Review pilot – Jamestown : on continue ou pas ?

Le tout premier épisode de Jamestown vient d’être diffusé sur Sky1, alors que la chaîne, avant même la diffusion, avait déjà décidé de renouveler la série pour une seconde saison. Série dramatique et historique, Jamestown nous plonge en pleine conquête de l’Amérique et premières colonies britanniques dans le Nouveau Monde. Alors, que donne ce pilot ?

Bienvenue au 17ème siècle, en pleine conquête de l’Amérique ! Jamestown, première colonie britannique située en Virginie sur la côte du continent américain a été peuplée uniquement par des hommes pendant douze ans, mais voilà qu’un bateau leur amène des femmes pour permettre de peupler les nouvelles terres et construire des familles. Les hommes, qui ont payé le passage des femmes et ont payé pour la liberté de certaines, ont été habitués à vivre entre eux, à respecter leurs règles et l’arrivée de la gente féminine va perturber leur quotidien. La vie est dure, misérable, perturbée par la maladie et la faim et uniquement rendue possible grâce à un travail difficile et sans repos.
La thématique avait déjà été observée dans la mini-série New Worlds, diffusée en 2014 sur Channel 4, que nous vous recommandons vivement !

Mais la politique et l’importance de la colonie pour l’Empire britannique est assez loin des préoccupations dans ce pilot, puisque nous nous focalisons rapidement sur les personnages principaux : trois femmes que nous allons suivre plus particulièrement, ainsi que leur entourage formé à leur arrivée dans la colonie,  Jocelyn (incarnée par Naomi Battrick), Alice (incarnée par Sophie Rundle) et Verity (incarnée par Niamh Walsh). Si Alice et Verity sont amies et s’entraident, Jocelyn est bien loin de leurs préoccupations. Alice est une jeune femme qui a grandit dans une ferme, elle connaît le travail et saura mettre la main à la pâte, Verity a grandit dans la rue mais Jocelyn n’a rien de tout cela. Elle a de bien plus grandes espérances en arrivant à Jamestown que ses camarades de voyage qui attendent juste de se construire une nouvelle vie. Ces trois personnages nous permettent d’aborder la série et le contexte historique de plusieurs manières différentes, ce qui n’est pas déplaisant.

À son arrivée, Alice est accueillie par Silas (Stuart Martin) et tombe instantanément sous son charme, mais c’est en fait son frère, Henry (Max Beesley) qu’elle va devoir épouser. C’est lui qui a payé son passage. Il n’attendra pas longtemps avant de profiter de la situation et de la violer… Verity, fiancée à l’ivrogne de la colonie, va tenter d’échapper à son destin qui va vite la rattraper. Jocelyn, bien décidée à prendre les choses en main, va quant à elle mettre son nez dans les affaires administratives de Jamestown pour tenter de grimper l’échelle sociale le plus rapidement possible. 

Si ce pilot était assez plaisant, il faut avouer qu’il a beaucoup tourné autour des amours des trois personnages féminins principaux et que cela pourrait devenir un peu ennuyant si la série entière restait sur ces positions et ne rentrait pas plus profondément dans des thèmes comme la politique, les relations avec les natifs américains (qui n’apparaissent que très brièvement à la fin de l’épisode et ne sont mentionnés que quelques fois), et la position de l’Empire britannique à cette époque. Il va donc falloir que la série évolue pour ne pas rester sur cet aspect assez sentimental et superficiel des personnages. Malgré tout, l’épisode est agréable et se laisse regarder avec plaisir, il nous entraîne dans le monde des premiers pionniers britanniques avec facilité grâce aux acteurs. C’est avec plaisir que l’on retrouve certaines têtes connues comme Sophie Rundle (Peaky Blinders), Burn Gorman (Torchwood, And Then There Were None), Stuart Martin (Les Médicis), Jason Flemyng (SS-GB)… 

Conclusion, on continue pour l’enthousiasme exprimé par la chaîne qui a renouvelé la série avant même la diffusion du pilot, pour les acteurs qui sont excellents et pour le contexte historique qui promet de très belles choses, mais on espère que tout ne tournera pas autour des vies sentimentales des trois personnages féminins principaux !

Owlhazel

Owlhazel

Aude, 24 ans et apprentie libraire sur Paris. Je divise mon temps libre entre les séries et la lecture. Mon genre de prédilection reste de loin les séries en costumes et historiques, majoritairement anglaises, appelées aussi period drama. Je regarde aussi beaucoup de séries fantastiques, mais j'ai beaucoup de mal avec les comédies. J'aime pleurer et voir mes personnages préférés en baver avec la vie. Mes séries préférées vont des Tudors à Game of Thrones en passant par The White Queen et Outlander, avec un petit détour par Vikings et Peaky Blinders.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*