One of us : l’avis de la rédac’ sur la minisérie !

Diffusée à partir du 23 septembre dernier sur la BBC anglaise, One of Us aborde des thèmes forts comme le deuil, la question du bien et du mal, la perte d’un proche, la drogue, la maladie, la culpabilité, le viol, et bien d’autres encore. Découvrez l’avis de la rédaction sur cette mini-série très british et sombre à souhait. Attention, spoilers sur le premier épisode (mais pas sur le final) !

one-1

  • De quoi ça parle ? 

 One of Us est une série dramatique britannique créée et écriture par Harry et Jack Williams. Mini-série de quatre épisodes seulement, l’histoire commence au retour de Adam Elliot et Grace Douglas de leur lune de miel. Ils sont retrouvés morts. Leurs familles, qui vivent dans des fermes voisines dans la campagne écossaise, et leurs voisins du petit village de Braeston sont dévastés, mais les choses prennent un autre tournant quand un homme gravement blessé arrive dans le village et a un accident de voiture. Tout porte à croire qu’il est le tueur d’Adam et de Grace.
La famille trouve plusieurs indices quant à la culpabilité de l’homme et la police étant incapable de venir sur les lieux à cause des intempéries, ignore comment réagir. Se venger ? L’enfermer jusqu’à ce que les autorités viennent sur place ? La décision est finalement prise et chacun va devoir faire face à la suite.

La série a fait son petit bout de chemin seule, sans grande publicité mais grâce à un casting britannique et écossais de renom, aux visages bien familiers des adeptes de séries de la BBC ou d’autres séries anglaises : Juliet Stevenson, Joanna Vanderham, Laura Fraser, Joe Dempsie, John Lynch, Gary Lewis, Kate Dickie, Kate Bracken… pour ne citer qu’eux.

one-2

  • Des personnages entiers qui portent la série

Les personnages sont la grand force de cette mini-série, qui en seulement quatre épisodes ne pouvait pas vraiment prendre le temps d’installer des longueurs. Les premières minutes nous le font bien comprendre puisque nous découvrons l’histoire d’amour de Grace et Adam au travers de vidéos souvenirs, puis leurs corps ensanglantés. Les familles des jeunes mariés apprennent la nouvelle et doivent faire face au choc : la famille Eliot guidée par une mère alcoolique jouée par Juliet Stevenson, et la famille Douglas guidée par le très pieux Bill joué par John Lynch.
Chaque personnage a droit à sa présentation et son histoire, qui vient rajouter une tension supplémentaire à la situation actuelle : la petite-amie de Rob (Joe Dempsie) s’est faite violée mais le coupable n’a pas été condamné faute de preuves, une patiente de Claire (Joanna Vanderham) lui demande d’abréger ses souffrances, sans oublier les histoires de couples, de tromperies, de mensonges habituels dans toute bonne série qui va fouiller dans les secrets de famille. Les intrigues secondaires viennent s’emmêler pour nous permettre de nous attacher un peu plus à ces personnages qui vont traverser bien des épreuves avec nous.

Les acteurs sont tous plus ou moins connus du petit écran, mais le trio de tête de la série est sans nul doute John Lynch / Gary Lewis / Joe Dempsie qui crèvent l’écran à chacune de leurs scènes. Les personnages féminins semblent d’ailleurs beaucoup plus effacés que les personnages masculins, qui semblent être les personnages décisionnaires de la série. Les personnages féminins, à part Claire, ne font malheureusement pas beaucoup avancer l’histoire mais représentent des thèmes importants abordés dans la série, avec l’alcoolisme, l’adultère et le viol, quand les personnages masculins représentent la religion, la force, le combat… L’image de la femme n’est donc pas très positive, malheureusement.

one-3

  •  Un final qui change toute la donne

Si le premier épisode servait à nous présenter les différents personnages, la situation avec le double-meurtre d’Adam et Grace et l’arrivée du possible tueur dans le village où habitent les deux familles, le deuxième épisode était plus lent et beaucoup plus porté sur le choix qu’allaient devoir faire les personnages allant même jusqu’à pousser le spectateur à se questionner. Si nous étions dans une telle situation, tuerions-nous cet homme ? Ou le laisserions-nous partir, laissant la justice s’occuper de son cas ? Sachant que la justice n’a pas été la bonne solution pour Rob et sa copine qui s’est faite violer puisque le coupable n’a pas été condamné, nous ne pouvons reprocher aux personnages d’avoir choisi la première option et de s’être occupés du tueur eux-même.
Le troisième épisode montre les conséquences de leurs actes, la culpabilité les ronge tous d’une manière ou d’une autre et leurs vies prennent un tout autre tournant, chacun prend des décisions par forcément très réfléchies et qui ont des conséquences. Le fait qu’une enquête soit en cours et que les indices ramène les agents jusqu’aux deux familles ne fait qu’intensifier l’atmosphère tendue que l’on ressent en regardant les épisodes. Le spectateur sait que les personnages ont fait quelque chose de mal, mais on ne peut s’empêcher de se mettre à leur place et de vouloir que l’enquête échoue, qu’ils s’en sortent sans dommages.
Le quatrième épisode est, d’après moi, celui qui était le plus intéressant. Nous connaissons les personnages et les intrigues secondaires ont eu le temps de se développer. Le quatrième apporte des révélations bien plus importantes que toutes celles que l’on pourrait soupçonner et nous faire voir les choses d’une toute autre manière. One of Us est clairement une série de grande qualité qui vaut le détour et nous retourne le cerveau sans cesse, nous poussant à soupçonner tout le monde du moindre vice.
Le tout est porté par les paysages et l’ambiance propre aux Highlands d’Ecosse, où a été tournée la série, ; et bercée par l’accent des acteurs.

one-4

  • En conclusion

Points positifs :

– Les personnages et leurs interprètes
– Les révélations finales
– La réalisation
– Les décors écossais

Points négatifs :

– La représentation de la femme
– Certains personnages sont beaucoup moins utilisés que d’autres

Note : 4.5/5 Une série qui vaut largement le détour, ne serait-ce que pour le dépaysement total et pour nous couper un peu de ce que l’on peut voir actuellement à la télévision. Un choix d’acteurs formidable, une ambiance étouffante, une intrigue passionnante. 

Owlhazel

Owlhazel

Aude, 24 ans et apprentie libraire sur Paris. Je divise mon temps libre entre les séries et la lecture. Mon genre de prédilection reste de loin les séries en costumes et historiques, majoritairement anglaises, appelées aussi period drama. Je regarde aussi beaucoup de séries fantastiques, mais j'ai beaucoup de mal avec les comédies. J'aime pleurer et voir mes personnages préférés en baver avec la vie. Mes séries préférées vont des Tudors à Game of Thrones en passant par The White Queen et Outlander, avec un petit détour par Vikings et Peaky Blinders.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*