Reign : l’avis de la rédac sur la saison 3!

La diffusion de la troisième saison de Reign, qui suit le règne de Mary reine d’Ecosse (incarnée par Adelaine Kane) a été plutôt compliquée : alors que la CW n’a cessé de changer la plage horaire de diffusion et a imposé une (longue) coupure en plein milieu… la saison nous a semblé durer une éternité alors qu’elle avait été réduite à 18 épisodes. Un comble. Cette saison avait pour but de rafraîchir le paysage et l’intrigue, puisqu’elle impose un nouvel ennemi à Mary : celui de l’Angleterre et de sa reine Elizabeth (incarnée par Rachel Skarsten). Mais cette saison était-elle une réussite ?

1

  • Une saison globalement inégale

La saison a été clairement coupée en deux parties : la première partie concernant principalement Francis, et la deuxième nous permettant de découvrir la relation entre Mary et Elizabeth, la reine d’Angleterre, axée beaucoup plus sur la politique malgré des sous-intrigues plutôt inutiles.

Le décès de Francis remet en question l’avenir et la situation de Mary, et il était délicat de faire disparaître l’un des personnages principaux. La série aurait pu ne pas s’en remettre et cette troisième saison montre qu’il est difficile de trouver un autre rythme après avoir détruit une telle dynamique. Le couple Mary/Francis était la vraie force de la série, mais l’histoire nous l’annonçait : Francis (Toby Regbo) devait mourir pour que Mary puisse continuer sa route. Le décès de son époux lui a donc permis de s’affirmer en tant que femme (son histoire d’amour avec Louis Condé, joué par Sean Teale, lui a permis d’ouvrir les yeux sur les intentions des hommes envers elle) mais également en tant que reine (elle se doit de prendre en compte la situation en France, en Ecosse et en Angleterre lorsqu’elle doit prendre des décisions). Il lui a fallu faire face à des situations plus que délicates, en plus de devoir gérer son deuil. C’est la mort de Francis qui a déclenché tous les enjeux politiques de cette saison : pour pouvoir sécuriser l’avenir de l’Ecosse, Mary doit s’y rendre et affronter Elizabeth. Le jeu des actrices principales de cette saison : Adelaine Kane, Megan Follows et Rachel Skarsten sauve l’intrigue parfois un peu pauvre, elles tiennent la série à bout de bras grâce à leur interprétation forte et leurs personnages bien mieux développés que les autres. Cette saison montre la force de ces femmes, grâce à Mary qui parvient à se venger de la mort de son époux et Elizabeth qui ne parvient pas à trouver le mari suffisamment à son goût pour régner à ses côtés mais qui continue tout de même de se battre pour ses idées et poursuivra seule aussi longtemps qu’il en sera nécessaire.
C’est également la relation entre Catherine et Mary qui a en partie permis de maintenir la série à flots. Catherine, qui au début de la série faisait tout pour que Mary abandonne son rôle de reine de France, a compris qu’elle aimait réellement Francis et se tient maintenant à ses côtés, l’aidant à gérer la situation. Les deux femmes deviennent complices, pour notre plus grand plaisir, ce qui a parfois mené à quelques situations cocasses et permis d’alléger l’atmosphère assez tendue et lourde de cette troisième saison. C’est grâce à la présence de Catherine que l’intrigue a pu introduire les personnages des Red Knights, voulant se venger d’elle. Si l’intrigue était intéressante et nouvelle au début, elle a mis beaucoup trop de temps à être résolue et les choses ont traîné en longueur, ce qui m’a lassé. La saison qui permettait de voir l’histoire du point de vue de la France et de celui de l’Angleterre a utilisé des épisodes transitoires pour faire avancer l’intrigue et permettre aux choses de s’installer doucement, parfois trop doucement…

3

  • Des personnages complètement oubliés

Le premier personnage qui me vient à l’esprit pour parler de cette section « personnage inutilisés » est bien sûr Bash. Alors qu’il était un personnage très charismatique au début de la série et était devenu un love interest pour Mary dans la seconde saison, voilà qu’il est relégué au statut de personnage secondaire et agit uniquement quand les scénaristes se souviennent de son existence. Nous ne l’avons presque pas aperçu dans cette saison, et quand il était présent c’était uniquement pour des intrigues en rapport avec de la magie (sa rencontre avec Delphine aurait pu laisser place à quelque chose de nouveau pour la série mais les scénaristes ont décidé de couper court à cette histoire également…). Il semblerait que les scénaristes n’osent pas assumer leurs idées : quitte à ajouter des intrigues magiques et surnaturelles dans la série, autant assumer et les faire durer toute une saison plutôt que quelques épisodes et terminer sur la mort du personnage… Une grande déception donc pour Bash qui aurait mérité beaucoup plus de présence à l’écran et je comprends largement pourquoi Torrance Coombs, son interprète, est allé voir ailleurs pour jouer dans la prochaine série d’ABC : Still Star-crossed que je suivrai avec plaisir.

Autres personnages que j’ai trouvé effacés dans cette troisième saison : Claude (Rose Williams), Greer (Celina Sinden) et Leith (Jonathan Keltz). Les personnages ne sont utilisés, il semblerait, que pour boucher les trous dans l’intrigue et permettre aux épisodes de durer le temps nécessaire. J’étais totalement sous le charme du couple Leith/Greer dans la première saison et je comprenais les difficultés qu’ils rencontraient, le désir de Greer de satisfaire sa famille malgré son amour pour Leith… et je trouve très dommage que les scénaristes nous imposent de force le couple Claude/Leith, qui je trouve totalement inutile. C’est un couple charmant mais les scènes qu’ils partagent ensemble n’ont pas d’intérêt dans l’évolution de l’intrigue générale, ils semblent évoluer dans une petite bulle, mener leur vie en dehors du reste des personnages et cela ne sert absolument à rien… Ce couple n’a aucun intérêt (et je m’excuse auprès de ceux qui les apprécient) et je ne comprends absolument pas comment deux personnages aussi différents peuvent décider de se mettre ensemble. Certes, les opposés s’attirent mais là, c’est quand même pousser le bouchon un peu loin. Surtout que si on choisit d’analyser la situation d’un point de vue historique, c’est impossible et les incohérences se bousculent au portillon.
C’est donc une autre déception cette saison où les personnages évoluent mais sans aucune cohérence, tout comme le cas du personnage de Greer qui pourtant montrait l’émancipation de la femme comme un sujet fort dans la série où les femmes sont certes fortes, mais considérées comme des épouses et non des personnages à part entière. Mary est une femme forte mais c’est grâce à son statut qu’elle peut se permettre de s’exprimer, et il était important qu’un personnage comme Greer puisse montrer la situation des femmes à l’époque, et qu’elle décide de monter sa propre entreprise, de gagner son propre argent et de ne surtout pas dépendre d’un homme. Elle y a été forcée lors de l’emprisonnement de son époux, mais l’évolution de son personnage était des plus intéressante et les scénaristes ne l’ont pas du tout utilisé à bon escient dans cette troisième saison.

2

  • Une fin de saison mouvementée

Cette troisième saison a été une douce transition pour amener Mary en Ecosse, elle lui donc amené un nouvel ennemi en la personne d’Elizabeth et nous a permis de voir le point de vue des deux reines, leurs histoires de cœur comme de politique propres à chacune. Cette troisième saison était également l’occasion pour Mary de se rendre dans son pays d’origine : l’Ecosse, qu’elle tente tant bien que mal de protéger de la reine anglaise.  La France devient donc un décor de second plan, et nous venons à nous concentrer uniquement sur l’Angleterre, l’Ecosse et la relation tendue entre les deux pays.
C’est avec l’aide de Narcisse (incarné par Craig Parker) et Lola (incarnée par Anna Popplewell) que Mary est parvenue à récolter les fonds suffisants pour se rendre en Ecosse, et le voyage n’a pas été de tout repos. Le bateau est pris dans une tempête pendant le voyage et se verra échouer sur une plage, leur faisant perdre leurs hommes et leurs vivres. Après un petit temps de battement pendant lequel Elizabeth est persuadée du décès de son ennemie, Mary révèle qu’elle est toujours en vie et se prépare à affronter Elizabeth.

D’après l’histoire, nous savons qu’Elizabeth devait battre Mary. C’est écrit, mais savoir que Mary finira par échouer est difficile et douloureux en tant que spectateur, nous qui la suivons depuis la première saison, qui l’avons vu grandir, s’attacher à son rôle de reine et s’affirmer en tant que femme. Elle demande de l’aide à Lola pour atteindre son but, elle qui est devenue très proche d’Elizabeth pendant son séjour en Angleterre…
Cette troisième saison a beau avoir été très inégale en terme de rythme, le final était extrêmement tendu et rempli de rebondissements et j’aurai souhaité que tous les épisodes soient aussi divertissants. Ce final nous voit également perdre Bash, qui décide de rejoindre les druides. Il reviendra quand Mary aura le plus besoin de lui. Il n’est donc pas impossible que Torrance Coombs revienne faire une apparition dans la série lors des prochaines saisons. Le sort de Leith est quant à lui plus flou puisqu’on le laisse blessé, et nous ignorons s’il sera présent ou non au casting de la quatrième saison. Mary va également perdre l’un de ses plus précieux alliés : Lola, exécutée par Elizabeth qui a découvert son plan d’assassinat. Mary, bien sûr, est folle de rage et veut venger la mort de son amie d’enfance qui a su l’accompagner dans les moments les plus difficiles : la saison 4 nous promet un affrontement continu entre les deux reines, toutes deux prêtes à tout pour protéger leur trône et leur pays.

4

 

Ma note : 3/5. La saison a semblé interminable et était totalement inégale. L’arrivée de l’Angleterre et la disparition de Francis ont permis de renouveler l’intrigue mais les scénaristes ne semblent pas vouloir assumer leurs décisions et ne cessent de tourner autour du pot, ajoutant des intrigues secondaires inutiles et délaissant certains personnages pourtant très intéressants. Une saison inégale mais intéressante tout de même grâce à l’arrivée en Ecosse de Mary.

Owlhazel

Owlhazel

Aude, 24 ans et apprentie libraire sur Paris. Je divise mon temps libre entre les séries et la lecture. Mon genre de prédilection reste de loin les séries en costumes et historiques, majoritairement anglaises, appelées aussi period drama. Je regarde aussi beaucoup de séries fantastiques, mais j’ai beaucoup de mal avec les comédies. J’aime pleurer et voir mes personnages préférés en baver avec la vie. Mes séries préférées vont des Tudors à Game of Thrones en passant par The White Queen et Outlander, avec un petit détour par Vikings et Peaky Blinders.
# BetaSeries : aude1012 / # Blog : Aude aux livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*