malgré cela, il faut avouer que The Good Doctor est une très bonne série médicale sur au moins une chose : la technique et la précision des cas observés sont indéniables. En effet, il semblerait que l’expérience acquise par David Shore sur la série Dr House il y a quelques années lui ait permis de rendre sa toute nouvelle série très réaliste sur le point médical. Ainsi, la série nous propose des cas totalement maîtrisés – qu’ils soient originaux ou non.

 

  • Des acteurs liés par une alchimie évidente

Tous les acteurs, sans exception, sont très bons, voire excellents dans The Good Doctor. Freddie Highmore incarne à la perfection le Dr Shaun Murphy et forme un duo d’exception avec Richard Schiff (Dr Aaron Glassman). Leurs scènes partagées nous offrent des scènes remplies d’émotions et des épisodes très touchants, particulièrement dans la deuxième partie de saison, puisque nous prenons connaissance du cancer d’Aaron et que nous voyons Shaun complètement désemparé face à cette nouvelle. De plus, il est intéressant de voir la façon dont les relations ont pu changer entre Shaun et les autres membres du personnel hospitalier, surtout avec Melendez, qui met un point d’honneur à traiter le jeune homme comme n’importe quelle autre personne, ou encore Claire qui agit de façon totalement opposée à celui-ci.

Si The Good Doctor repose principalement sur les épaules de Freddie Highmore et de Richard Schiff, les personnages secondaires ne sont pas pour autant oubliés. Ainsi, les docteurs Claire Browne, Neil Melendez, Jared Kalu et Marcus Andrews ont eux aussi des storylines personnelles, bien que très courtes et n’ayant aucun impact sur la trame principale. La saison 2 de The Good Doctor répondra très certainement à plusieurs interrogations que nous pouvons nous poser quant à la vie personnelle des autres docteurs de l’hôpital… Nous espérons d’ailleurs bien sûr avoir une explication claire concernant le départ du Dr Jared Kalu, puisque son interprète Chuku Modu ne sera pas présent dans la suite de la série.

 

  • Un potentiel parfois inexploité

The Good Doctor semble ne pas exploiter au maximum ses capacités. Nous parlions précédemment des autres docteurs dont les storylines n’avaient pas d’impact sur l’histoire principale, mais ce n’est pas le seul bémol que nous pouvons noter. En effet, les docteurs ne sont pas les seuls à subir cette injustice, puisque le personnage de Lea (Paige Spara) est sans doute le personnage le plus à plaindre de ce côté-là. Le fait que Shaun ait entamé une relation platonique avec elle était une excellente (sûrement la meilleure même) histoire de cette première saison. Malheureusement, à la moitié de la saison, le personnage quittera la ville après une explication bancale et un road-trip trop peu utile. Il est tout de même à noter que les réactions de Shaun après que Lea lui a annoncé qu’elle partait sont tout de même très bien écrites et jouées. Cette relation aurait pu être très intéressante à maintenir sur toute la saison, d’autant plus que le nouveau voisin de Shaun, Kenny (Chris D’Elia), est un personnage détestable à souhait.

De plus, les flashbacks sur l’enfance chaotique de Shaun sont trop rares et irréguliers pour qu’on puisse y voir un intérêt concret. Nous ressentons une sensation d’hésitation de la part des scénaristes, comme s’ils n’osaient pas aller au bout des choses. De la même façon, nous avons dû attendre l’épisode 10, “Sacrifice”, pour voir Shaun en crise pour la première fois, lorsque le docteur Glassman appelle un thérapeute et que le jeune homme se cache pour l’éviter à tout prix. De ce côté là, nous espérons que The Good Doctor prendra la même route que Dr House il y a quelques années et évoluera donc aussi bien au fil des épisodes et des saisons.

 

En conclusion, The Good Doctor, aussi pointue médicalement parlant soit-elle dans ses cas épisodiques, peine à nous convaincre sur les autres plans. Pour la prochaine saison, nous espérons donc que David Shore apprendra de ses erreurs et développera plus les storylines personnelles des docteurs. Notre note : 3/5.

Xanda

Xanda

25 ans, passionnée par les séries, Harry Potter, la lecture, les Funko Pop et Pokémon. Me dirige très facilement vers des séries appartenant aux genres fantastique/super-héro, science-fiction et drame. Souvent du mal à me lancer dans les séries à fort succès (Game of Thrones, The Walking Dead ou Breaking Bad). Complètement fan de Veronica Mars, Skins, The O.C., Bates Motel, How To Get Away With Murder et Gotham.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.