Las Chicas del Cable (Les Demoiselles du Téléphone) : l’avis de la rédac’ sur la dernière saison !

Les derniers épisodes de la série originale Netflix espagnole sont sortis vendredi dernier sur la plateforme de streaming. Las Chicas del Cable (Les Demoiselles du Téléphone en version française) reviennent pour 5 derniers épisodes, après une première partie de saison plus que bancale. Si le show est définitivement un succès en terme d’audience, la qualité de la série a toujours été plutôt inégale. Que valent ces derniers épisodes ?

Attention, spoilers.

  • Historiquement discutable

Cette ultime saison nous a plongé au cœur de guerre civile puis en pleine Espagne Franquiste. Si certains faits sont clairement des faits réels, d’autres sont historiquement plus discutables. Les prisons pour femmes dites « de redressement » ont bel et bien existé et certaines des tortures que subit Lidia ont également eu cours dans ces établissements. C’est le cas, par exemple, au tout début de la deuxième partie saison lorsque Lidia est obligée de s’agenouiller sur du gros sel. C’était une pratique plutôt courante de laisser les femmes agenouillées pendant de longues heures. La reconstruction historique de Las Chicas del Cable est assez souple mais ce n’est clairement pas un livre d’histoire. Il est tout de même très plaisant de retrouver des éléments réels qui donnent de la consistance à la série. C’est le cas notamment des costumes de la série, qui auront été un point fort de la série et ce, durant l’intégralité de la série. Nous devons toutefois dire qu’il aurait été plaisant de voir une fiction un peu plus proche de la réalité, surtout sur cette période historique qui a beaucoup touchée les minorités (qui sont mises en avant dans la série qui plus est). Il faut admettre, cependant, que Las Chicas del Cable ne s’est jamais revendiquée comme une série très réaliste et représentante de l’Histoire.

  • Une série qui se veut toujours engagée

Las Chicas del Cable se revendique comme engagée, que ce soit sur la thématique du féminisme que dans pour les droits de la communauté LGBTQIA+. La série n’a pas toujours été très juste de ce côté là, et les premiers épisodes de la saison 5 en sont un parfait exemple. Ces derniers épisodes sont quand même bien meilleurs sur cet aspect, même si ce n’est toujours pas parfait (mais à part Sense8 ou Tales of the City, qui peut se vanter de l’être ?). Concernant le féminisme, cette saison fait un presque sans faute en montrant des femmes indépendantes et fortes, mais aussi une dynamique de groupe qu’il manque dans beaucoup de fictions, que ce soit sur le petit écran, au cinéma ou dans la littérature. La sororité est un phénomène que beaucoup peinent à écrire, et elle est parfaitement montrée dans Las Chicas del Cable.

Concrètement, le plus gros problème de Las Chicas del Cable concerne le personnage d’Oscar, un jeune homme trans que nous rencontrons dès la saison 1 alors qu’il est encore dans le placard et se fait appeler Sara. L’interprète de cet homme trans est la talentueuse Ana Polvorosa, qui est toutefois une femme cisgenre (en accord avec le genre qui lui a été assigné à la naissance). Les personnes trans sont déjà souvent stigmatisées et invisibilisées au quotidien, il est donc assez irresponsable de faire jouer un garçon trans par une femme cis puisque cela conforte les personnes les moins éduquées dans leur idée qu’un homme trans est en fait… une femme. Par ailleurs, dans cette saison, Carlota dit à Oscar au cours d’une discussion « Je me fiche de comment tu t’habilles », comme si le fait d’être transgenre n’était qu’une question de vêtement et de coupe de cheveux alors que la réalité est plus complexe et profonde que ça. Halle Berry a récemment refusé un rôle d’homme trans au cinéma pour ces mêmes raisons (entre autres).

  • Des personnages pas toujours bien traités

Le traitement des personnages était un gros point faible des saisons précédentes. Le retour de Julio dans les épisodes précédent, la mort de Carlos, le retour de Carmen… Rien de tout cela n’était très bien amené. Dans cette saison, certaines erreurs sont rectifiées, mais l’écriture reste vraiment légère sur ce point là. D’abord, dès les premiers épisodes, la mort de Julio survient un peu rapidement… Le personnage inséré en saison 3 avait fait son retour, et sa mort nous laisse sur notre faim. Il s’agissait d’un personnage qui aurait pu être intéressant s’il avait été traité correctement… voir traité tout court. Il est néanmoins évident qu’il fallait épurer le nombre de personnages secondaires pour ces ultimes épisodes. Ils sont d’ailleurs encore trop nombreux tout au long de la saison : le retour d’Elisa ou encore de Felipe dans ces derniers épisodes n’ont clairement pas la place qu’iels méritent, et pour cause : le temps était compté, et c’est bien dommage.

Nous avons également constaté dans cette saison que Carlota et Oscar étaient beaucoup moins mis en avant que les saisons précédentes. Cela est étonnant lors du visionnage, mais finalement, cela laisse plus de place au personnage de Marga qui a longtemps été la cinquième roue du carrosse et avait du mal à se créer une véritable place dans le groupe. Carlota et Oscar ont eu un temps d’écran largement supérieur à beaucoup d’autres personnages d’importance équivalente dans les saisons précédentes, il est donc logique de les voir un peu moins dans ces ultimes épisodes.

Enfin, le personnage qui nous aura le plus étonné dans cette dernière saison est celui de Carmen. Si vous ne la pensiez pas capable d’être plus cruelle, vous avez sûrement changé d’avis en regardant les derniers épisodes de la série. Après sa tentative de forcer Lidia à avorter, le kidnapping d’enfant ou encore la torture physique, Carmen est carrément sur le point de faire du trafic de nouveaux nés afin de les vendre aux plus offrants. Malgré cela, lorsqu’elle meurt, nous sentons une tentative de jouer sur la corde sensible puisqu’elle fait l’objet d’un arc de rédemption. Cela ne marche tout simplement pas.

  • Une conclusion exceptionnelle

Las Chicas del Cable, c’est une série qui nous a fait lever les yeux au ciel, c’est une série qui est pleine de clichés, mais c’est une série qui sait séduire. La première série originale Netflix espagnole est une série qui saura toucher vos émotions, littéralement, toutes vos émotions. C’est aussi une série qui a su prendre des risques, en terminant chacune de ses saisons sur un cliffangher, mais aussi en tuant ses personnages principaux. Angeles en saison 4, puis Carlos en saison 5. Et pour finir, la série conclue l’aventure en tuant les quatre protagonistes de la série. Un sacrifice qui fait l’objet d’un hommage aux véritables demoiselles du téléphone à la fin de la série. Hommage vibrant et parfaitement bien amené. Les fans ont sûrement le cœur en miette, à l’instar de Francisco qui n’aura pas sa fin heureuse, mais le message passé dans ce dernier épisode est si fort et puissant, que nous ne pouvons imaginer dorénavant meilleure fin.

Pour conclure, Las Chicas del Cable est une série qui est très loin d’être parfaite, et ces ultimes épisodes ont été capable de nous servir l’une des meilleures saisons de la série. Certes pas toujours réaliste mais la série a su nous émouvoir avec ces ultimes épisodes comme jamais elle ne l’avait fait auparavant. Nous retiendrons du show espagnole le charisme inconditionnelle de ses actrices et acteurs, son engagement souvent bancal mais toujours appréciable. Bref, notre note 4/5.

Lizzie

Lizzie

Moi c'est Lizzie, accro au cinéma, aux séries, et à la littérature. Il paraît que je suis un mélange étrange de Monica Geller, et Jesse Pinkman. Perso je pense que je suis la dernière sœur Gallagher cachée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.