Ingobernable : L’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

Il devient de plus en plus évident que Netflix veut se diversifier. Après la série française Marseille et la brésilienne 3%, Netflix a lancé Ingobernable, une série mexicaine. La série nous porte au cœur d’un conflit politique : alors que la Première Dame et le Président sont en plein divorce, un conflit éclate et, suite à un dramatique événement, la Première Dame, Emilia Urquiza, est obligée de prendre la fuite alors que le pays entier est à sa recherche.

Alors,  le verdict ?

  • Des maladresses scénaristiques

C’est un grand problème dans la série. L’écriture est souvent bancale, posant problème à la compréhension totale des événements. C’est le cas dès le premier épisode de la saison lorsqu’Emilia s’enfuit et se réveille le pistolet à la main. Nous pourrions imaginer que s’enfuir lorsque nous sommes innocents ne serait pas notre premier réflexe, pourtant c’est la décision que prend le personnage. Pendant de longues minutes, nous sommes dans le flou ne comprenant ni ce qui a pu se passé, ni la décision du personnage. L’explication arrive trop tard. L’inverse n’est pas moins rare. Parfois, une scène est expliquée trop longuement, comme si nous ne pouvions pas comprendre les choses par nous-mêmes, même quand elles sont évidentes. Cela nuit cruellement à la série et à l’intérêt que nous portons aux événements qui se déroulent à l’écran.

  • Un problème de crédibilité

C’est probablement le plus gros souci d’Ingobernable. A aucun moment, pas une seule minute nous ne pouvons croire ce qui se déroule à l’écran. La série s’enfonce dans une suite de clichés presque insupportables. Non seulement les événements n’ont rien de crédible, mais les personnages ont des réactions totalement improbables. Certes, une série doit nous permettre de nous évader et ne doit pas nécessairement avoir l’air terre à terre, mais le fait est qu’Ingobernable est une série qui n’est pas convaincante. Il est impossible de se plonger entièrement dans un show qui ne tient pas la route et c’est le cas d’Ingobernable.

  • Une série portée par ses acteurs

Malgré une écriture bancale, les acteurs, tous autant qu’ils sont, ont su incarner leur personnage à la perfection. Un non-initié aux séries hispaniques pensera probablement que leur ton monte trop vite, pourtant, cela n’a rien d’étonnant. Nous retrouvons d’ailleurs du beau monde au casting, à commencer par Kate Del Castillo, interprète d’Emilia Urquiza, qui est une grande célébrité dans son pays d’origine. Mais nous retrouvons également Maxi Iglesias que vous connaissez si vous avez regardé Fisica o Quimica puisqu’il incarnait Cabano. Il intérprète cette fois Ovni qui est à l’opposé du personnage dans lequel nous l’avons connu. Maxi a prouvé qu’il a bien grandi puisqu’il est de ceux qui ont le plus percé l’écran lors des 15 épisodes d’Ingobernable. Nous n’oublions pas Eréndira Ibarra qui avait été vu sur Netflix aux côté de Miguel Angel Silvestre dans la série à succès Sense8. Non seulement Ana, le personnage qu’interprète Eréndira est un véritable moteur pour la série, mais l’actrice nous prouve qu’elle est capable de plus que ce que nous pouvions soupçonner lors du visionnage de Sense8.

  • Pourtant, une série agréable

D’accord, Ingobernable n’est pas un chef d’oeuvre, nous en sommes même très loin. Cependant, à aucun moment la série n’a ce genre de prétention. C’est une série qui se laisse regarder et qui a tout de même sa dose de suspens et de scènes d’action passionnantes. De plus, son format de 35min (un peu plus pour certains épisodes, notamment l’épisode 7 de 50min), est abordable à tous. La série ne nous fait pas perdre notre temps et ne se prend pas au sérieux. Elle contient les bons ingrédients pour passer un bon moment même si elle reste loin derrière ce qu’à déjà pu nous proposer Netflix.

 

Conclusion : Ingobernable manque cruellement de crédibilité et la présence d’un véritable scénariste serait à envisager, cependant, en comptant sur un format court, sur de bonnes têtes au casting mais aussi sur son ambiance générale, la série se laisse regarder sans trop de difficultés. Notre note : 2/5.

 

 

 

Lizzie

Lizzie

Moi c'est Lizzie, accro au cinéma, aux séries, et à la littérature. Il paraît que je suis un mélange étrange de Monica Geller, et Jesse Pinkman. Perso je pense que je suis la dernière sœur Gallagher cachée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.