Peaky Blinders : l’avis de la rédac’ sur la saison 4 !

Les Peaky Blinders étaient de retour pour leur quatrième saison, composée de six épisodes. Après une troisième saison qui nous laissait sur la trahison du clan par Tommy (Cillian Murphy), entraînant l’arrestation de tous les autres membres de la famille, nous revoilà partis pour de nouvelles aventures dans cette ambiance si propre à la série créée par Steven Knight.

Les Peaky Blinders, le clan Shelby qui s’affichait si uni dans les trois précédentes saisons, se retrouve ici complètement divisé. Un an après les événements de la troisième saison, Polly (incarnée par Helen McRory), qui a été graciée quelques secondes à peine avant d’être pendue, ne pardonne décidément vraiment pas à Tommy d’avoir traîné toute la famille en prison. Un clan qui va d’abord se déchirer, avant de s’unir à nouveau face à leur ennemi : la mafia italienne. Après la mort de Vicente Changretta (Kenneth Colley), son fils Luca (Adrien Brody) est bien décidé à prendre sa revanche. Les Peaky Blinders vont devoir trouver tous les alliés possible pour affronter ce nouvel ennemi, bien plus fort et imprévisible que prévu. L’affrontement entre Tommy et Luca Changretta nous offre de très belles scènes, des attaques violentes et des morts sanglantes. Le duo Cillian Murphy/Adrien Brody fonctionne à merveille, même si l’accent de ce dernier était parfois un peu trop forcé et tombe presque dans la caricature.

Il faut apprendre à dire au revoir aux personnages avec Peaky Blinders et cela se confirme avec cette nouvelle saison. Dès le premier épisode, on comprend rapidement nous sommes à un tournant dans la série et pour le clan Shelby, d’abord avec la mort de John (Joe Cole) et la blessure de Michael (Finn Cole), puis le départ précipité d’Esme (Aimee-Ffion Edwards) qui ne veut plus avoir affaire à eux. Cette saison a tout de même été l’occasion d’avoir de nouveaux acteurs au casting, comme Adrien Brody cité plus haut, mais aussi Aidan Gillen dans le rôle d’Aberama Gold et Charlie Murphy dans le rôle de Jessie Eden. Cela a aussi été pour nous l’occasion de retrouver Tom Hardy et Alfie Solomons, dont on ne se lasse pas, ainsi que son épouse à la vie, Charlotte Riley, dans le rôle de May Carleton. Une saison avec un florilège de personnages tous plus complexes les uns que les autres, que l’on est ravis de suivre dans leurs combines.

Cette quatrième saison de Peaky Blinders joue sur la surprise en ne révélant le plan de Tommy qu’à la toute fin. Un plan qui nous aura valu quelques frayeurs. Visuellement, elle s’inscrit dans la lignée des précédentes : une réalisation incroyable, aux couleurs passées, des ralentis et des gros plans à répétition… Mais aussi une bande originale rock et folk incroyable qui donne cette ambiance unique à la série. Pour bercer les épisodes, on retrouve par exemple des artistes comme Pete Yorn, Johnny Cash, Radiohead, The Kills et bien sûr Nick Cave and the Bad Seeds, à qui l’on doit la musique du “générique”.

Cette quatrième saison a pourtant quelques défauts : il faut lui reprocher le schéma narratif assez semblable aux saisons précédentes, où Tommy Shelby mène la barque à lui tout seul et manipule tout son petit monde. Si le personnage est incroyablement charismatique, on aimerait bien que les autres personnages aient eux aussi droit à ce type d’importance dans le scénario. On déplore aussi le mauvais développement des personnages féminins (à part le personnage de Polly qui est lui complexe et intéressant, prête à tout pour protéger son fils), ce qui semble être le point faible de Steven Knight. Ada (Sophie Rundle), Esme, Linda (Kate Phillips), Lizzie (Natasha O’Keeffe) et les autres femmes de la série ne semblent être présentes que pour compléter le scénario, mais n’ont aucune réelle profondeur malgré le talent des actrices et la justesse de leurs interprétations. On espère réellement qu’elles auront elles aussi droit à leur part de gloire.

Conclusion, une saison encore excellente mais bien trop courte. Les Shelby ont subi plusieurs pertes depuis le début de la série, mais ce nouvel ennemi les a rapprochés et les a rendu plus unis que jamais. Une saison qui continue sur le même schéma que les précédentes, avec la même combinaison gagnante. On aurait quand même bien aimé quelques épisodes de plus. L’attente pour la saison 5 va être bien longue. Notre note : 4.5/5

Owlhazel

Owlhazel

Aude, 24 ans et apprentie libraire sur Paris. Je divise mon temps libre entre les séries et la lecture. Mon genre de prédilection reste de loin les séries en costumes et historiques, majoritairement anglaises, appelées aussi period drama. Je regarde aussi beaucoup de séries fantastiques, mais j'ai beaucoup de mal avec les comédies. J'aime pleurer et voir mes personnages préférés en baver avec la vie. Mes séries préférées vont des Tudors à Game of Thrones en passant par The White Queen et Outlander, avec un petit détour par Vikings et Peaky Blinders.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.