Review Pilot – P-Valley : on continue ou pas ?

La série est disponible dès aujourd’hui sur Starzplay en France, P-Valley est une adaptation de la pièce de théâtre Pussy Valley et est créée par Katori Hall. Nous vous dévoilions la bande annonce de la série il y a quelques semaine et vous précisions également le noms de toutes les réalisatrices de la série. Car P-Valley a la particularité d’être entièrement réalisée par des femmes ! Et c’est tant mieux car ce sont des femmes qui sont sur le devant de la scène dans la série… C’est Karena Evans, la réalisatrice, entre autres, des clips Nice For What et God’s Plane de Drake qui était aux manettes de ce pilote. Si sur le papier la série est plutôt solide, que vaut vraiment le premier épisode ?

Nous sommes plongés au cœur du Mississippi alors que l’héroïne de la série, Autumn (Elarica Johnson), fuit un passé sombre et violent. Son chemin la conduira au Pynk, un club de strip-tease dans lequel elle demandera un job. Ce club est géré par Uncle Clifford (Nicco Annan), personne non-binaire qui se genre au féminin, visiblement plutôt appréciée de ses employées. Parmi elles, la charismatique Mercedes (Brandee Evans), qui est là depuis 7 ans et aimerait quitter ce job pour ouvrir une salle de gym.

Ce premier épisode amorce d’ores et déjà pas mal de storylines. D’abord, nous comprenons très rapidement que le passé d’Autumn lui a laissé de grosses séquelles puisqu’elle souffre de syndrome post-traumatique. Nous nous attendons à en apprendre plus sur ce qui a pu lui arriver, mais pas seulement à elle car le Pynk semble être un refuge pour beaucoup de femmes, quelles que soient leurs raisons ou les épreuves qu’elles ont vécues. Quant à Clifford, il est clair qu’elle ne nous laissera pas sans surprise puisqu’elle est définitivement l’un des personnages qui crève le plus l’écran dès ce premier épisode. Au bout d’une heure d’épisode, nous en savons assez pour cerner correctement les personnages qui feront vivre la série, mais aussi pour avoir envie d’en savoir plus à leur sujet. Globalement, c’est ce que nous attendons d’un bon pilote…

Nous remarquons, dans P-Valley, une volonté d’inclusivité qui est indiscutable. Peu de séries en sont capables encore aujourd’hui en 2020. P-Valley, en plus d’être entièrement réalisée par des femmes, compte sur un casting principalement noir, avec des lead féminines, et même un personnage principal non-binaire. Nous l’avons abordé il y a quelques mois maintenant, mais les minorités de genre ont un temps d’écran minime dans les séries (tout comme au cinéma) et alors que le mouvement Black Lives Matter est en tendance, il est plus que jamais important d’avoir ce genre de représentation dans la pop culture. P-Valley arrive donc au bon moment.

Pour conclure, nous continuons bien sûr P-Valley qui est une série engagée dans l’inclusivité et est portée par des personnages charismatiques. Intéressante, nous avons hâte de voir où nous mènera cette série qui est à découvrir en exclusivité sur Starzplay.

Lizzie

Lizzie

Moi c'est Lizzie, accro au cinéma, aux séries, et à la littérature. Il paraît que je suis un mélange étrange de Monica Geller, et Jesse Pinkman. Perso je pense que je suis la dernière sœur Gallagher cachée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.