Incorporated : L’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

La diffusion de la série Incorporatedproduite par Matt Damon et Ben Affleck, s’est terminée ce jeudi 26 janvier sur Syfy par un double épisode qui laisse aisément la porte ouverte à une seconde saison. Retour sur des débuts prometteurs.

— Cet article contient des spoilers ! —

  • Un genre unique

A mi-chemin entre le thriller, le drame et la science-fiction, Incorporated se veut futuriste et dystopique, et dépeint un monde d’inégalités sociales. Ce mélange de genres confère à la série un style unique, qui n’est pas destinée à tous les types de publics. Comme beaucoup de shows actuels, Incorporated est narrée sur deux timelines, entre l’action du présent et les flashbacks du passé. Voilà pour la forme. Concernant le fond, avec des personnages sombres et une atmosphère qui tend parfois vers le glauque, la série prend des risques mais c’est de ces ténèbres que naissent son charme et son identité. Bien qu’il y ait une ligne conductrice (à savoir : Elena), chaque épisode est différent du précédent et nous amène à nous demander ce qui nous attend par la suite. Plusieurs storylines se déroulent en parallèle : celle du mystérieux Ben Larson (Sean Teale) qui cherche désespérément à retrouver la femme qu’il aime, Elena (Denyse Tontz); celle de l’épouse de Ben, Laura (Allison Miller); celle d’Elizabeth (Julia Ormond), la mère de Laura, à la tête de la multinationale SPIGA, qui est liée à celle de son homme de confiance, Julian (Dennis Haysbert); et la plus violente, celle de Theo (Eddie Ramos), le petit frère d’Elena, devenu street fighter (combattant des rues, ndlr). De plus, la série sert de prétexte à un discours bien plus profond : les dégâts causés par les changements climatiques liés à la négligence des hommes, qui ont conduit à un manque de ressources pour les habitants de la planète. Les conséquences économiques et écologiques ont mené au scindement de la société entre zones vertes (comprendre « zones riches ») et rouges (c’est à dire les bidonvilles) et à la prise de contrôle des dernières ressources par les multinationales, dont SPIGA, et sa grande rivale Inazagi. 

  • Des personnages au développement psychologique complexe

Commençons par Ben Larson, alias Aaron Sloane de son vrai nom. Il prétend appartenir à la zone verte depuis toujours alors qu’il est en réalité un imposteur né en zone rouge qui a infiltré la multinationale SPIGA afin de retrouver Elena, son amour de jeunesse. Ben/Aaron est un personnage sombre et complexe puisqu’il joue constamment un rôle, celui de l’employé et et du mari modèles. Arriviste et prêt à tout pour parvenir à ses fins, il n’a pas hésité à épouser une femme qu’il n’a jamais aimé mais qui était la fille de son futur employeur, ou encore à détruire la vie de son supérieur Chad Peterson (David Hewlett), qui finira torturé, puis condamné à l’exil en zone rouge, et enfin, tué. Il est ce qu’on appelle au théâtre un personnage tragique : il a sacrifié sa vie et son identité pour rechercher celle qu’il aime, s’est enfoncé dans un mensonge permanent et est même allé jusqu’à commettre un meurtre. Il n’y a qu’avec Theo et avec son mentor Hendrick (Damon Herriman) qu’il peut être lui-même, à savoir un personnage torturé, hanté par ses regrets et qui vit dans le passé. Petit détail physique : Aaron a une mèche de cheveux qui tombe sur son front mais lorsqu’il devient Ben, il choisit de la remonter, en guise de signe distinctif. Ce dédoublement de personnalité atteint son paroxysme dans les épisodes 7, 8 et 9, quand il choisit de faire temporairement effacer de sa mémoire les souvenirs de sa vie d’Aaron afin de ne pas être démasqué au sein de SPIGA. On découvre alors un Ben heureux et insouciant. Mais Ben n’a jamais réellement existé et la situation va se retourner contre lui lorsqu’il aidera Julian à trouver l’assassin de Roger Caplan (Douglas Nyback), assassin qui n’est autre que lui-même… Ayant recouvré la mémoire, il réalise qu’il est devenu un « monstre » comme l’appelle Phil Brill (Peter Outerbridge), un savant que SPIGA a kidnappé dans sa guerre contre Inazagi; et bien que son plan initial constituait à retrouver Elena et s’enfuir avec elle, le personnage se repent en choisissant de sauver son mentor et sa petite fille à la place. Malgré son obsession pour Elena, impossible de ne pas rester insensible au triste sort d’Aaron, qu’on sait condamner à ne jamais trouver le bonheur … 

Quant à son épouse Laura, elle va révéler au fil des épisodes une profondeur inattendue. Ayant toujours mené une vie de luxe et de confort, elle cache plusieurs blessures que nous découvrirons dans l’épisode 6, Sweating the assets, qui est majoritairement un flashback lié à son passé. Enlevée et torturée pour que sa mère paye une rançon, elle restera traumatisée par cet événement et se scarifie occasionnellement en souvenir de cette épreuve. C’est cependant à la suite de son kidnapping qu’elle décidera de devenir médecin. Laura dépasse sa peur d’aller en zone rouge (là où s’est produit le drame) pour aller soigner des gens qui n’ont pas accès à ce genre de soins et avec l’aide de Goran (Tahmoh Penikett), elle ouvrira sa propre clinique. Laura est un personnage intéressant, fort et fragile à la fois et qui suscite de la sympathie mais également de la compassion, puisqu’elle paraît profondément amoureuse de son mari, alors qu’elle n’est pour lui qu’un moyen de parvenir à ses fins. Concernant Elizabeth, la mère de Laura et redoutable PDG de Spiga, sa dévotion pour son entreprise ne semble pas avoir de limites… Jugez plutôt : elle a ordonné l’exécution de son mari pour avoir vendu des informations à Inazagi, condamné l’un des seuls espoirs de la planète pour ne pas qu’il tombe entre les mains d’Inazagi (toujours eux) et nommé Ben vice-président de SPIGA après qu’il ait « réussi » une simulation où il laissait Laura mourir plutôt que de révéler les secrets de la multinationale … Toutefois, elle ne voit pas que son beau-fils la dupe, contrairement à Julian Morse, son homme de main, qui démasque rapidement Ben. Mais faute de preuves, il ne peut que laisser faire… Julian est bien plus loyal à Elizabeth qu’à SPIGA, mais pour le bien de sa famille, il négocie son transfert avec le supérieur d’Elizabeth (Rob Stewart) dans le dernier épisode.

Du côté de Theo et Elena, les frère et sœur, qui n’ont connu que la zone rouge, ont été confrontés à des choix qui ont changé leurs vies : Elena a accepté d’intégrer Arkadia, une « société » riche et puissante de la zone verte dédiée à la prostitution afin de subvenir aux besoins médicaux de son père; et Theo est devenu un combattant des rues pour le compte d’un sinistre personnage, Terrence (Ian Tracey). C’est suite au sacrifice d’Elena qu’Aaron se met en tête de la sauver à tout prix. Lui et Theo ne perdent pas espoir de la retrouver mais lorsque c’est chose faite, Elena refuse de s’enfuir, et sur les (mauvais) conseils de sa femme de chambre, elle projette de manipuler Ben, devenu un puissant homme d’affaires, pour faire tomber les « cols blancs ». Theo trahira également Aaron, afin de sauver la vie de son compagnon (Matt Landrymenacé de mort et le dénoncera auprès de Terrence. Theo et Elena retournent donc tous deux leur veste contre Aaron, alors qu’il a tout sacrifié pour eux… Chacun a son niveau réalise une véritable descente aux enfers, et quelque part, on peut voir un parallèle dans la prostitution : Elena au sens propre, Ben avec Laura, et Theo qui devient une marionnette de combat. 

  • Un monde dystopique dont nous sommes les témoins impuissants

Dès le pilote, un sentiment d’injustice nous parvient, et il ne s’effacera pas tout au long de la saison. Chad Peterson et sa famille exilée, Laura qui se voit obligée de punir un jeune voleur en lui tranchant la main, Elena qui se fait maltraiter pour satisfaire un client … Le monde représenté par Incorporated est pessimiste, sombre et parfois glauque, mais reflète malheureusement une triste vérité. Que ce soit dans les préoccupations écologiques ou politiques, dans les valeurs humaines ou sociétales, la série nous prend à partie et nous laisse témoins impuissants de cette dystopie. Allant bien plus loin que le cliché riche/pauvre, le show nous propose un univers où les multinationales remplacent le gouvernement, en instaurant une propagande écœurante et ce, dès le plus jeune âge de la population. La réalisation reflète cette atmosphère pesante de par ses couleurs, avec une dominante de tons bleutés ou rouges/orangés, ou par la violence avec des images crues (le rat mangé vivant par Caplan, l’oreille tranchée de Laura, la main coupée du jeune voleur, les combats ensanglantés de Theo et les bruitages qui vont avec …). Tout est pensé intelligemment, jusque dans les détails qui permettent d’installer une ambiance cohérente du pilote au season finale. Les purs amateurs de science-fiction seront peut-être déçus car exceptés quelques gadgets technologiques dernier cri, l’action reste très terre à terre. Les inquiétudes écologiques dépeintes par la série font écho au présent puisque c’est aujourd’hui que se joue l’avenir de la planète. Matt Damon et Ben Affleck étant très concernés par ces soucis, ils ont souhaité les retranscrire dans leur show pour nous faire prendre conscience que la disparition des océans ou l’extinction de certains animaux n’est peut-être pas une vision du futur si fantaisiste que ça. Ci-dessous de gauche à droite : un dessin animé de propagande destiné aux enfants de la zone verte propagée par Inazagi; une réunion du conseil SPIGA concernant l’accès aux ressources mondiales restantes; un océan asséché.

  • En conclusion

Points positifs :
– les acteurs
– le rythme haletant
– chaque épisode est différent du précédent, le show se renouvelant constamment
– une ambiance sombre assumée

Points négatifs :
– une série très (voire trop) particulière en son genre
– la touche de soap opera concernant le dernier épisode (Laura qui est enceinte, Elena qui devient la maîtresse d’Aaron mais qui compte le manipuler)

Note : 4/5. Très belle première saison pour Incorporated : des acteurs convaincants, une atmosphère sombre et prenante, une cohérence d’ensemble et diverses intrigues en parallèle. Bien que le season finale soit clairement une ouverture pour une suite, rien n’a été confirmé pour le moment. Toutefois, les bases posées seront désormais complétement différentes de ce qu’on a pu voir, mais une chose est sûre : la situation de Ben/Aaron n’est pas près de s’arranger …

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.