Hooten & the Lady : l’avis de la rédac’ sur la mini-série

La mini-série britannique Hooten & the Lady, originellement diffusée du 16 septembre au 10 novembre 2016 sur la chaîne anglaise Sky1, vient de se terminer le 11 septembre dernier sur The CW. Composée de sept épisodes et annulée au terme de sa première et unique saison, le show se voulait être un divertissement estival aux États-Unis mais les audiences n’auront malheureusement pas décollé. Voici l’avis de la rédac’ sur la série.

*** Cet article contient des spoilers ! ***

 

  • Un concept aux airs de déjà-vu mais qui reste efficace

Mini-série d’aventures britannique, le show n’est pas sans rappeler différentes productions du même genre. Comment ne pas penser à la saga de films Indiana Jones, à la série Sydney Fox l’aventurière, ou encore aux jeux vidéos Uncharted ? En effet, le pitch repose sur la quête d’objets archéologiques précieux aux quatre coins du monde. Le titre de chaque épisode nous met sur la piste en indiquant la ville ou le pays dans lequel aura lieu l’action. De plus, la série est portée par un duo formé de Hooten (Michael Landes), un aventurier américain téméraire, impertinent et séduisant, et de Lady Alexandra (Ophelia Lovibond), une anglaise raffinée venant d’une famille riche et de bonne éducation travaillant pour le British Museum. Rien de très original sur papier donc, cependant la recette fonctionne grâce à divers éléments : l’alchimie des deux personnages principaux, l’humour, le rythme sans temps mort de chaque épisode, les intrigues récurrentes de fond : une plus sérieuse sur la perte des proches de Hooten (conclue dans l’épisode 7, Cambodia) et une plus légère sur la préparation du mariage de Lady Alexandra (conclue dans l’épisode 8, The Caribbean). En outre, la série a le mérite d’être tournée en décors naturels, ce qui est rare de nos jours dans la production cinématographique et télévisuelle, mais qui permet une certaine crédibilité dont le show a besoin puisqu’il repose sur des éléments historiques fantaisistes. La réalisation est donc parfaitement maîtrisée et le rendu est visuellement esthétique.

 

  • Un divertissement avant tout

Amis historiens, ne vous offusquez pas ! Il s’agit là d’un divertissement à la simple prétention de faire passer du bon temps aux téléspectateurs et non d’offrir un semblant de réponse aux plus grands mystères archéologiques irrésolus. On regarde donc cette série pour le plaisir et non pour la crédibilité. Toutefois si vous recherchez de la cohérence historique, passez votre chemin car c’est un concept bien plus léger qui est ici proposé ! Le show repose essentiellement sur l’humour, bien qu’une touche plus sombre soit apportée à travers le passé de Hooten. On retiendra donc par exemple la rencontre de nos héros dans le pilote, The Amazon, qui se retrouvent prisonniers d’une tribu d’amazones ; ou leurs amusantes mésaventures avec les dromadaires Pam et Tracy dans l’épisode 5, Ethiopia ; ou encore le twist final de l’épisode 3, Egypt concernant la sexualité de la femme que courtise Hooten et qui est en fait intéressée par Lady Alexandra !

En plus de percutants dialogues ou de quiproquos entre les deux protagonistes, l’humour permet également à la série d’exprimer qu’elle ne se prend pas au sérieux elle-même. Côté casting, le show nous offre quelques guest stars sympathiques, à commencer par Jane Seymour (Docteur Quinn, femme médecin), excellente en Lady Lindo-Parker ; Angel Coulby (Merlin) impeccable à contre-courant en personnage badass ; ou encore Jonathan Bailey (Broadchurch) en fiancé parfait.

Côté intrigue, on regrettera cependant quelques facilités scénaristiques (avec parfois l’usage de clichés) qui offrent des dénouements plus accommodants que recherchés mais qui permettent à la série de ne pas traîner en longueur et en complications inutiles. Dans la même veine, on aurait aimé que Lady Alexandra se retrouve moins souvent dans la peau de la demoiselle en danger que Hooten vient sauver mais fort heureusement, la situation est inversée dans plusieurs épisodes et montre que chacun a autant besoin l’un de l’autre.

 

  • Un duo qui fonctionne parfaitement

La force de la série réside en ses deux personnages principaux : Ulysses Hooten et Lady Alexandra Lindo-Parker. Aussi différents que complémentaires, les deux héros forment un duo qui fonctionne à la perfection dès le pilote. Que ce soit ensemble ou séparément, les deux personnages sont tout aussi attachants et ce, grâce au charisme de leurs interprètes. Hooten est joué par Michael Landes, qui s’est fait connaître en 1993 dans la première saison de Lois & Clark: Les nouvelles aventures de Superman. Quant à Lady Alexandra, elle est incarnée par Ophelia Lovibond, aperçue dans la série Elementary. Il est difficile de ne pas souhaiter voir les deux protagonistes entamer une relation amoureuse car leur duo, comme de nombreux duos de séries, repose sur leurs chamailleries perpétuelles et sur une tension sexuelle palpable.

Or, la série a choisi de partir dans une direction différente dès le premier épisode où l’on apprend que Lady Alexandra est fiancée et dont le mariage est mis en scène dans l’épisode final. Après avoir hésiter entre suivre Hooten dans sa prochaine aventure ou rejoindre son futur époux devant l’autel, notre héroïne décidera finalement se marier sous le regard d’un Hooten dépité… Mais elle rejoindra son partenaire moins d’une semaine après et tous deux se retrouveront de nouveau dans une situation rocambolesque qui aurait pu laisser présager une deuxième saison, saison qui ne verra malheureusement jamais le jour, en raison de l’annulation du show…

 

  • En conclusion

Points positifs :
– l’alchimie du duo de héros
– le tournage en décors naturels
– un divertissement frais et léger
– les guest stars (Jane Seymour, Angel Coulby…)
– le générique

Points négatifs :
– certaines facilités scénaristiques, dont l’usage de clichés
– le manque de crédibilité historique (totalement assumé cependant)

Notre note : 3,5/5. Bien que Hooten & the Lady ne repose pas sur sa crédibilité historique, c’est une série légère qui fait du bien, loin des lourds sujets de société abordés dans d’autres shows plus sérieux. Il faut prendre la mini-série pour ce qu’elle est, à savoir un divertissement estival, et l’apprécier à sa juste valeur et vous passerez alors un bon moment de détente, loin des tracas de la rentrée !  

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.