Review Pilot – Troy: Fall of a City : on continue ou pas ?

La co-production entre la BBC et Netflix va nous faire revivre la guerre de Troie sous de nouvelles perspectives avec cette série de huit épisodes intitulée Troy : Fall of a City. Un sujet maintes fois travaillé à la télévision comme au cinéma, difficile à renouveler mais qui continue de fasciner les téléspectateurs tout comme les producteurs, tous insatiables. Alors que le projet avait été annoncé il y a déjà plusieurs mois, la diffusion de cette nouvelle série vient enfin de commencer au Royaume-Uni sur la BBC One. On vous parle du premier épisode !

Nous connaissons tous les grandes lignes de cette histoire, adaptée à de nombreuses reprises, réécrites à toutes les sauces possibles. La guerre de Troie est un conflit de la mythologie grecque devenu légendaire. Elle a été déclenchée par l’enlèvement de Hélène, reine de Sparte et épouse du roi Ménélas par le prince troyen Pâris. Pour se venger, Ménélas a alors levé une armée, aidé de son frère Agamemnon et de la plupart des rois grecs pour récupérer son épouse, mais surtout pour conquérir la ville de Troie, réputée imprenable. Dans Troy : Fall of a City, nous retracerons l’origine de cette guerre, à travers le point de vue des deux camps mais aussi d’autres personnages moins connus de l’histoire.

Ce premier épisode est surtout introducteur et nous sert à poser les bases de la série. Difficile de tout présenter en un seul épisode, mais c’est pourtant assez réussi. Tout commence par la naissance d’un prince troyen, mais également par une vision de la ville consumée par les flammes, vision faite par la jeune Cassandre (incarnée ensuite par Aimee-Ffion Edwards), un personnage connu de la mythologie grecque pour son don de dire l’avenir. Après un saut dans le temps de vingt ans, nous découvrons le personnage de Pâris, incarné par Louis Hunter. L’épisode suit consciencieusement la légende : Pâris n’est pas encore un prince troyen mais un berger, et son destin ne prendra cette direction qu’à sa confrontation avec Hermès et les trois déesses Héra, Athéna et Aphrodite, quand il devra donner la pomme de la discorde à celle qu’il trouve la plus belle. Il choisit alors Aphrodite, déclenchant la colère des deux autres, ce qui ne restera bien sûr pas sans conséquence. En échange de ce prix, Aphrodite lui promet de lui offrir la plus belle femme du monde et qu’elle lui appartiendra. L’épisode se poursuit, Pâris découvre qu’il est en réalité le fils de Priam (David Threlfall) et Hécube (Frances O’Connor), un prince. Sa vie va changer du tout au tout. Pour affirmer cette nouvelle position, il est envoyé à Sparte, où il rencontrera Ménélas (Jonas Armstrong) et bien sûr, son épouse, Hélène (Bella Dayne).

Comme précisé plus haut, ce premier épisode joue entièrement son rôle de pilot et nous présente les principaux personnages, le contexte historique et les différentes croyances en jeu et qui interviendront au cours des intrigues. Il ne faut pas oublier que cette époque de l’histoire grecque est construite sur de nombreuses traditions qui influençaient énormément les actions des grecs, ce qui est assez peu abordé dans ce premier épisode et que nous espérons le sera plus dans les prochains. De nombreuses divinités, cultes et cérémonies font partie de la culture grecque, une culture très riche. Des éléments qui pourraient donner une vraie identité et ambiance à la série.

Le personnage de Pâris, aussi appelé Alexander après avoir récupéré son statut de prince, est sans doute le personnage qui va le plus nous intéresser parce qu’il est celui qui va le plus évoluer au fil de la saison. Cependant, d’autres personnages vont sans doute se démarquer par rapport à leur importance dans la mythologie et l’histoire grecques, c’est le cas de Cassandre, Hector, Ulysse ou Achille (qui n’apparaissent tous deux pas encore dans cet épisode). L’épisode est une jolie réussite, le scénario avance doucement et les choses ne se précipitent pas. Cependant, avec une saison de seulement huit épisodes, il ne faudrait pas que cela porte préjudice à la série puisque toute la guerre doit être couverte. Si ce premier épisode prend le temps de poser les bases, il ne faudrait pas que le scénario soit précipité par la suite.
Nous noterons également la qualité du casting, avec de nombreuses têtes connues du petit écran que nous sommes ravis de retrouver dans cet épisode, c’est par exemple le cas de Tom Weston-Jones, Frances O’Connor, Jonas Armstrong, Aimee-Ffion Edwards… Le tout fonctionne parfaitement et nous avons hâte de découvrir la suite et les prochains personnages.

Conclusion, une belle surprise pour ce premier épisode de Troy: Fall of a City qui s’attaque pourtant à une histoire vue et revue. Une jolie réussite, une belle interprétation des acteurs, un épisode qui remplit son rôle de pilot, une belle présentation du contexte et des personnages. On continue avec plaisir et on espère ne pas être déçus de la suite.

Owlhazel

Owlhazel

Aude, 25 ans et apprentie libraire sur Paris. Je divise mon temps libre entre les séries et la lecture. Mon genre de prédilection reste de loin les séries en costumes et historiques, majoritairement anglaises, appelées aussi period drama. Je regarde aussi beaucoup de séries fantastiques, mais j'ai beaucoup de mal avec les comédies. J'aime pleurer et voir mes personnages préférés en baver avec la vie. Mes séries préférées vont des Tudors à Game of Thrones en passant par The White Queen et Outlander, avec un petit détour par Vikings et Peaky Blinders.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.