Review Pilot – The Arrangement : on continue ou pas ?

Nous vous parlions dans un précédent article de la polémique qui a entourée la série The Arrangement avant même qu’elle ne soit lancée. Maintenant que le pilote a été diffusé sur E!, qu’en est-il réellement ?

Hollywood, Walk of Fame. Le pilote débute par le discours d’inauguration de l’étoile du jeune acteur Kyle West (Josh Henderson) par son « ami » Terrence (Michael Vartan), comme il se décrit lui-même. Terrence est le leader d’un institut spirituel (« Institute for the Higher Mind », ndlr) et Kyle est son disciple. Il semble même être son agent et manager personnel puisqu’on réalise rapidement que toutes les décisions que Kyle prend sont validées avec (voire par?) Terrence. De plus, l’acteur semble complétement assisté (quelqu’un lui tend sa serviette après sa douche) et répond à l’image de la star irrésistible. On peut déjà affirmer grâce à l’ambiance instaurée et aux décors que l’univers hollywoodien est fidèlement retranscrit, du moins l’idée que l’on s’en fait. Premier bon point donc. 

Puis on entre rapidement dans le vif du sujet : Megan (Christine Evangelista), une jeune actrice, va passer un casting pour jouer dans un film aux côtés de la superstar qu’est Kyle West. Seulement voilà, les questions posées à la jeune femme semblent plus indiscrètes que prévues et on se demande si le casting concerne un personnage ou une personne, le tout étant surveillé par le mystérieux Terrence et sa compagne Deann (Lexa Doig), une productrice de cinéma. Très vite, un contrat de mariage va être proposé à la jeune femme entre elle et Kyle, contrat qui pourrait lancer sa carrière ou la discréditer à jamais dans le milieu. 

Pour la suite, on regrette tout de même la fin du pilote, qui aurait mérité d’être reportée au minimum à l’épisode suivant, ce qui nous amène à nous demander ce que la série peut bien nous offrir désormais. Certes les bases sont posées mais quand on sait qu’il reste 9 épisodes pour cette première saison, on s’interroge sur son contenu. On peut être amené à continuer le show, soit poussé par une curiosité malsaine tel que dans UnREALautre série mettant en abyme le monde de la télévision, soit pour percer les intrigues laissées en suspens : pourquoi Deann recrute une jeune fille et dans quel but ? Qu’a fait Megan pour être qualifiée de « mauvaise petite amie » par le passé ? Où était-elle pendant ses 4 mois d’absence ? Est-ce que Kyle a couru après Megan de façon spontanée ou commandée ?

Concernant les acteurs, mention spéciale à Michael Vartan qui interprète un personnage ambigu dont on a instinctivement tendance à se méfier, et qui ne semble pas avoir pris une ride depuis Alias ! Terrence semble en effet tout contrôler sans en donner l’impression et semble même altruiste de prime abord. Mais dans ce monde de paillettes, il faut se méfier des apparences, chose que Megan n’a visiblement pas pensé à faire. Son interprète Christine Evangelista réalise un bon travail en incarnant cette jeune actrice naïve et qui inspire de la sympathie grâce à son côté « girl next door », loin du cliché de la bimbo auquel on pourrait s’attendre. Toutefois, petit bémol pour Josh Henderson, qui semble plutôt être « une beauté froide » sans réellement dégager de charisme. Cependant, les deux acteurs ont une belle alchimie à l’écran et on croit aisément à leur couple.

En conclusion, ce pilote a retenu notre attention et pose clairement toutes les bases nécessaires à l’intrigue. On regrette toutefois la fin de l’épisode qui aurait mérité un traitement ultérieur. Cependant, les acteurs sont convaincants et le milieu dépeint semble fidèle à l’image qu’on se fait d’Hollywood. L’envie de continuer le show repose principalement sur ce petit quelque chose qui nous chiffonne après visionnage du pilote, cette sensation -non pas de malaise- mais d’inachevé, comme si quelque chose nous avait échappé. Espérons pour The Arrangement que ses 9 épisodes restants soient de qualité égale. 

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.