Review pilot – Will : on continue ou pas ?

Annoncée il y a plus d’un an, la série Shakespearienne intitulée sobrement Will de la TNT s’est fait désirée, mais la diffusion vient enfin de commencer ! La série nous présente la jeunesse du fameux William Shakespeare au 16ème siècle, à Londres.  Alors, que vaut ce pilot ?

 

Will nous présente l’histoire avant que William Shakespeare ne soit devenu le grand dramaturge que nous connaissons. La série commence alors que William (incarné par Laurie Davidson qui s’offre là son premier grand rôle) quitte son épouse et ses trois enfants pour tenter de faire fortune à Londres grâce à ses pièces de théâtre. Mais le monde qu’il va découvrir n’est rien comparé à ce qu’il imaginait. Londres est surpeuplée, colorée, bruyante et c’est la loi du plus fort qui règne. Il va alors explorer la ville, et après s’être fait détroussé les poches une première fois, atterrira dans un théâtre.
Ce théâtre, c’est celui tenu par James Burbage (incarné par Colm Meany, qui incarnait le brillant Durant dans la série Hell on Wheels). Les pièces qu’il joue ne fonctionnent pas, il a besoin d’argent pour se refaire et garder ses portes ouvertes. Un concours de circonstances amène Burbage à proposer au public une pièce gratuite signée par Christopher Marlowe (l’un des grands contemporains de Shakespeare, l’un des précurseurs de la tragédie moderne, incarné par l’excellent Jamie Campbell Bower) pour le lendemain, bien qu’aucune pièce ne soit prête. C’est finalement Will, qui proposera sa pièce à Burbage, par l’intermédiaire de sa fille, Alice (incarnée par Olivia DeJonge). D’abord hésitant, Will va finalement prendre de l’assurance quand Burbage acceptera de jouer sa pièce (après quelques modifications…). Tout pourrait se dérouler à merveille, mais c’est sans compter sur la guerre qui affronte les catholiques et les protestants et qui déchire Londres…

Will n’est clairement pas une série qui sera au goût de tout le monde. Si le côté historique est très intéressant et permet de découvrir le 16ème siècle sous un autre jour, tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit bel et bien de fiction… la réalisation et la mise en scène, qui s’avèrent assez classiques dans l’ensemble, offrent cependant un mélange d’époques qui donne le ton : le côté historique avec le contexte Shakespearien mélangé au rock anglais qui offre une ambiance totalement décalée qui saura nous donner envie de chanter à plein poumons. Le contenu est de très bonne qualité et donne envie d’en découvrir plus !
La série est également très graphique, il est important de le préciser, car elle pourrait choquer les téléspectateurs les plus sensibles. Nous avons droit à une éventration en place publique dans les dix premières minutes de l’épisode, à du sexe, des scènes de torture et à de nombreuses insultes gratuites. Si vous trouvez que Game of Thrones, par exemple, est une série violente et que les scènes de mort que vous avez pu y voir vous dégoûtent, ne tentez pas de regarder Will, vous risquez d’y laisser le contenu de votre estomac.

Conclusion, un très bon pilot de qualité, de la bonne musique, de bons acteurs, une réalisation sympathique et un scénario qui tient la route : on continue ! 

Owlhazel

Owlhazel

Aude, 24 ans et apprentie libraire sur Paris. Je divise mon temps libre entre les séries et la lecture. Mon genre de prédilection reste de loin les séries en costumes et historiques, majoritairement anglaises, appelées aussi period drama. Je regarde aussi beaucoup de séries fantastiques, mais j'ai beaucoup de mal avec les comédies. J'aime pleurer et voir mes personnages préférés en baver avec la vie. Mes séries préférées vont des Tudors à Game of Thrones en passant par The White Queen et Outlander, avec un petit détour par Vikings et Peaky Blinders.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.