The Bold Type : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

La première saison de The Bold Type a commencé le 20 juin dernier sur Freeform et s’est achevée ce 5 septembre sur un joli espoir de saison 2. Créée par Sarah Watson, déjà à l’origine de plusieurs épisodes de Parenthood ou plus récemment Pure Genius, la série se centre sur trois collègues mais surtout amies, Jane Sloan, incarnée par Katie Stevens, qu’on a pu voir dans Faking It, Kat Edison, interprétée par Aisha Dee, connue pour avoir joué dans Chasing Life et Sweet/Vicious, et Sutton Brady, jouée par Meghann Fahy, qui a déjà joué dans plus de 80 épisodes de On ne vit qu’une fois. Entre amour, amitié et travail, les trois amies doivent donc trouver un bon équilibre.

 

  • Des débuts chaotiques…

The Bold Type a mal commencé, puisque la série bénéficie d’un pilote catastrophique. Les personnages sonnaient creux et paraissaient sans profondeur, à l’exception peut-être de Kat, qui dès le premier épisode se pose des questions sur sa sexualité lorsqu’elle rencontre Adena (Nikohl Boosheri). Les premiers épisodes sont alors des accumulations de stéréotypes plus affligeants les uns que les autres. Bizarrement, et sans trop savoir pourquoi, on y revient après chaque épisode. On a également du mal, au début, à cerner les postes qu’occupent des demoiselles au sein de l’entreprise Scarlet, magazine féminin fictif très en vogue dans la série. C’est après plusieurs épisodes qu’on comprend donc que Jane vient de passer rédactrice après des années en tant qu’assistante, Kat est celle qui gère les réseaux sociaux (et principalement Twitter) du magazine, et Sutton est assistante d’une éditrice de Scarlet.

En plus de la sensation de creux dans l’écriture des personnages, il faut avouer que nous avons été, au premier abord, déçus par Jacqueline Carlyle, incarnée par Melora Hardin. En effet, la directrice de Scarlet nous a été vendue comme une femme tyrannique à la sauce Meryl Streep dans Le Diable d’habille en Prada, or elle s’avère tout simplement très attentionnée envers tous ces employés. Heureusement, une fois qu’on a compris et cerné personnage, on en vient à l’apprécier à sa juste valeur.

 

  • … Mais une saison délicieuse !

Ne vous inquiétez pas, tout n’est pas à jeter dans The Bold Type ! Les trois quarts de cette première saisons sont même plutôt bons. Les personnalités de tous les personnages, même les plus secondaires, ont été développées, on en a appris davantage sur chacune des filles et, surtout, on s’y est attachés ! Et oui, car après nous avoir bombardés de stéréotypes, il a été difficile de se les sortir de la tête et d’apprivoiser correctement les personnages. Ainsi, si Kat pouvait nous exaspérer avec ses questions sur sa sexualité, si Jane nous parlait trop de travail et si Sutton nous exaspérait avec son obsession pour Richard (Sam Page), les trois filles ont vite évolué et même mûri cette saison. Kat est désormais sûre d’elle et de ses attirances, Jane a appris à profiter de la vie sans parler tout le temps de travail et Sutton est passée à autre chose avec Alex (Matt Ward).

En plus de connaître chacune une évolution intéressante, le personnage de Jacqueline a connu lui aussi son lot de révélations, la dernière étant la plus marquante. En effet, c’est après un reportage de Jane sur une jeune femme violée que nous avons alors appris que Jacqueline, la si forte et vaillante Jacqueline, avait été elle aussi abusée lorsqu’elle n’était encore qu’assistante lors de son premier travail. C’est à cet instant qu’on a alors compris pourquoi la directrice de Scarlet tenait tant à ce que ses employés viennent lui parler de leurs problèmes… Après cette première saison avec une fin aussi ouverte, difficile d’imaginer une suite au sein de Scarlet, puisque Jane a accepté l’offre d’un autre magazine et Kat est partie en Europe rejoindre sa dulcinée, mais nous comptons sur les scénaristes de la série pour nous offrir une belle deuxième saison – si la série est renouvelée !

 

Notre note : 3.5/5. Si la série partait vraiment sur une mauvaise base, on ne peut qu’applaudir les efforts faits pour nous faire rester devant l’écran et, surtout, pour nous faire revenir la semaine d’après ! En plus de ça, on découvre des personnages pas aussi creux que ce qu’on pensait. En bref, une belle progression pour cette première saison.

Xanda

Xanda

25 ans, passionnée par les séries, Harry Potter, la lecture, les Funko Pop et Pokémon. Me dirige très facilement vers des séries appartenant aux genres fantastique/super-héro, science-fiction et drame. Souvent du mal à me lancer dans les séries à fort succès (Game of Thrones, The Walking Dead ou Breaking Bad). Complètement fan de Veronica Mars, Skins, The O.C., Bates Motel, How To Get Away With Murder et Gotham.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.