Family Business : l’avis de la rédac’ sur la saison 1 !

La première saison de la série française Family Business, composée de 6 épisodes de 30 minutes, est disponible depuis le 28 juin 2019 sur la plateforme Netflix. Créée par Igor Gotesman, la série suit Joseph Hazan (Jonathan Cohen), fils de Gérard (Gérard Darmon) et sœur d’Aure (Julia Piaton), qui convainc sa famille de transformer la boucherie familiale en faillite en le premier coffee-shop de France quand il apprend que la cannabis sera légalisé dans le pays.
Que vaut donc cette première saison de Family Business ?

  • Une excellente distribution

Impossible de passer à côté du casting que nous offre Family Business ! En effet, cette première saison rassemble Gérard Darmon, Jonathan Cohen et Julia Piaton, trois acteurs bien ancrés dans le paysage audiovisuel français. Tous les trois parviennent à donner une personnalité et une présence à l’écran très forte à des personnages qui n’ont pourtant rien d’original sur le papier. Tous plus stéréotypés les uns que les autres, les personnages arrivent à être attachants grâce à une interprétation juste de tous les acteurs qui semblent très investis dans leurs rôles.

Mention spéciale à la pétillante Julia Piaton, qui incarne Aure dans la série et se trouve être homosexuelle dans le placard, jusqu’à ce que sa grand-mère – incarnée par Liliane Rovère – soit au courant et l’accepte naturellement et sans jugement : une belle complicité et un moment très émouvant. Gérard Darmon est lui aussi un atout majeur de la série, puisqu’il est le personnage.

Le seul bémol que nous pourrions apporter au casting est sans doute l’interprétation de Jonathan Cohen qui semble toujours très proche de (pour ne pas dire identique à) celle de Serge le Mytho dans la série au format court du même nom – elle-même dérivée de Bloqués avec Orelsan et Gringe. Il n’arrive clairement pas à être au niveau de ses collègues.

  • Un sujet faussement subversif

La légalisation du cannabis n’est plus un sujet aussi transgressif qu’il l’était auparavant, ce qui fait de Family Business une série voulant surfer sur une vague déjà brisée. En effet, on se rappelle de la succulente Weeds, avec Mary-Louise Parker, diffusée entre 2005 et 2012 sur Showtime aux États-Unis, qui nous racontait comment une mère au foyer est devenue vendeuse de cannabis pour subvenir aux besoins de ses deux fils. Ici, le but n’est pas le même – sauver la boucherie casher de son père – mais le chemin est très semblable… Family Business sent le réchauffer, le déjà-vu, et c’est bien dommage !

En plus d’être un sujet déjà traité par de nombreuses autres productions, la manière de le traiter est également banale, sans intérêt, elle n’apporte malheureusement rien au genre. La facilité scénaristique de l’amie fille de ministre au courant des projets de son père – et qui n’hésite pas à en parler à qui veut bien l’entendre – ne fait qu’accentuer le fait que le scénario ne tient qu’à la reconversion dans la beuh sans réellement mettre en avant le côté politique de ce choix scénaristique.

  • Une écriture lourde

C’est certain, si vous vous attendiez à rire devant Family Business, vous n’êtes clairement pas devant la bonne série. Bien que celle-ci soit vendue comme une comédie, difficile de trouver de réels moments drôles dans cette première saison. Alors qu’on aurait pu apprécier voir Enrico Macias et Valérie Damidot, les apparitions sont plutôt décevantes car tous deux surjouent beaucoup trop leurs propres rôles. Même le jeu de mots « Beuhcherie » nous laisse de marbre, car trop peu recherché.

Et l’humour en demi-teinte n’est pas le seul problème d’écriture de Family Business. En effet, le langage utilisé par les personnages, principalement par Joseph, ne parlera pas à toutes les générations puisqu’un vocabulaire très jeune est employé tout au long des six épisodes, risquant de perdre les personnes plus âgées ne connaissant pas les termes.

Dans cette série, tout – absolument tout – est caricaturé. Cette comédie familiale ne nous fait donc pas rire à cause de ses gags qui manquent clairement de finesse et sont franchement répétitifs, mais elle nous offre pour autant des moments de vie, des moments humains, agréables à regarder – pour le peu qu’il y a.

Après le désastre qu’a été Marseille et les demi-teintes de Plan cœur et Osmosis, Netflix France a misé sur une comédie familiale mêlée à du cannabis pour tenter de convaincre ses abonnés français, mais à part un bon casting, Family Business échoue sur de nombreux aspects. Notre note : 2/5.

Xanda

Xanda

Passionnée par mille et une choses, je suis une accro aux séries depuis que je suis tombée devant Veronica Mars et Newport Beach à mon adolescence. Les drames sont indubitablement mon genre de série préféré, même si je regarde aussi des comédies et de la science-fiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.