Orphan Black : l’avis de la rédac’ sur la saison 5

Et voilà, c’est fini ! La série Orphan Black s’est terminée ce samedi 12 août au terme de sa cinquième saison. Diffusée simultanément aux USA sur BBC America et au Canada sur la chaîne Space, elle totalise 50 épisodes de 45 minutes et offre une conclusion satisfaisante aux péripéties de Sarah (Tatiana Maslany) et ses clones. Retour sur cette ultime saison.

*** Cet article contient des spoilers ! ***

 

  • Le complexe de Dieu ou les horreurs de la science

Cette saison plus que jamais, la science et ses horreurs sont à l’honneur. Et cela passe par un personnage clé de cette ultime saison : Percival « P.T. » Westmoreland (Stephen McHattie), fondateur de Neolution au XIXème siècle. En fin de saison 4, on avait en effet découvert que le créateur du mouvement néolutionniste avait trouvé le moyen de prolonger sa vie. Cosima se retrouve donc sur l’île du Docteur Moreau, coincée dans un village bien étrange qui abrite le centenaire. Elle va découvrir que les enfants du village sont exploités pour leur sang et subissent des tests en tout genre, non pas destinés à les guérir mais à servir le but des néolutionnistes. La petite Aisha (Sirena Gulamgaus) notamment, en fera tristement les frais dans l’épisode 6, Manacled Slim Wrists, elle qui décédera des suites de son cancer, que les scientifiques ne cherchaient pas à soigner mais à étudier. Les habitants se font donc leurrer et exploiter à leur insu mais apprendront la vérité au sujet de leur hôte et finiront par se rebeller à la fin du même épisode. Autre exemple : la « Créature » (Andrew Musselman), expérience ratée de Percival, nommée ainsi en raison de la déformation qu’a subi son corps et son esprit. Le pauvre « monstre » comme l’appellent les villageois se fera tuer de sang froid par Percival sous les yeux horrifiés d’une Cosima impuissante dans l’épisode 5, Ease for Idle Millionaires, elle qui ne voulait pas perdre son humanité au nom de la science et qui cherchait à l’aider. Comme quoi, le vrai monstre de l’histoire n’est pas celui qu’on croit…

Son complexe de Dieu le poussera même à vouloir faire subir une opération à la fille de Sarah Manning, Kira (Skyler Wexler), à savoir : prélever ses ovaires, les féconder et les implanter dans des mères porteuses afin de voir si le gène qu’elle porte est héréditaire ou non, Kira ayant la capacité de « sentir » les clones Leda. Dans sa folie scientifique divine, il n’hésitera pas à tuer son ancienne amie et collègue Susan Duncan (Rosemary Dunsmore), mère de Rachel et d’exiger de Virginia Coady (Kyra Harper), créatrice de la lignée des clones mâles de tuer son dernier « Castor », Mark (Ari Millen). Tant d’horreurs commises au nom de la science par cet homme se prenant pour Dieu, lui qui au final s’avérera être un imposteur, s’appelant en réalité John et étant loin d’être centenaire… Son nom d’emprunt, Percival, n’est toutefois pas anodin puisque dans la légende arthurienne, Perceval est celui qui aurait trouvé le Saint Graal. Un parallèle peut donc être établi entre le Perceval de Chrétien de Troyes et celui d’Orphan Black et invite à la réflexion : la création de clones humains équivaut-elle au Graal ? Il semblerait que oui pour des scientifiques prêts à tout…

 

  • Un besoin vital de liberté et d’émancipation

Dans cette dernière saison, les notions de liberté et d’émancipation sont primordiales. Toutefois, il y a différents niveaux de lecture. Au sens le plus large du terme, les clones cherchent à s’émanciper de leurs créateurs. Bien qu’elles ne soient pas enfermées, Sarah et ses « sœurs » ont été surveillées toute leur vie, leur apparente liberté n’étant qu’illusoire… C’est au final grâce à Siobhan (Maria Doyle Kennedy), qui le paiera de sa vie, à Delphine (Evelyne Brochu) et à Rachel, que la vérité sur Neolution et Dyad est exposée au grand public dans l’épisode 8, Guillotines Decide. La liberté des clones Leda passe en effet par l’exposition publique de la vérité, leur permettant de ne plus vivre cachées et d’avoir à redouter l’emprise de Dyad. Mais il y a également la liberté au sens individuel du terme. S’il y a bien un clone qu’on considère comme libre, c’est Krystal Goderitch, elle qui refuse de voir la vérité à son sujet (ou du moins d’en tenir compte dans ses choix de vie) mais qui aidera tout de même Sarah et Art (Kevin Hanchard) au terme d’une mission complétement loufoque. 

Alison Hendrix, d’abord la plus hermétique à sa condition finira par accepter ce qu’elle est et ce dont elle fait partie. Alors que Simon (Andrew Moodie), homme de main de Dyad, lui fera comprendre que chacun des clones a son utilité sauf elle, Alison le fera mentir en allant affronter Rachel et protégeant sa famille. Le personnage s’émancipera d’une façon différente, en acceptant qui elle est et non en recherchant la liberté. Par la suite, Alison changera de coupe de cheveux et de comportement envers ses proches, se sentant libérée d’un poids qu’elle portait sur ses épaules depuis de nombreuses années. Du côté de Rachel, la situation est plus complexe… Toute sa vie, Rachel pensait être le seul clone libre de tous mais elle se rendra compte dans l’épisode 7, Gag or Throttle, qu’elle n’est elle aussi qu’un outil d’expérience scientifique et que sa soi-disant liberté n’a toujours été qu’un mensonge pour la manipuler. Elle s’arrachera l’œil électronique qu’on lui avait implanté puisqu’elle découvrira qu’une caméra y était dissimulée afin que Percival Westemoreland observe ses moindres faits et gestes pour mieux la contrôler. Par la suite, elle aidera Sarah à récupérer sa fille des griffes de Dyad et transmettra tous les dossiers du projet Neolution à Siobhan et Delphine, trahissant ainsi son amant dévoué Ferdinand (James Frain) et ce à quoi elle avait dédié sa vie. Bien qu’il fut douloureux, son désenchantement aura été nécessaire puisqu’il aura permis à elle et ses « sœurs » d’être enfin libres de toute emprise de Dyad.

 

  • Des adieux en bonne et due forme 

Cette cinquième saison étant la dernière, les showrunners ont pu apporter une réelle conclusion aux aventures des clones Leda et c’est tant mieux ! On sent le soin apporté par les scénaristes afin de donner une fin satisfaisante à la série, avec notamment l’épisode 8 et le vernissage organisé par Felix (Jordan Gavaris) qui rend hommage à tous les clones protagonistes de l’histoire, dont la défunte Beth, grâce à une série de portraits. Dans ce même épisode, on assiste à deux événements importants : l’exposition publique du projet Leda par Delphine et Cosima, qui met donc un terme à Dyad et à Neolution ; et l’assassinat de Siobhan Sadler, la mère adoptive de Sarah et Felix. Cette mort -riche en émotions- survient en fin de saison et de série, à deux épisodes du final, le personnage étant trop important dans le dénouement de l’histoire pour le sacrifier plus tôt mais pas assez pour le garder en vie, chaque série ayant son lot de morts vers sa fin. De plus, d’anciens personnages refont surface pour cette saison finale, offrant ainsi une conclusion à tous les personnages, même secondaires. C’est le cas pour Mark et Gracie (Zoé De Grand Maison) que l’on n’avait pas revus depuis la saison 3. Mais les deux finiront victimes de la folie des néolutionnistes… Il en va de même pour Virginia Coady, laissée aux oubliettes de la saison 3, ou encore Krystal, et également Adele (Lauren Hammersley), la sœur de Felix qui fait son retour à la mi-saison, elle que l’on avait plus vue depuis l’épisode 9 de la quatrième saison. Certains personnages mis de côté en début de saison comme Alison, Felix ou Scott reviendront également vers le devant de la scène à l’approche du final de la série. L’épisode 10, To Right the Wrongs of Many, a un statut bien particulier puisqu’il clôture la saison et est découpé en deux dans sa narration : la première partie est consacrée à la naissance des bébés de Helena et la seconde au dénouement des aventures des clones Leda que l’on connaît ainsi qu’à tous les autres -274 plus précisément- qui sont tous retrouvés grâce à Rachel et soignés grâce à Delphine et Cosima. Dans ce final, la métaphore de l’accouchement symbolise ainsi la (re)naissance de Sarah et ses « sœurs », enfin libérées du fardeau Neolution. La boucle est bouclée avec le livre des mémoires de Helena, sobrement intitulé… Orphan Black

 

  • En conclusion

Points positifs :
– Tatiana Maslany, encore et toujours exceptionnelle (notamment lorsqu’un clone essaie de se faire passer pour un autre)
– la création de la mythologie néolutionniste, qui permet à la série de rester cohérente de la saison 1 à 5
– le personnage de Rachel, qui dévoile ici toute sa complexité
– le personnage de Krystal, qui apporte une touche de légéreté au show
– les épisodes 7 et 9, qui réunissent tous les ingrédients de l’épisode parfait

Points négatifs :
– la mise de côté de certains personnages (Alison, Felix, Scott et le sacrifice inutile de M.K.)
– le développement bancal du personnage d’Art cette saison

 

Note : 4,5/5. Excellente dernière saison pour Orphan Black, qui a mené sa mythologie à terme et qui a délivré quelques épisodes exceptionnels. Il est temps de dire au revoir à Sarah, Alison, Cosima, Helena, Rachel et les autres clones Leda, que l’on sait heureuses grâce à la conclusion satisfaisante de leurs aventures offerte par les scénaristes. La boucle est ainsi bouclée et la page du livre Orphan Black de Helena peut ainsi se tourner définitivement… 

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Une pensée sur “Orphan Black : l’avis de la rédac’ sur la saison 5

  • 24 août 2017 à 18 h 49 min
    Permalink

    Une excellente série en tout points et surtout son interprete Tatiana maslany qui est juste exceptionnelle dans son interprétation . Le personnage de Krystal est juste drôle et qui apporte une touche de legéreté à al série . J’ai adorer cette série et ses 5 saisons je suis d’ailleurs pas triste de la fin vue que ce show à duré le temps qu’il fallait ni plus ni moins . Par contre et là c’est juste mon avis de fan j’aurais bien voulu le retour de Michiel Huisman ( Cal Morrison ) qu’il puisse retrouver Sarah j’ai attendu jusqu’à la dernière seconde mais hélas ….. En tout 5 bonnes saisons qui à su s’arrêter au bon moment pour nous offrir de beaux moments .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.