Review Pilot : Betty – on continue ou pas ?

Mini-série en 6 épisodes créée et réalisée par Crystal Moselle, Betty débarque dès aujourd’hui sur OCS ! Spin-off du film Skate Kitchen qui avait été présenté au Festival de Sundance en 2019, la série suit toujours le groupe de skateuse new-yorkaises. Verdict de ce pilot ?

Betty nous plonge donc au cœur de New York et suit un groupe de skateuse composé de Camille, Janay, Indigo, Kirt et Adams. Inspirée de la véritable histoire des Skate Kitchen, les actrices sont d’ailleurs les véritables membres du groupe et jouent donc une version fictive d’elles-mêmes. Déjà, la série possède un atout de taille puisque les premières concernées sont au cœur de la production HBO. De plus, en 2020, nous ne sommes pas sans savoir à quel point il est difficile de trouver des représentations féminines digne de ce nom à la télévision (comme au cinéma d’ailleurs). Le fait que la série soit réalisée, scénarisée, produite menée par Crystal Moselle et une majorité de femmes est rassurant.

Ce pilote nous présente donc la petite bande, d’abord composé de Janay et Kirt, deux amies de toujours, qui vont faire la rencontre successive de trois autres amies : Indigo, Camille et Honeybear. Chacune d’entre elle est charismatique et authentique. Si nous en apprenons peu à leur sujet dans ce premier épisode, nous avons tout de même une vision assez claire de leurs caractères respectifs. Betty s’appuie clairement sur ses personnages et nous ne pouvons simplement pas lui en vouloir… Les actrices sont d’ailleurs (sans surprise) parfaitement à l’aise dans leurs rôles.

Concernant le plot de ce premier épisode, on ne peut pas dire qu’il soit hyper passionnant, mais il a le mérite de ne jamais en faire trop et dresse un portrait parfaitement juste de l’adolescence. Betty prend le parti de ne pas en rajouter pour embellir la réalité qui, en fait, n’en a pas besoin. L’univers du skate est parfaitement dépeint et a visiblement une place importante dans la série. Le pilot nous montre clairement que la thématique ne sera pas relayée au second plan pour laisser place aux histoires de cœurs. L’équilibre entre le monde du skate et l’aspect humain/social semble parfaitement pensé et mis en scène. Si nous aimons Betty c’est à la fois pour ses personnages féminins, pour ses messages féministes et pour l’univers du skate, quasiment totalement absent sur nos écrans.

Pour conclure, ce premier épisode est très concluant et nous donne envie d’en voir plus. Avec des personnages féminins intéressants authentiques, la série convainc dès le premier épisode et nous avons hâte de découvrir les 5 autres épisodes de cette mini-série féministe.

Lizzie

Lizzie

Moi c'est Lizzie, accro au cinéma, aux séries, et à la littérature. Il paraît que je suis un mélange étrange de Monica Geller, et Jesse Pinkman. Perso je pense que je suis la dernière sœur Gallagher cachée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.