Review pilot – Absentia : on continue ou pas ?

Présentée au Festival de Monte-Carlo en juin dernier, la série bulgare Absentia a fait ses grands débuts à la télévision le 25 septembre dernier sur la chaîne AXN en Europe et sur Showcase au Canada. A la rédac’, nous avons aussitôt visionné le pilote dès sa sortie. Alors, on continue ou pas ?

Porté par Stana Katic (Castle), le show est un savant mélange de genres : thriller, policier et dramatique. Grâce à cette combinaison infaillible, on se retrouve de suite plongé dans l’intrigue. Absentia suit l’histoire d’Emily Byrne (Stana Katic), un agent du FBI qui refait surface 6 ans après avoir été déclarée morte suite à son enlèvement par un serial killer, Conrad Harlow (Richard Brake). Elle laisse derrière elle Nick, son mari éploré (Patrick Heusinger) également agent du FBI, et leur petit garçon Flynn (Patrick McAuley), ainsi que son frère Mark (Neil Jackson). Lorsqu’elle réapparaît, tous devront réapprendre à vivre avec sa présence. Mais en parallèle, l’enquête continue puisque le FBI a trouvé un mystérieux cadavre portant les mêmes marques distinctives du serial killer qui aurait enlevé Emily. Problème : lors du meurtre, celui-ci était en prison après avoir été jugé coupable du meurtre d’Emily… 

Parfaitement menée, jouée et réalisée, la première série originale de la chaîne européenne AXN fait ici un sans faute total ! Jouant à la fois sur le suspense et l’intrigue policière mais aussi sur l’aspect dramatique et émotionnel avec la réintégration d’Emily dans la vie de ses proches, Absentia semble avoir trouvé la recette pour accrocher les téléspectateurs durant les 10 épisodes de la saison. Mention spéciale à Stana Katic, bien loin du rôle de Kate Beckett dans Castle, beaucoup plus léger que celui d’Emily. L’actrice livre ici une performance époustouflante de victime d’un traumatisme psychologique qui a tout perdu et qui cherche à se reconstruire, tout en étant en quête de vengeance pour retrouver celui qui lui a volé 6 ans de sa vie.

Toutefois, le show n’est pas uniquement centré sur l’héroïne et c’est tant mieux. Le pilote nous présente chaque personnage de manière équitable et nous immerge dans leurs vies respectives afin que le téléspectateur ressente de l’empathie pour chacun d’entre eux. Nous voici ainsi témoins des retrouvailles difficiles entre une mère et son fils qui la considère comme une étrangère ; des conséquences du retour d’Emily sur Alice (Cara Theobold), la nouvelle femme de Nick ; des doutes et de la confusion de Nick suite à la réapparition inattendue de son ancienne épouse… 

En conclusion, Absentia délivre un excellent pilote qui donne aussitôt envie de voir la suite. Avec une mise en situation impeccable, des personnages attachants, des acteurs convaincants, ou encore un twist de fin surprenant, le pilote a tous les ingrédients pour déboucher sur une série de qualité. Côté réalisation, le show vous rappellera peut-être les productions nordiques telles que The KillingAvec une ambiance sombre et réaliste mais intense et envoûtante, Absentia vous fera osciller entre intrigue policière, émotion et mystère. On ne sait pas pour vous mais en tout cas à la rédac’, on continue !

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Une pensée sur “Review pilot – Absentia : on continue ou pas ?

  • 7 octobre 2017 à 15 h 50 min
    Permalink

    j’ai regardé les deux premiers épisodes sur unt plateforme illegale.
    Je trouve cette séri pour le peu que j’en ai vu, trop anxiogène !
    ça demande une concentration de dingue pour se coller au scnénario !

    en plus les décors naturels sont tartes !
    tourner en Bulgarie quelle idée !
    n’ya t il pas de décors naturels aux USA
    elle qui se dit ecolo, c’est un tournage energicore en co2.

    Les gens actuellement vu l’ambiance terrorsite ont besoin de s’évader l’esprit
    pas de regarder une « choses » anxiogène, crispante, qui met mal à l’aide je préfèrerai toujours KN à EB ! plutôt beckett que byrne
    désolée chère Stana

    PS ; et des acteurs auxquels on ne parvient à s’accrocher sans charisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.