Review Pilot – The Enemy Within : on continue ou pas ?

Le premier épisode de The Enemy Within, la nouvelle série de Ken Woodruff (The Mentalist, Gotham), a été diffusé le 25 février dernier sur NBC. Elle aborde le monde de l’espionnage et des agents doubles à travers Erica Shepherd, interprétée par Jennifer Carpenter (Dexter), ancien membre de la CIA ayant trahi son pays. Incarcérée depuis 3 ans, l’agent à l’origine de son arrestation, Will Keaton, joué par Morris Chestnut (Rosewood), lui offre la possibilité de collaborer avec le FBI. De meilleures conditions de détention contre des informations permettant l’arrestation de Mikhail Tal, l’ennemi numéro 1, responsable de multiples attentats sur le sol américain.

Sur le papier, la série n’a pas le pitch le plus original. L’espionnage est un monde qui fascine, le terrorisme est malheureusement d’actualité, et l’un comme l’autre ont déjà été abondamment dépeint. The Enemy Within saura-t-elle se montrer suffisamment originale pour capturer l’intérêt du public?

The Enemy Within - Pilot
(Photo by: William Gray/NBC)

Le pilot fait le job en terme d’introduction des personnages et d’intrigue. Jennifer Carpenter a une grande responsabilité sur les épaules. Le personnage d’Erica Shepherd est incroyablement complexe, tout en nuances, non-dits, et subtilité. Malheureusement, l’actrice peine a être à la hauteur. Erica Shepherd est un brillant membre de la CIA, on voit à plusieurs reprises dans ce premier épisode son sens de l’observation exacerbé. Son entrainement lui permet de scanner une pièce et de repérer tout élément utilisable. Sa trahison a conduit à la mort de 4 agents dont la fiancée de l’agent Will Weaton. Froide, calculatrice, on ne voit son côté humain qu’à la fin de l’épisode, en apprenant les raisons qui l’ont poussée à donner les informations demandées par Mikhail.

Pour lui faire face, Morris Chestnut se montre convaincant dans le rôle de l’agent Will Weaton. Erica est responsable de la mort de sa fiancée 3 ans plus tôt, il travaille de manière obsessionnelle pour capturer Mikhail Tal et se retrouve face à un choix : travailler avec Erica ou laisser le dossier Tal à quelqu’un d’autre qui pourra travailler avec elle. Ce personnage n’est pas juste un gros dur du FBI, il a de la profondeur et Morris réussi à retranscrire toute sa détresse et détermination.

Le pilot est rythmé, les scènes s’enchaînent avec cohérence et intensité. La réalisation n’a rien de bien particulier, la photographie ne se démarque pas des autres séries, la bande-son n’est pas percutante mais il se passe quelque chose.

(Photo by: Will Hart/NBC/NBCU Photo Bank via Getty Images)

Malgré un manque d’originalité, une actrice principale mal castée et rien pour se démarquer, ce pilot de The Enemy Within réussi tout de même son coup pour les amateurs du genre. Le dernier échange entre Weaton et Shepherd introduit une dynamique qui va s’avérer cruciale pour la suite. Peu de chances que la série devienne culte mais comme au poker, on check prudemment pour voir la suite …

 

Moody

Moody

Grumpy. Sérivore. Pop Addict.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.