Review Pilot – Dark Mon£y : on continue ou pas ?

Dark Mon£y est une série anglaise dont le premier épisode a été diffusé sur la BBC One le 8 juillet 2019. Réalisée par Lewis Arnold et scénarisée par Levi David Addai, cette série dénonce la phase noire cachée d’Hollywood avec une famille modeste Londonienne, les Mensah, qui apprend que leur plus jeune fils, Isaac (Max Fincham) a été abusé sexuellement par un producteur lors du tournage d’un film américain dans lequel il a joué. Après le visionnage du pilot de Dark Mon£y : on continue ou pas ?

Review Pilot – Dark Mon£y : on continue ou pas ?

Le premier épisode commence lorsque Manny (Babou Ceesay) va chercher son fils de 13 ans à l’aéroport alors que celui-ci revient des Etats-Unis où il a tourné un film de science-fiction pour le cinéma. Très vite, on voit qu’Isaac est un peu triste et n’a pas trop envie de parler de son expérience à Hollywood alors qu’il était loin de ses parents. Toute sa famille lui organise une fête pour son retour mais le jeune garçon n’a pas le coeur à faire la fête. Manny et sa mère, Sam (Jill Halfpenny), le surprennent alors dans sa chambre en train de regarder une vidéo sur son téléphone…

Review Pilot – Dark Mon£y : on continue ou pas ?

Autant dire que cette scène de révélation est très bien faite car elle nous noue l’estomac. Le jeune garçon a filmé de manière cachée, en posant son téléphone à plat, son agresseur en pleine agression. Le fait de n’entendre que les bruits sur la vidéo rend la scène encore plus puissante et nous permet de visualiser le visage des parents qui comprennent ce qui est arrivé à leur fils. Ils essaient de savoir ce qu’ils peuvent faire, juridiquement parlant, pour ne pas laisser ce crime impuni et demandent conseil à un avocat qui leur fait comprendre qu’il s’agira d’une procédure compliquée et très couteuse : en effet, le crime ayant été commis aux Etats-Unis, c’est là-bas qu’il devra être jugé et l’Etat Américain ne prévoit aucune aide financière pour ce genre de situation. On comprend alors la complexité de la situation et pourquoi beaucoup de victimes ne portent pas plainte dans ce genre de cas tant le système judiciaire doit les décourager.

Review Pilot – Dark Mon£y : on continue ou pas ?

Quand les parents se retrouvent confrontés aux avocats du producteur ayant abusé de leur fils, ceux-ci leur laisse le choix de ne pas aller plus loin et d’accepter un chèque de trois millions de livres en échange de leur silence. A la fin de l’épisode, nous comprenons que les parents ont accepté l’offre puisqu’ils vivent dans une maison beaucoup plus luxueuse que celle dans laquelle nous les avons vu tout le long de l’épisode. Mais ils vont certainement devoir vivre avec ce choix et Isaac ne va certainement pas comprendre pourquoi ils n’ont rien fait pour punir le producteur.

Ce premier épisode de Dark Mon£y était très bon : les acteurs, très convaincants, ont réussi à retranscrire la complexité de ce genre de situation et à quel point les parents doivent se sentir désarmés quand ils apprennent que leur enfant a été victime d’abus. Malgré la longueur de l’épisode (environ 50 minutes), nous n’avons pas vu le temps passer et nous présageons une saison de qualité. Nous vous recommandons donc Dark Mon£y si c’est un sujet qui vous intéresse, car il ne s’agit pas là d’une série légère. 

lovebug

lovebug

Hello, ici Marie, geek à plein temps ! Je bosse dans la communication digitale et je passe beaucoup (trop) de temps à regarder des séries en tout genre. Passionnée d'histoire et de culture américaine et britannique, je regarde surtout des séries anglophones et en VO s'il vous plait ! J'aime un peu de tout : séries historiques, Marvel, drama, comédies, fantastiques et science fiction, horreur.. Je suis quelqu'un qui aime ne pas faire comme les autres. Games of Thrones par exemple ? Pas vu un seul épisode de ma vie. Nope, pas un seul !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.