Ratched : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

Sortie le 18 septembre dernier sur Netflix, la première saison de Ratched est composée de 8 épisodes de 45 minutes à 1 heure. Créée par Ryan Murphy (American Horror Story, American Crime Story…) et Evan Romansky, elle nous plonge dans la fin des années 40 quand l’infirmière Mildred Ratched (Sarah Paulson) commence à travailler dans un hôpital psychiatrique à Lucia, en Californie, alors qu’un dangereux tueur, Edmund Tolleson (Finn Wittrock) se fait interner afin d’être évalué par le psychiatre en charge de l’établissement, Dr. Hanover (Jon Jon Briones) pour savoir s’il est apte à être jugé pour ses crimes. Alors que le show a été commandé pour deux saisons sur Netflix, qu’a pensé la rédac’ de cette première saison de Ratched ?

** Attention, cet article contient des spoilers ! **

  • Une ambiance incroyable
Ratched
Episode 2, Ice Pick

On comprend dès le premier épisode de Ratched que l’ambiance de la série sera incroyable : alors que celle-ci se déroule dans les années 40, à l’image de l’autre série de Ryan Murphy, Hollywood, nous nous retrouvons plongé dans le passé. Inutile de préciser que les costumes et les décors dans ce show sont magnifiques et que la musique ainsi que le montage des épisodes nous donnent réellement l’impression de regarder un film de l’époque. A noter que le jeu des couleurs est également une part importante de cette première saison, avec des couleurs vives (notamment le rouge et le vert), dans les décors et costumes mais également dans les scènes importantes pour les personnages qui se voient voilées de ces filtres de couleurs, donnant un ton encore plus accentué à l’action de la scène. Nous pensons par exemple au pilot quand Ratched découvre l’infirmière en train de coucher avec un patient dans la salle de bains avec ce filtre vert très vif ou encore quand le Dr Hanover se drogue dans les premières minutes de l’épisode 2 avec ce filtre rouge très marqué. Aussi, pour ajouter un point en plus à cette ambiance générale, Ratched est sans aucun doute un thriller : la tension est de mise dans les épisodes et une ambiance un peu malsaine peut mettre facilement mal à l’aise et participer à la construction de cette ambiance très particulière de la série. Une atmosphère semblable aux séries de ce genre de Ryan Murphy que l’ont peut retrouver dans American Horror Story, par exemple. Si quelques scènes sont gores et difficiles à regarder (âmes sensibles s’abstenir pour cette série), on notera que celles-ci démontrent bien souvent la cruauté des soins procurés aux patients dans les hôpitaux psychiatriques à l’époque comme le traitement de l’homosexualité, considéré comme une maladie mentale, avec la lobotomie ou le traitement de l’eau bouillante.

  • Les personnages
Ratched
Episode 4, Angel of Mercy: Part Two

Un autre point fort de cette première saison est sans aucun doute certains de ces personnages. Le lien qui unie Ratched et Edmund est très intéressant et nous avons beaucoup apprécié la manière de nous raconter leur histoire via le spectacle de marionnettes dans l’épisode 6. Si bien entendu, les violences qu’ont subi les deux personnages enfants n’excuse en rien les assassinats de Edmund, cela nous pousse à réfléchir au fait que les gens ne naissent pas toujours mauvais et que leur histoire peut forger des traumatismes qui les poussent à faire de mauvaises choses. Le personnage de Ratched est également très intéressant puisque l’infirmière arrive toujours à manipuler tout le monde dans son propre intérêt. Un tissu de mensonges tissé sous l’oeil abasourdi du spectateur. Impossible de parler des personnages sans mentionner Charlotte, introduite vers le milieux de la saison et interprétée de manière plus que brillante par Sophie Okonedo. Souffrant de troubles dissociatifs de l’identité, ce personnage était très intéressant : alors que Edmund et Ratched sont plus ou moins présentés comme les méchants de cette histoire, quelle n’est pas notre surprise quand Charlotte devient la grande méchante de l’histoire en tuant le Dr Hanover, Huck (Charlie Carver) et en faisant libérer Edmund pour partir en cavale avec lui.

Si certains personnages étaient très intéressants, d’autres auraient quant à eux pu être plus exploités et plus approfondis. Nous pensons notamment à Gwendolyn (Cynthia Nixon) dont nous avons un peu de mal à nous attacher et à apprécier sa romance avec Ratched, qui parait très sur la réserve au début, mais qui se précipite d’un coup au fil des épisodes. Nous aurions aimé en savoir plus sur son histoire avec son mari et sur la gestion de son homosexualité pour l’époque, car même si elle avait un mari pour couverture, elle semblait assumer assez facilement son attirance pour la gente féminine. Nous aurions également aimé en savoir plus sur Huck ou même sur l’infirmière Bucket (Judy Davis) qui est probablement un des personnages qui évolue le plus dans cette première saison.

  • Des thématiques trop dispersées
Ratched

Si il y a bien une chose que nous pourrions reprocher à cette première saison, c’est d’aller un peu dans tous les sens niveau thématique ce qui empêche, malheureusement, la série à entrer plus en profondeur dans certaines d’entre elles. Nous aurions pu croire que tout se déroulerait à l’hôpital, ce qui n’est pas le cas, mais il aurait peut-être été intéressant de faire de cette première saison un huit clos qui aurait accentué cette tension tout le long de la saison. Le fait que Ratched se déroule dans un hôpital psychiatrique à la fin des années 40 était également une thématique très intéressante qui a probablement attiré beaucoup de spectateurs qui auraient aimé en apprendre plus sur la manière de soigner, ainsi que les pensées de l’époque sur la maladie psychiatrique. Si la série se penche sur ces questions – surtout au début de la saison -, nous avons la sensation qu’elle ne va pas assez en profondeur, ce qui est un peu dommage quand Netflix vend ce show dans ce sens et que celui-ci est censé être le prequel du film Vol au-dessus d’un nid de coucou dans lequel est introduit l’infirmière Ratched. Si le traitement de l’homosexualité à cette époque est également une thématique importante dans cette série, nous avons l’impression que celle-ci aurait pu être elle aussi un peu plus développée.

Certaines intrigues étaient également peut-être de trop et un peu inutiles à l’histoire principale, tirant un peu sur la longueur dans certains épisodes qui sont parfois un peu lents. Nous pensons plus particulièrement à toute l’intrigue avec Lenore Osgood (Sharon Stone) et son fils : si celle-ci nous a permis d’en savoir un peu plus sur le Dr Hannover, elle n’a pas servi à grand chose. Quand on y réfléchis bien, tout se serait déroulé de la même manière sans celle-ci puisque le docteur ne finit même pas tué à cause de Lenore mais bien à cause de Charlotte.

C’est sans surprise, une série de qualité que nous offrent Ryan Murphy et Evan Romansky avec Ratched : avec un bon casting et une ambiance souvent glaçante, cette série saura vous plonger dans un tout nouvel univers parfois glauque et malsain. Pas toujours prévisible, ce show est très surprenant et nous avons hâte de voir la deuxième saison. Notre note : 4/5.

lovebug

lovebug

Hello, ici Marie, geek à plein temps ! Je bosse dans la communication digitale et je passe beaucoup (trop) de temps à regarder des séries en tout genre. Passionnée d'histoire et de culture américaine et britannique, je regarde surtout des séries anglophones et en VO s'il vous plait ! J'aime un peu de tout : séries historiques, Marvel, drama, comédies, fantastiques et science fiction, horreur.. Je suis quelqu'un qui aime ne pas faire comme les autres. Games of Thrones par exemple ? Pas vu un seul épisode de ma vie. Nope, pas un seul !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.