The 100 : L’avis de la rédac’ sur la saison 3

La saison 3 de The 100 s’est achevée ce jeudi 19 mai sur The CW par la victoire douce-amère de nos anti-héros préférés. Certes l’Intelligence Artificielle est détruite mais de nouvelles catastrophes bien plus importantes sont à prévoir! Retour en détail sur une saison déroutante.

 

  • Des antagonistes pluriels

Contrainte d’avoir dû sacrifier plusieurs centaines d’innocents afin de libérer son peuple de Mount Weather, Clarke (Eliza Taylor) a préféré quitter le camp Jaha (désormais renommé Arkadia) en fin de saison 2. C’est donc une Clarke métamorphosée en Grounder et méconnaissable que l’on retrouve trois mois plus tard dans Wanheda, part 1. Mais voilà, les natifs du Trikru voient en elle l’incarnation de la Mort suite au génocide commis à Mount Weather et recherchent la jeune femme pour, selon leurs légendes, s’emparer de son « don », à savoir sa propension à tuer. Nous découvrons alors l’existence d’un des 12 Clans de Grounders, la Nation des Glaces, qui se dessine d’emblée comme une menace imminente, aussi bien pour le peuple Skaikru que Trikru. En effet, dans Wanheda, part 2, le Prince Roan (Zach McGowan) sous les ordres de sa mère, la Reine Nia (Brenda Strong) met la main sur Clarke, et de son côté, Nyko (Ty Olsson) se fait attaquer par des membres de la Nation des Glaces. Pendant ce temps, dans une contrée lointaine, Jaha (Isaiah Washington) tente d’embarquer Murphy (Richard Harmon) dans la mission que lui a fraîchement confié A.L.I.E. (Erica Cerra), une entité d’Intelligence Artificielle ayant l’apparence d’une femme en robe rouge. Ces événements se déroulant en parallèle de l’action principale, il est à se demander si les chemins de chaque protagoniste finiront par se croiser et quelle incidence cela pourra avoir sur la suite… Dans l’épisode 3, Ye Who Enter Here, Marcus Kane (Henry Ian Cusick) et son équipe retrouvent d’autres survivants de l’Arche, dont Hannah Green (Donna Yamamoto) qui est la mère de Monty (Christopher Larkin), et Charles Pike (Michael Beach), un ancien professeur, qui ont été victimes depuis leur arrivée de massacres commis par la Nation des Glaces. De retour à Arkadia, Pike, vouant une haine sans borne aux Grounders, commence à monter un groupe de dissidents au sein du Skaikru… Ces épisodes d’exposition nous conduisent donc à croire que plusieurs antagonistes majeurs seront à redouter cette saison, et non pas un ennemi unique comme a pu l’être Mount Weather dans la saison 2. En ce point, cette nouvelle saison démarre bien, en réussissant d’entrée à nous surprendre et nous déstabiliser. Alors, qui faudra-t-il réellement redouter? Car c’est bien connu, dans The 100, le calme ne dure jamais bien longtemps et un conflit en cache assurément un autre… 

antagonistes pluriels

 

  • L’art et les manières de gouverner

N’est pas un bon dirigeant qui veut! Le show a toujours abordé la relation au pouvoir politique mais cette idée est davantage approfondie dans la saison 3. La preuve en est avec les différents exemples de leaderships qu’il nous est donné d’observer. Commençons par Kane et Abby (Paige Turco), qui se rendent au siège des Grounders, à Polis, pour consolider la paix avec les natifs. Ceux-ci parviennnent à un accord avec la Commandant
e Lexa (Alycia Debnam-Carey) en devenant le 13ème Clan Grounder. Allant même plus loin dans leur volonté pacifiste, ils remettent leur pouvoir de gouvernnats aux mains de leur peuple en instaurant la démocratie et le droit de vote, mettant fin à des générations de Chancellerie. Malheureusement, dans l’épisode 4 Watch The Thrones, ils perdent les élections au profit de Pike. Celui-ci incarne typiquement le politicien qui règne par la peur en propageant son discours de haine contre tous les Grounders, ne faisant aucune différence entre chacun d’eux et les faisant passer pour des monstres sanguinaires. Là où Abby et Kane avaient fait un pas en avant vers la paix, Pike en fait deux en arrière vers la guerre. Dans sa folie vengeresse, il arrivera même à entraîner Bellamy (Bob Morley), endeuillé par la mort de sa petite-amie, causée par un membre de la Nation des Glaces. On se doute désormais que les choses ne pourront aller que dans la mauvaise direction. Dans le camp des natifs, Lexa est aux prises avec la Reine Nia qui a commandité un Coup d’Etat de la part de ses ambassadeurs contre elle. Défiée en duel à mort afin de sauver la face et récupérer son trône, la Commandante des 13 Clans devra affronter le Prince Roan. Le combat aboutira par Lexa qui tient à sa merci Roan mais qui décidera à la place de tuer la Reine Nia. Son pouvoir est ainsi rétabli. Et oui, chez les Grounders, c’est la loi du plus fort qui domine. Dans l’épisode 5 
Hakeldama, Lexa devra faire un choix difficile suite au massacre de ses troupes par Pike, nouveau dictateur en puissance du Skaikru, Hannah Green, Bellamy et d’autres. Convaincue par Clarke que « Blood must NOT have blood » (le sang n’appelle PAS le sang, ndlr), Lexa ne lancera pas de représailles envers le peuple Arkadien mais ce choix la met dans une situation d’incompréhension et de faiblesse auprès des siens. Changer d’idéologie et de façon de gouverner n’est pas chose facile mais Kane, Abby et Lexa ont choisi cette voie. Pike, quant à lui, s’enfonce dans une dictature de la peur. The 100 ne se repose pas sur ses ac
quis et continue de nous faire réfléchir sur le rapport au pouvoir politique et sur la nature destructrice de l’Homme, qui cherche souvent la guerre là où une paix serait pourtant possible.

leaders

 

  • Le 13ème clan … et la 13ème station, ou quand la mythologie Grounder rencontre la mythologie Arkadienne

Devenu le 13ème Clan avant que la paix ne soit menacée par la frénésie meurtrière de Pike, le statut politique des Arkadiens est désormais remis en question. Bien que Lexa campe sur ses positions de ne pas contre-attaquer et venger son peuple, Clarke est confrontée elle-même à prendre cette décision lorsque Roan, devenu Roi de la Nation des Glaces, lui livre prisonnier le Lieutenant Carl Emerson (Toby Levins), dernier rescapé de Mount Weather. Clarke sera seule à juger de son sort dans l’épisode 6 Bitter Harvest et devra choisir entre vengeance et pardon. Appliquant la nouvelle maxime « Blood must NOT have blood », elle décidera de le bannir, ce qui rendra fou de rage Titus (Neil Sandilands), conseiller et mentor de Lexa Heda (« Commandante Lexa » en langage grounder, ndlr) , qui ne tolère pas tant de bons sentiments à Polis, capitale du peuple Trikru, censée montrer l’exemple. Murphy, jusqu’alors électron libre qui avait refusé de suivre Jaha et A.L.I.E. et qui vivait une vie de larcins avec sa compagne native Emori, est capturé par des Grounders. Il sera torturé par Titus qui veut lui soutirer des informations sur le symbole sacré présent sur la pilule que Jaha a donné à Murphy car il s’avère que ce symbole ( \infty ) correspond également à celui du Heda (le Commandant des Grounders, ndlr). Murphy, en observant la pièce autour de lui, verra un bout de capsule spatiale avec l’inscription « POL..IS » et  comprendra que le nom « Polis » vient en fait de « Polaris », qui était le nom de la Treizième Station du peuple Arkadien. Dans l’épisode 7 Thirteen , nous découvrons alors l’origine du Premier Commandant via des flashbacks datant d’une centaine d’années auparavant, en 2052, et se déroulant dans l’espace. Becca Pramheda était une scientifique, responsable de la création d’A.L.I.E. -qu’elle a faite à son image-, mais qui n’a pas su contrôler le dysfonctionnement de cette Intelligence Artificielle, causant ainsi la destruction du monde par une apocalypse nucléaire. Deux ans plus tard, les douze autres stations arkadiennes redoutent qu’A.L.I.E. ne soit pas contenue uniquement à la Polaris et les infectent toutes. Pour éviter ceci et empêcher A.L.I.E. d’évoluer vers sa version 2.0, Becca met donc au point un fluide noir qui permettrait de survivre aux radiations nucléaires sur Terre puis se l’injecte, ainsi qu’une puce sur laquelle a été téléchargée A.L.I.E. Lançant une capsule de sauvetage, elle s’éjecte alors de la 13ème Station et atterrit sur Terre avec sa combinaison portant l’inscription « Commandant » ainsi que le symbole sacré. Ainsi naît le Pramheda, « Premier Commandant » en langage grounder. L’idée de lier les deux mythologies était un pari risqué mais le résultat est bluffant. Aucune incohérence, tout se rejoint parfaitement en relançant les enjeux. Quelles conséquences maintenant que le peuple Grounder descend en partie du peuple Arkadien?

13e station

 

  • Des négligences scénaristiques et des développements psychologiques inégaux

De retour au présent, Lexa et Clarke consomment enfin leur amour mais malheureusement, les événements prennent une mauvaise tournure -comme toujours dans The 100– lorsque Titus décide d’assassiner Clarke, estimant que celle-ci affaiblit les facultés de leader de Lexa. Cette dernière est alors victime d’une balle perdue et décède en présence de Clarke, Murphy et Titus. Celui-ci procède ensuite à un rituel : retournant Lexa sur le dos, il ôte de sa nuque une puce gravée du symbole sacré, contenant « L’Esprit de la Commandante » (la même que Becca Pramheda), qui se transmet de génération en génération. Négliger la mort d’un personnage aussi apprécié que Lexa en le tuant d’une telle manière était clairement une erreur, comme l’a prouvée la polémique qui a suivi (cf. article « Retour sur deux départs chocs« ).
The-100-season-3-episode-7-Lexa
L’épisode suivant, Terms and Conditions, se passe à Arkadia et permet de se recentrer sur des personnages jusqu’alors peu abordés. C’est une Raven (Lindsey Morgan) métamorphosée que l’on retrouve, après que celle-ci ait pris de son plein gré la pilule de Jaha : radieuse et souriante, Raven n’a plus rien à voir avec la jeune femme torturée qu’on avait l’habitude de voir. Jaha et A.L.I.E. lui confie la précieuse mission pour laquelle ils sont prêts à tout: trouver le moyen de télécharger la version 2.0. de l’Intelligence Artificielle. C’est pourtant Jasper (Devon Bostick) qui va lui ouvrir les yeux sur les soi-disant « bienfaits  » de cette pilule en lui posant des question sur sa relation avec Finn, ce dont Raven n’a aucun souvenir… Elle va donc petit à petit lutter contre les effets de A.L.I.E. et réaliser que cette Intelligence Artificielle lui fait perdre son libre-arbitre et n’agit que dans son propre intérêt. Jasper quant à lui, a souffert d’un manque de développement dans cette première partie de saison. En effet, les scénaristes ont fait de lui un alcoolique dépressif, colérique et auto-destructeur, qui n’arrive pas à faire le deuil de sa petite amie décédée en fin de saison 2 et qui blâme Clarke, Monty et la Terre entière. Son manque de jugeote l’amènera à souvent plomber l’action et retardera l’intrigue de progresser. Toutefois, bien qu’il ait failli céder à la puce magique « qui efface la souffrance » et qu’Abby l’en ait empêché, Jasper se ressaisit en voyant les étranges effets qui en résultent.
raven-and-jasper-search-for-the-chip-makerToujours aussi monochrome, Pike et son extrémisme ambiant passent à la vitesse supérieure dans l’épisode 9 Stealing Fire, en s’en prenant à son propre peuple et condamnant à mort ceux qu’ils estiment traîtres à sa cause. C’est ainsi que meurt inutilement Lincoln (Ricky Whittle), personnage sous-développé (voire même pas du tout) dans cette saison 3, malgré les efforts de Kane, Sinclair (Alessandro Juliani) et de sa bien-aimée Octavia (Marie Avgeropoulos), personnage également sous-employé jusqu’alors. Excepté dans l’épisode 6 où la jeune femme tentait, en vain, de protéger un village de natifs contre Pike et ses hommes (dont Bellamy, frère d’Octavia), son utilité aura été jusqu’à présent limitée. De plus, bien que cette facette corresponde à la psychologie du personnage, cette péripétie servait davantage à véhiculer le message suivant: l’Homme est de nature autodestructrice et malgré toute la bonne volonté du monde, quand quelqu’un veut la guerre, rien ni personne ne peut l’éviter. Octavia, par son impuissance à aider les natifs et à sauver son compagnon, parvient elle aussi à cette conclusion. Là où le personnage s’avère nécessaire, c’est dans l’affrontement idéologique qui l’oppose à son frère, lui qui a désormais choisi le camp de l’intolérance. Un fossé de valeurs sépare alors les Blake et force est de constater que les showrunners ont encore une fois failli à la psychologie d’un personnage emblématique de The 100. Certes on pourrait concéder que Bellamy agit toujours dans l’intérêt de son peuple et que ce qu’il pense faire est juste, ou alors qu’il s’est laissé consumer par la vengeance et qu’il est en pleine remise en question existentielle. Mais depuis la saison 1, et malgré de nombreuses et tragiques épreuves, son opinion sur les Grounders a évolué de manière positive. Faire évoluer le personnage dans une optique manichéenne est préjudiciable. Quoiqu’il en soit, Bellamy cherche toujours à protéger sa petite sœur et c’est ce qu’il tente (trop tard) de faire en sauvant Lincoln. Etant en partie responsable de l’incommensurable chagrin qu’il a causé à Octavia suite à la perte de Lincoln, il fera volte-face dans l’épisode 10 Fallen en livrant Pike au peuple des natifs.
linctaviaDe son côté, Murphy tente de survivre tant bien que mal à Polis en se rendant indispensable à la nouvelle Commandante autoproclamée, Ontari (Rhiannon Fish), puisque celle-ci n’a pas pu procéder au rituel traditionnel. Ce rituel consiste à placer « l’Esprit du Commandant » dans l’esprit de son successeur (c’est à dire implanter la puce de Becca Pramheda) avec une contrainte: l’héritier doit être un Natblida, c’est à dire avoir le sang noir (comme le fluide que s’était injecté Becca). Titus s’étant suicidé, rongé par la culpabilité d’avoir causé la mort de Lexa, Murphy demeure le seul témoin de la cérémonie de l’implantation, avec Clarke (qui est partie avec la puce sacrée à la recherche d’une autre Natblida plus apte à diriger les Grounders) . Il devient alors « Gardien de la Flamme » et sera retenu prisonnier par la très dérangée Ontari. Le personnage se révèle plein de ressources pour survivre, il ira même jusqu’à céder aux charmes de la soi-disant Commandante. Toutefois, cet événement soulève des questions: Murphy a-t-il été violé? Ou a-t-il accepté de se prostituer pour être épargné? Quoiqu’il en soit, Murphy est sans conteste l’un des protagonistes ayant le mieux évolué depuis le début du show, on lui découvre même plusieurs aspects psychologiques qu’on ne soupçonnait pas (dévouement, bravoure, sentimentalisme…). Les développements des personnages sont donc totalement inégaux voire inexistants pour certains et beaucoup servent uniquement d’accessoires à des fins scénaristiques.

fallen

 

  • La métaphore du fanatisme religieux

Le souci Pike étant alors résolu (celui-ci est retenu prisonnier à Polis), il est temps de basculer à 100% dans la problématique A.L.I.E. Dès l’épisode 11 Nevermore, Raven est au cœur de l’action. Ayant dû céder au chantage qu’exerçait A.L.I.E. sur elle et la laisser prendre le contrôle total de son corps et de ses pensées, Raven est devenue la marionnette humaine de la malveillante Intelligence Artificielle. Ses amis tentent alors de la libérer de cette emprise et il faut bien reconnaître que, de la mise en scène au jeu époustouflant d’actrice de Lindsey Morgan, tout porte à croire que Raven est possédée et qu’il faut l’exorciser du démon rouge qui l’habite (elle ira jusqu’à se mutiler physiquement et tenter de se suicider). En parallèle, Monty est forcé de tuer sa mère, elle aussi sous l’emprise de A.LI.E., afin de sauver Octavia. A noter que Monty, à l’instar de Murphy, est un personnage qui aura énormément gagné en épaisseur cette saison. Au détour de la notion de pardon qu’accordera Jasper à Clarke mais surtout que Clarke doit s’accorder à elle-même, nos jeunes aventuriers parviennent à leurs fins et rentrent au camp Arkadia où une mauvaise surprise les attendAprès une parenthèse inattendue, la dimension religieuse atteint son paroxysme dans l’épisode 13 Join or Die. Pour rappel, auparavant, Jaha tentait de convaincre les populations de prendre la puce (comme on prendrait une hostie) en prêchant une délivrance de la souffrance physique et morale. Désormais, en fidèle berger dévoué à une « force supérieure », il cherche à rassembler le plus de moutons fanatiques à sa cause et convertira par la force tous ceux qui s’opposeront à son plan divin. En effet, A.L.I.E. souhaite exterminer les humains afin de les emmener dans la Cité des Lumières, endroit pacifique où l’esprit survit à la mort de l’enveloppe corporelle. Une sorte de Paradis… Kane tentera vainement de lutter pour ne pas prendre la puce de Jaha et finira crucifié, comme bien d’autres, pour l’exemple et pour le faire réfléchir. Mais c’est pour épargner la vie d’Abby (précédemment convertie de force) qu’il cédera et deviendra un nouveau sujet de A.L.I.E… Quant à Bellamy, il est sur le chemin de la rédemption en essayant de se racheter pour ses crimes dernièrement commis contre les natifs. Dans la même veine, Pike se voit accorder une deuxième chance lorsqu’il prend la décision d’aider Murphy, Indra (Adina Porter) et d’autres Grounders emprisonnés comme lui, à lutter contre A.L.I.E. Ce n’est donc pas de la manière la plus subtile que les scénaristes nous amènent la métaphore religieuse… Celle-ci fonctionne malgré tout mais attention à ne pas sous-estimer les téléspectateurs…

fanatisme

 

  • De digressions en fausses pistes… 

En effet, le Lieutenant Emerson, dernier survivant de Mount Weather qu’avait banni Clarke, est de retour dans un épisode atypique, Demons, entre huis clos et film d’angoisse, réunissant avec brio les codes du genre. Peu avant d’être tué par Emerson, Sinclair, l’ami et mentor de Raven, a su décrypter le code d’activation de la « Flamme ». C’est ainsi que Clarke tue le Lieutenant, en lui implantant la puce sacrée dans le crâne, son sang rejetant ce corps étranger qui n’est conçu que pour des Natblid, personnes ayant le sang noir. Cet épisode n’apporte concrètement rien d’essentiel à l’intrigue principale et permet plutôt de la retarder, comme si les showrunners se disaient qu’ils n’avaient pas assez de matière dans cette saison et qu’ils nous faisaient patienter avec un épisode certes hors norme mais surtout bouche trou. Et ça ne va pas s’arranger avec l’épisode suivant lorsque Clarke, Bellamy, Jasper et Octavia se lancent sur les traces d’une Commandante potentielle, Luna (Nadia Hilker) dernière Natblid avec Ontari. Ils finiront même par se retrouver sur une plateforme pétrolière au milieu de nulle part… Beaucoup de fausses pistes, d’étirements en longueur et de faux suspense en perspective. Pourquoi? Parce qu’il reste trois épisodes avant le season finale et qu’il serait inédit qu’une saison résolve son intrigue si prématurément. Toujours centré sur Luna et son refus de devenir la nouvelle Commandante, l’épisode 14 Red Sky at Morning n’est intéressant que par le biais de Raven et Monty qui cherchent à hacker le code numérique de A.L.I.E. et qui permettent à la trame de progresser quelque peu. Toutefois, aucune surprise, le téléspectateur sait que le plan de Clarke ne peut être que voué à l’échec et le scénario finit dans une impasse. Ces détours inutiles servent uniquement à faire patienter avant le final. Retour à la case départ. Vous avez perdu trois épisodes.

digressions

 

  • Une approche S.F. déstabilisante

L’heure est venue de clore la saison 3 et l’angle choisi se veut définitivement S.F. (Science-Fiction, ndlr). Perverse Instantiation, part 1 reste dans la continuité des épisodes précédents et n’apporte pas encore de pistes concrètes pour le dénouement tant attendu. On ne sait pas qui de Raven ou Clarke va trouver la solution finale, bien que The 100 sans une victoire de Clarke n’est pas The 100 … Toutefois il nous est permis d’espérer un changement de méthodologie de la part des scénaristes. Par ailleurs, ces derniers se sont largement inspirés de grands classiques S.F. et s’en livrent à cœur joie dans ce season finale. Qui n’a pas pensé à Matrix en regardant Perverse Instantiation, part 2 ? Il faut avouer que, dès le début de la saison, la pilule bleue de Jaha, offrant le choix entre un monde de douces illusions ou un monde réel de souffrances nous évoquait le choix que laissait Morpheus à Neo..Mais la comparaison devient inévitable lorsque Clarke se rend dans la Cité des Lumières/Matrice, que Lexa surgit en mode Trinity et que soudainement, A.L.I.E. nous rappelle la dame en rouge du jeune programmateur de Matrix. La thématique de l’Intelligence Artificielle qui dépasse sa programmation initiale pour s’opposer aux humains dans le but de les protéger contre eux-mêmes n’est pas nouvelle (I, Robot; Avengers: Age of Ultron; Battlestar Galactica…) et permet à The 100 de renouer avec son genre premier…voire un même un peu trop. Par conséquent, le risque est que le show perde son identité au profit des modèles dont se sont inspirés les showrunners… Demeure une question: « à la fin, qui doit sauver le monde: l’homme et la machine? » Eh bien, c’est Clarke pardi ! Présentée dès le pilote comme une « princesse » capricieuse, la jeune femme se révélera rapidement être un leader incontesté et incontestable du peuple Arkadien. Elle n’en reste pas moins égocentrique et ce défaut sera mis à l’épreuve lorsqu’elle devra décider de mettre fin au programme A.L.I.E. En effet, A.L.I.E. lui explique qu’elle essayait simplement de sauver le monde car les cœurs des centrales nucléaires de la planète sont en fusion et vont bientôt provoquer l’extinction de la race humaine sur Terre. Clarke pourrait alors soit choisir une vie paisible auprès des siens et de Lexa dans la Cité des Lumières soit affronter la terrible réalité qu’attend la Terre. Archétype du héros qui porte le poids du monde sur ses épaules, Clarke prendra le risque de désactiver A.L.I.E. Le saison se termine sur une victoire douce-amère, qui nous précipite d’emblée vers la saison 4 et qui laisse présager de sombres moments à venir, notamment pour Octavia, qui tue Pike sans hésiter et sans ciller, sous les yeux ébahis de Clarke et Bellamy.SF

 

  • En conclusion…

Points positifs
– les risques pris par les scénaristes, ils ne restent pas sur leurs acquis et offrent des scènes violentes à la limite du tolérable pour une série destinée à la base à un jeune public
– le lien entre la mythologie Grounder & Arkadienne
– la représentation de la communauté LGBT (Bryan & Miller; Clarke & Lexa)
– le développement de certains personnages secondaires (Murphy, Monty, Harper, …)
– l’incroyable de performance d’actrice de Lindsey Morgan dans la peau d’une Raven/A.L.I.E. plus vraie que nature

Points négatifs
– un show en perte de vitesse et d’identité (à force de trop tirer vers la Science-Fiction, on en perd l’essence première de The 100)
– des twists téléphonés et prévisibles, et un réel manque de suspense
– la façon déplorable dont meurent Lexa et Lincoln
– les traitements de certains personnages (Bellamy, Pike, …)

Note: 3,5/5. Des inégalités dans la qualité des épisodes, des catastrophes imminentes en permanence, des personnages importants négligés … The 100 nous a habitué à mieux mais s’en sort avec les honneurs.

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*