Review Pilot – Camping : on continue ou pas ?

Il y a quelques jours, OCS et HBO ont lancé la diffusion de la nouvelle comédie Camping, un remake de la série UK du même nom créée par Julia Davis. Aux commandes de ce remake US, on retrouve Lena Dunham (Girls) et Jenni Konner (créatrice, scénariste et productrice exécutive). L’histoire est simple : Kathryn interprétée par Jennifer Garner (Alias), décide d’organiser un séjour dans un camping pour les 45 ans de son mari Walt, joué par David Tennant (Doctor Who), avec leurs proches. Évidemment, tout ne se passe pas comme prévu.

Kathryn est une jeune femme active, trop peut-être, control freak et psycho rigide sur les bords. Un mixe entre Monica de Friends et Bree Van de Camp de Desperate Housewives, vous voyez le genre ? Son mari Walt est clairement son opposé, une bonne pâte qui relativise et supporte le caractère de sa femme. La série démarre sur leur arrivée au camping avec leur fils Orvis et on est directement plongé dans ce qui va sûrement être le ressort comique le plus souvent utilisé dans la série : le décalage entre Kathryn et le reste du monde. Les premières interactions avec les propriétaires du camping (un couple de lesbiennes rustres) donnent le ton. On comprend que le séjour ne va pas être de tout repos pour Kathryn, on se demande même pourquoi, avec une personnalité comme la sienne, avoir choisi un camping comme destination.

Après quelques scènes hilarantes sur les recommandations d’Harry la propriétaire campée par Bridget Everett (Inside Amy Schumer, Lady Dynamite), leur installation et l’évocation du “plancher pelvien” qui restera dans les annales, les autres membres du groupe commencent à arriver et là c’est le drame.

En premier on découvre la sœur de Kathryn, Carleen (Ione Skye), son mari alcoolique et drogué Joe (Chris Sullivan) et Sol (la belle-fille de Carleen), visiblement marginale et non prévue au programme. Sans état d’âme, Kathryn demande à sa sœur qui n’a visiblement pas lu le “mail d’invitation”, de repartir chez eux car le séjour est interdit aux enfants et c’est “non optionnel”. Sauf que des imprévus, il ne va y avoir que ça. Sa sœur lui apprends que leur couple d’amis Miguel et Margaret ne viendront pas car ils sont séparés depuis que “Margaret se tape un serveur de chez 9021Pho”.

Kathryn encaisse l’information et George (Brett Gelman), le meilleur ami de Walt, arrive avec sa copine Nina Joy (Janice Bravo). Il y a clairement une histoire tendue entre Nina et Kathryn qui va probablement ressortir dans les épisodes à venir. Ils sont au courant de la séparation de Miguel et Margaret, ce qui signifie que Kathryn est vraiment mise à l’écart de son groupe d’amis… On imagine aisément pourquoi mais tout reste sous-entendu.

La nuit tombe enfin sur le campement, la scène entre Kathryn et Walt met en lumière ce que l’on soupçonnait déjà à savoir que leur vie sexuelle n’est pas au beau fixe. Pas le temps de s’émouvoir, un nouveau rebondissement fait son apparition. Ce ne sont pas des ours mais Miguel (Arturo Del Puerto) et sa nouvelle copine qui, après une arrivée tardive, ne trouvent rien de mieux à faire que de s’envoyer en l’air au milieu du campement. S’en suit une scène de panique impliquant un pistolet à plomb, des points de suture et la rencontre avec Jandice (Juliette Lewis), une thérapeute reiki/DJ/notaire complètement délurée. Il se passe beaucoup (trop?) de choses et on ne sait plus où l’on est censé rire.

jandice camping

Au petit matin, Kathryn tente de reprendre le contrôle de la situation et sort son classeur contenant le programme millimétré du séjour. On apprend au passage qu’elle a subit une hystérectomie après la naissance d’Orvis et on comprend qu’elle en a encore des douleurs (physiques, psychologiques ou les deux ?). Au programme du jour : observation d’oiseaux. Mais là encore, Kathryn doit faire face à des écarts de planning lorsque le groupe tombe sur un magnifique lac et que Jandice décide de se dévêtir totalement et d’inviter tout le monde à se baigner. On assiste avec amusement et, disons le franchement, un peu de pitié à l’effarement et l’impuissance de Kathryn qui depuis la berge voit ses amis, sa sœur et son fils passer un bon moment dans l’eau. L’épisode se finit sur cette réplique symbolisant à elle seule tout le personnage de Kathryn : “Les gars… la baignade c’est demain. C’était pas au programme”.

En conclusion, ce premier épisode pose bien les bases en terme de personnalité des personnages mais laisse suffisamment de choses en suspens et non-dits pour intriguer. On a envie de voir ressortir toutes les histoires enfouies de ce groupe d’amis totalement dysfonctionnel car c’est évident que dans ce contexte de séjour tout va finir par exploser. Tout repose sur Kathryn qui est à la fois irritante et attachante, Jennifer Garner fait un superbe travail. L’humour ne fait pas mouche à chaque fois et si le mécanisme devient lassant sur un épisode, on peut craindre pour les suivants. On pouvait en attendre un peu plus venant de Lena Dunham. Ce n’est pas un gros coup de cœur, l’ensemble est un peu plat et on voit mal la série se poursuivre sur plus d’une saison mais ça donne quand même envie de voir les 8 épisodes commandés. On passe un bon moment et c’est finalement l’important, alors on continue pour voir ce que la suite nous réserve.

Moody

Moody

Grumpy. Sérivore. Pop Addict.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.