Seven Seconds : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

Netflix a lancé fin février une nouvelle série originale signée Veena Sud. Seven Seconds nous raconte comment un policier va couvrir le meurtre d’un adolescent noir de 15 ans. Nous allons suivre tout au long des 10 épisodes comment la procureure KJ Harper (Clare-Hope Ashitey) tentera de mettre sous les verrous les coupables mais aussi comment les 4 policiers responsables du meurtre vont continuer de mener leurs vies tant bien que mal.

Retour sur Seven Seconds, attention aux spoilers !

  • Des thématiques profondes et actuelles

Thématique autour de laquelle tout tourne dans la série, le racisme est ici traité en profondeur. Si Seven Seconds se lance dans un thème sensible qui a déjà été exploité à de nombreuses reprises, la série ne manque pas de ressources pour traiter le sujet avec brio. Nous sommes pourtant plongés dans une histoire tristement banale. Un crime racial qui, malheureusement, nous est familier, pour la simple raison que c’est un fait courant. Le speech de KJ à ce sujet dans le dernier épisode de la saison est très représentatif du message de la série au sujet du racisme. Finalement, nous en sommes réduits à “encore un, et combien d’autres avant que cela cesse”. Un message important, vibrant et poignant. Seven Seconds n’oublie jamais de nuancer ses propos, les rendant plus vrais, plus crédibles que jamais.

La série est un bijou en terme d’écriture et c’est aussi pour cela qu’elle n’occulte rien et aborde tout ce qui entoure le sujet du racisme. Par exemple, nous avons pu voir comment les médias jouent un rôle crucial dans ce genre d’enquête, un rôle pourtant nocif au bon déroulement de cette dernière. Cette enquête est finalement entourée par un décor de corruption et de soutien silencieux de la part des instances de polices, et de bien d’autres. La corruption est elle aussi au centre de la série. Elle est d’ailleurs si bien dépeinte qu’elle en devient agaçante, preuve d’une écriture efficace. Pour finir, sera également abordé le sujet du sexisme dans le milieu judiciaire, avec le personnage de KJ, bien sûr, qui doit faire face aux hommes qui ne la considèrent jamais comme leur égal, mais aussi avec l’avocate de la défense qui doit faire ses preuves auprès des quatre policiers malgré le fait qu’elle soit là pour les défendre lors du procès.

  • Une histoire menée à la perfection

Nous avons déjà abordé le sujet plus tôt dans cette critique, Seven Seconds nous raconte une histoire que nous avons malheureusement déjà entendu. Lorsque l’on visionne les premiers épisodes, nous avons cette impression que, malgré le fait que la série soit bien ficelée, nous savons déjà où elle nous mène et comment elle s’achèvera. Au fur et à mesure des épisodes, impossible de ne pas changer d’avis. Nous sommes spectateur d’un véritable bras de fer entre la justice et la corruption qui la gangrène. La série prend son temps afin de ne rien laisser au hasard. Chaque détail compte, rien n’est anodin. Arrivé à un certain point, le show ne ressemble presque plus à une fiction. Nous sommes dans une histoire qui paraît si vraie, si réelle, qu’elle en devient concrète. Nous nous retrouvons au plus proche des événements et chacun d’entre eux nous touchent avec une puissance déroutante.

Seven Seconds nous livre une écriture exceptionnelle, se plaçant tantôt du côté de la victime, nous montrant alors ses proches, mais aussi du côté des coupables et comment ils tentent de vivre avec leur culpabilité. La série humanise chacun de ses personnages, même les plus détestables, les rendant tous plus vrais que nature. Chaque épisode apporte de nouveaux éléments à cette histoire qui n’est finalement pas si simple et qui a su nous surprendre de nombreuses fois. La série est d’ailleurs de plus en plus complexe et intéressante au fur et à mesure des épisodes, atteignant des sommets lors des épisodes consacrés au procès, avec le bouquet final du dernier épisode qui ne nous a pas laissés indemnes.

  • Une série humaine

Si nous croyons autant au scénario de Seven Seconds, c’est parce que la série a su créer des personnages crédibles. La mort de Brenton et le crime dont il est la victime aura un impact énorme sur tout une panoplie de personnages travaillés et intéressants. Oui, même les plus détestables d’entre eux éveilleront notre intérêt.

Les personnages les plus prenants seront tout de même les parents de Brenton, Latrice (Regina King) et Seth Butler (Zackary Momoh). Tous les deux forment un couple détruit par ce tragique événement. Le deuil terrible de ces deux personnages est traité à l’écran avec une justesse incroyable. Les deux acteurs font d’ailleurs preuve d’un talent certain avec un jeu irréprochable. L’écriture des personnages en tant qu’individus mais aussi en tant que couple fonctionne à la perfection et ils ont su nous émouvoir tout au long des dix épisodes de la saison. Latrice et Seth n’est pas le seul duo fort de la série puisqu’il est impossible de passer à côté de la dynamique que forme KJ et Joe (Michael Mosley). Ce dernier, un officier de police blasé par son service, viendra en aide à la jeune procureure. Tous les deux formeront un duo dynamique, attachant et intéressant qui est mené à évoluer au fur et à mesure des épisodes. Pourtant, les scénaristes n’oublieront pas de développer les personnages en tant qu’individus. KJ est une héroïne intéressante, forte, mais qui n’est pas imperturbable. Elle tombera souvent, pour mieux se relever et faire face à cette affaire qui la touche visiblement de près. Joe, lui, construira tant bien que mal un lien avec leur seul témoin, Nadine, elle aussi victime de cette affaire atroce. En effet, après que Joe ait fait tout son possible pour gagner sa confiance afin qu’elle témoigne, les policiers corrompus accusés du meurtre de Brenton la retrouveront et la tueront. Nous verrons alors que les liens qui lient ces quatre hommes est lui aussi très fort, particulièrement entre DiAngelo et Jablonski, ce dernier étant celui qui a renversé l’adolescent.

Une série aussi forte que Seven Seconds ne fonctionnerait pas sans que ses personnages soient humains. Chacun a ses forces, ses faiblesses et sera violemment touché par cette affaire… Comme le spectateur.

Pour conclure, Seven Seconds est une série importante qui nous plonge en profondeur dans des thématiques qui sont pourtant banales. Le show n’hésite pas à dénoncer tous les aspects dérangeants du système judiciaire, dépeignant un tableau de corruption et d’intolérance qui n’épargne personne, pas même le spectateur. Seven Seconds n’oublie pas pour autant de rester humaine afin de parfaire son message en nuançant ses propos. Notre note : 4.5/5.

Lizzie

Lizzie

Je suis Lizzie, j’ai 22 ans, et bien évidemment je suis passionnée de séries ! Je crois que cette passion s’est manifestée grâce à la diffusion de Prison Break lorsque j’étais toute petite, mais c’est la série True Blood qui m’a fait avoir le déclic et qui m’a rendu totalement accro au genre. Depuis, je suis à la recherche de série de qualité et qui sortent du lot telles que Breaking Bad, Sherlock ou encore Sons of Anarchy. Dernière pépite en date : Vikings. Si je privilégie les séries de grande qualité je ne rechigne tout de même pas devant une série sans prétention, sans prise de tête puisque tous les genres me plaisent. Humoristique, fantastique, historique, science-fiction, aucun genre n’est a jeté chez moi. En dehors des séries je suis une grande passionnée de littérature et de cinéma qui font tous deux parties de mon quotidien. Je suis également une énorme fan d’Aaron Paul, mais surtout de Heath Ledger (et si, il a bien joué dans quelques séries !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.