Une Famille Formidable : l’avis de la rédac’ sur la saison 14 !

25 ans déjà que les Beaumont nous divertissent sur TF1 ! Pour sa quatorzième saison, Une Famille Formidable nous a encore fait voyager, rire, pleurer… Alors que fallait-il retenir de cette nouvelle aventure ? Voici l’avis de la rédac’ sur la saison 14.

 

  • Des personnages toujours aussi attach(i)ants

A commencer par le patriarche, Jacques Beaumont (Bernard Le Coq), qui en fait de nouveau voir de toutes les couleurs à sa famille, et surtout à sa femme, Catherine (Anny Duperey). Toutefois, sans Jacques, il n’y aurait peut-être pas grand chose à raconter car il est celui par qui tout arrive toujours ! Ainsi dans le premier épisode, Révélations, et dans la continuité de la saison dernière, Jacques se trouve confronté au tenace assureur de l’incendie de son food truck, certain qu’il est coupable de tentative de fraude à l’assurance. Il devra sa liberté à Catherine qui le sortira de ce mauvais pas. Par la suite, il s’investira dans un projet d’hôtel-restaurant aux côtés de Rafael (Carlo Brandt), le veuf de Reine (Béatrice Agenin). Mais le projet tombera à l’eau. Jacques se lancera par la suite dans l’écriture de ses mémoires (dans l’épisode 5, La reconstitution) mais entre-temps il sera forcé de faire un acte désintéressé afin de reconquérir Catherine, lassée de son égocentrisme. Jacques donnera ainsi des cours de cuisine à des jeunes élèves dans l’épisode 4, Les petits chefs, et à sa grande surprise -ainsi qu’à la nôtre- il y prendra du plaisir. C’est également par le biais de ce personnage que les ressorts comiques sont le plus souvent utilisés, que ce soit le comique de geste ou de situation, l’acteur ayant des dons clownesques, comme par exemple dans l’avant-dernier épisode où il espionne son épouse dans le cabinet de son psychologue par le biais d’un micro dissimulé sous le bureau, déposé par son complice de toujours Julien (Alexandre Thibault) – personnage qui par ailleurs suit toujours Jacques dans ses fantaisies et qui nous rappelle le personnage de Richard (Philippe Khorsand) dans les premières saisons.

Concernant Catherine, on ne peut qu’admirer la patience dont elle fait preuve à chaque nouveau projet farfelu de son époux. Elle représente l’épouse idéale qui soutient son mari contre vents et marées puisque Jacques déprime tout le temps et a toujours besoin de se trouver un nouveau projet (preuve qu’il ne tient pas en place et qu’il cherche à se prouver qu’il a toujours de l’importance et qu’il est toujours utile malgré sa retraite). Catherine semble beaucoup plus accepter leur situation et elle est le pilier du couple, qui n’hésite pas à remettre Jacques à sa place, notamment lorsqu’elle lui demande de commettre un acte désintéressé afin de lui prouver qu’il est encore digne d’elle. Elle représente également la matriarche parfaite qui soutient ses enfants et qui les accepte tels qu’ils sont, aussi excentriques soient-ils, à l’image d’Audrey (Cécile Caillaud) par exemple. Là où le personnage de Jacques nous exaspère par son comportement parfois extrême, à l’inverse celui de Catherine a toute notre empathie. Malgré tout, les deux sont attachants à leur manière et comme le montre la dernière image de la saison, sans eux, cette formidable famille n’existerait pas! De plus, n’oublions pas que Catherine est en deuil suite au décès de sa meilleure amie Reine la saison dernière qu’elle a elle-même poussé vers la mort à sa demande. Le personnage fait ainsi preuve d’une force de caractère qui force l’admiration et qui semble souvent suffire aux deux personnages mais pas toujours ! Car Catherine a elle aussi ses faiblesses et ses limites. Fort heureusement dans le dernier épisode, La dernière minute, Jacques comprendra l’importance primordiale de Catherine dans sa vie lors de l’écriture de son autobiographie.

Du côté des enfants, tous sont fidèles à eux-mêmes cette saison, notamment Jérémie (Geoffrey Sauveaux) et son comportement avec les femmes dans le premier épisode, puis dans celui où il cherche à reconquérir Héléna (Fanny Krich). Sa sœur Fred (Jennifer Lauret) se retrouve confrontée à la difficulté d’être jeune maman en chaise roulante tandis que son mari Nourredine (Kamel Belghazi) affronte le racisme ambiant du village lorsqu’il reçoit Karima (Meena Rayann), sa cousine d’une culture différente, dans l’épisode 4, Chambre d’amis. Julien et Audrey restent le couple le plus atypique puisqu’Audrey a l’idée saugrenue de se mettre en ménage à trois avec Bruno (Karl E. Landler), le frère de Julien. Les deux hommes nous offriront également de bons moments de comique de situation par leur dépit, drôle à voir. José (Martin Jobert) sera pour une fois mis en avant dans une intrigue avec Héléna à Lisbonne mais qui aurait toutefois pu être évitée, la ficelle étant un peu trop grosse. On regrettera aussi de voir des personnages principaux écartés tels que Manon (Marie Sambourg) et son mari Jean-Philippe (Gaël Giraudeau) ainsi que Nicolas (Roméo Sarfati) et son compagnon Lucas (Christophe Sermet) qui ne feront qu’une brève apparition dans le dernier épisode. En bref, les Beaumont sont toujours aussi attachants, bien que certains soient parfois exaspérants à l’instar de Jacques ou Audrey, mais c’est aussi ce qui fait la particularité du show !

 

  • Des épisodes qui se suivent mais qui ne se ressemblent pas

Dépaysement garanti à chaque épisode ! A l’image des Beaumont, la saison bouge, erre, court, voyage, bref, ne tient pas en place. Elle nous balade en effet entre le Portugal (épisodes 1 & 2), la province française (épisodes 3 & 4) puis à Paris dans les deux derniers épisodes. Mais c’est bien là le train de vie de notre formidable famille qui est parfaitement représenté ! Cependant on regrettera le peu de temps passé dans chacun de ces endroits puisqu’à peine établis, après avoir pris nos marques et nous être attachés au lieu et à l’intrigue qui en découle, nous voilà obligés de suivre les péripéties de la famille Beaumont dans un autre endroit et de changer nos repères. On est ainsi surpris de voir en fin d’épisode 1 que le projet de Jacques n’aboutit pas, laissant ainsi le personnage de Rafael en échec, en partie à cause de Jacques justement. Mais d’un autre côté ce changement a du bon puisque la sous-intrigue entre José et Héléna était terminée et aurait forcément tourné en rond si elle avait dû continuer. Dans sa fuite de Jacques dans les épisode 3 et 4, Catherine va trouver refuge chez Fred et Nourredine dans la province française, et nous voici cette fois plongés dans une sous-intrigue avec des lycéens dissipés, la réconciliation amoureuse de Jérémy et Héléna, sans oublier les tribulations d’Audrey, Julien et Bruno ainsi que l’acclimatation à la culture française de la cousine de Nourredine. Cependant tout ne se finit pas toujours bien dans Une Famille Formidable et c’est ce qui empêche la série de tomber dans le soap opéra mélodramatique. Les deux derniers épisodes sont intelligemment construits puisqu’il s’agit d’un retour aux sources à Paris à travers le voyage dans le temps que Jacques propose à Catherine d’effectuer afin de ressouder leur couple. Les deux époux sont ainsi de retour dans leur ancien appartement où ils ont vu grandir et où ils ont élevé leur famille. Et la saison se terminera par un mariage…

 

  • Un 25ème anniversaire qui sonne comme un adieu

En effet, les deux derniers épisodes ont un statut spécial, 25ème anniversaire de la série oblige. Il s’agit d’un hommage aux 14 saisons et aux 25 ans passés avec ces comédiens que l’on a vu grandir d’année en année, mais cet hommage sonne comme un adieu. En effet, l’avant-dernier épisode est ponctué de flashbacks sur le passé de la famille et il n’est par ailleurs centré que sur Jacques et Catherine puisque très peu de comédiens sont crédités, à part Alexandre Thibault ou Jennifer Lauret en voix off (comme au tout début de la série). Il y a au final peu d’intrigue dans ces deux derniers épisodes (à l’exception de Jacques qui espionne son épouse chez le psychologue) mais la finalité et la moralité de l’épisode résident dans le déclic qu’a Jacques lorsqu’il réalise l’importance de sa femme dans ses actes, dans son métier, dans sa vie et l’impact qu’elle a eu sur sa personne ainsi que le soutien et l’amour qu’elle lui apporte chaque jour. C’est pourquoi il dédiera son livre à Catherine ainsi qu’à sa famille. Quant au tout dernier épisode, il s’agit du mariage de Jérémie et Héléna, Jérémie étant le dernier enfant Beaumont à se caser. Chaque membre de la famille annonce alors qu’il va partir aux quatre coins du monde, éparpillant les Beaumont géographiquement pour la suite de leurs aventures. On est alors en droit de se demander de quelle façon se déroulera la saison 15, s’il y a, et surtout quel intérêt si la famille est séparée. La cérémonie des deux époux se déroule dans la première maison de la famille, là où tout a commencé, bouclant ainsi la boucle et offrant un très beau moment de nostalgie lors de la scène finale où toute la famille se réunit devant le diaporama des photos de leur vie qui défile sous leurs yeux. Chacun verse alors sa petite larme et comment ne pouvons-nous pas verser la nôtre? Ce moment fort en émotion sonne réellement comme un adieu et autant le dire, il serait une fin parfaite à l’histoire formidable de la famille Beaumont.

  • En conclusion

Points positifs :
– la bonne humeur générale
– la touche positive de la série par rapport à la saison dernière
– le très bel épisode de conclusion, entre joie et nostalgie

Points négatifs :
– les nombreux changements de cadre
– l’absence notable de certains personnages tels que Manon ou Nicolas
– l’intrigue José / Héléna pas vraiment pertinente

Note : 4/5. Une Famille Formidable reste LE rendez-vous incontournable familial de l’année de par sa périodicité rare. De génération en génération, ceux qui regardent ont grandi avec la série et sont tombés dedans petits.On éprouve toujours autant de plaisir à suivre les aventures farfelues des Beaumont et on apprécie le redressement de la série par rapport à l’année dernière où la tristesse avait pris le dessus. Une Famille Formidable est une série légère, drôle et positive malgré des notes plus sombres et elle a indéniablement sa place dans le panthéon des séries françaises.

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.