Review Pilot – A Discovery of Witches : on continue ou pas ?

Directement adaptée de la saga littéraire Le livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness, A Discovery of Witches est une série diffusée sur Sky One. Nous suivons alors l’histoire de Diana Bishop, une sorcière décidée à ne plus utiliser ses pouvoirs. Toutefois, malgré elle, un jour, elle fera appel à un rare livre magique que sorciers, vampires et autres créatures magiques cherchent depuis des siècles… Débutée il y a quelques semaines, que vaut le premier épisode de la série britannique ?

Si, sur le papier, A Discovery of Witches ne paie pas de mine, dans les faits, il en est autrement. Tout d’abord, nous sommes plongés dans le cadre idyllique d’Oxford, à Londres, un lieu qui lie à la perfection l’ancien et le moderne. En effet, Oxford est plein d’anciens bâtiments en pierre et son université est dotée d’une superbe bibliothèque qui semble sortir tout droit du siècle dernier. Seules les touches légères de nouvelles technologies (ordinateurs, téléphones portables) nous rappellent que nous sommes bel et bien dans une société moderne. Même les différents costumes restent ambigus, naviguant entre le moderne et l’ancien. L’équilibre est parfaitement géré et nous plonge dans une atmosphère envoutante et désespérément britannique… Ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Photographiquement maîtrisée, nous remarquerons aussi que le pilote nous présente son intrigue de façon efficace. D’abord avec les deux protagonistes Diana (Teresa Palmer) et Matthew (Matthew Goode) que nous cernerons assez rapidement. Diana est une jeune professeure solitaire qui est également une sorcière qui a fait vœu de ne plus utiliser la magie, fatiguée de tous les dramas qui semblent l’entourer. Matthew, lui, est un vampire désirant comprendre pourquoi sa race s’éteint petit à petit. S’ils sont d’abord méfiant l’un envers l’autre, nous devinons facilement que les personnages finiront par se retrouver et travailler ensemble afin de se protéger. Les réponses aux questions qui entourent l’entièreté des créatures magiques paraissent être dans ce fameux livre magique que seule Diana semble pouvoir invoquer. Cette dernière est pourtant déterminée à ne plus avoir à faire à l’objet magique. Cela n’empêchera pas les sorcières et les autres créatures magiques de se lancer à ses trousses…

Avec un contexte et une intrigue solide, A Discovery of Witches n’oublie pas pour autant de développer son background. Nous avons déjà une vision (certes un peu floue) du passé de Diana puisqu’elle fera appelle à ses proches après avoir découvert le livre. Nous pouvons alors faire la connaissance succincte de sa tante (Alex Kingstone) qui semble veiller sur Diana depuis plusieurs années. De plus, bien que Diana soit présentée comme une personne assez seule, le pilote nous présente son amie (et sorcière) Gillian Chamberlain (Louise Brealey). Des personnages secondaires qui sont déjà plein de promesses et se positionnent d’ores et déjà pour une potentielle guerre entre les créatures magiques, et plus particulièrement entre les sorcières et les vampires.

Pour conclure, nous pouvons définitivement dire que le premier épisode de A Discovery of Witches est une réussite ! Avec une thématique déjà souvent vue à la télévision, l’idée même d’adapter la saga était audacieuse. Pourtant, c’est avec audace et beaucoup de classe que la série slalome entre les clichés du genre. Même si certains déjà-vu sont bien présents, ce souhait de vouloir se démarquer reste réussi. La série a du potentiel et peut compter sur un casting solide (Matthew Goode, Louise Brealey, Alex Kingstone…), c’est donc avec plaisir que nous la continuerons !

Lizzie

Lizzie

Moi c'est Lizzie, accro au cinéma, aux séries, et à la littérature. Il paraît que je suis un mélange étrange de Monica Geller, et Jesse Pinkman. Perso je pense que je suis la dernière sœur Gallagher cachée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.