Dix Pour Cent : l’avis de la rédac’ sur la saison 4 !

La quatrième et dernière saison annoncée de Dix Pour Cent vient d’achever sa diffusion sur France 2 et il est désormais temps de dire au revoir aux agents artistiques d’ASK. Alors que valent ces ultimes épisodes de la série ? Voici notre avis sur la question.

  • Une légère baisse de régime…

Dès ce début de saison, force est de constater une légère baisse de régime en terme de qualité. La raison ? Le changement de showrunner. Ainsi, Fanny Herrero, créatrice de la série, a cédé sa place à Victor Rodenbach et Vianney Lebasque (qui ont tous deux travaillé sur Les Grands) aux commandes de cette dernière saison. Un changement qui aurait pu être bienvenu mais qui entache quelque peu le travail accompli par la scénariste depuis maintenant six ans, notamment concernant l’évolution surprenante de certains personnages, à contre-courant avec la personnalité qu’on leur connaît. De plus, certaines intrigues autour des acteurs vedettes des épisodes manquent de saveur et sont parfois prévisibles… Cependant, nous sommes tout de même ravis de retrouver la fine équipe d’ASK, avec à sa tête Andréa (Camille Cottin) -et accessoirement Hicham (Assaâd Bouab) qui lui a délégué ses fonctions, et leurs fidèles collègues Arlette (Liliane Rovère), Gabriel (Grégory Montel), Camille (Fanny Sidney) et Hervé (Nicolas Maury). De leur côté, Mathias (Thibault de Montalembert) et Noémie (Laure Calamy) volent de leurs propres ailes et auront droit à leur lot de péripéties également !

  • Des invités toujours aussi prestigieux

Là où en revanche nous n’avons absolument rien à redire, c’est concernant le casting des guest-stars, toujours aussi impressionnant ! Les acteurs.rices se bousculent au portillon pour apparaître dans la série et l’histoire raconte que Sigourney Weaver a accepté de jouer dans Dix Pour Cent sans même lire le scénario ! Un succès tel que les producteurs sont parfois obligés de refuser certaines personnalités, à l’instar d’Elie Semoun qui s’est vu refouler de la saison 4… Toutefois, cette nouvelle cuvée nous apporte des profils variés, du comique français à l’actrice intello, tout en passant par la star internationale. Parmi eux : Charlotte Gainsbourg, Franck Dubosc, José Garcia, Sandrine Kiberlain, Jean Reno, Muriel Robin, Tony Parker, etc. Sans oublier l’arrivée de Stéphane Freiss mais également d’Anne Marivin (Bienvenue chez les ch’tis) dans le rôle de l’antagoniste de la saison dont nous regretterons l’écriture un peu trop simpliste. Mais ce n’est pas le seul personnage dont la storyline est bancale…

  • Des développements de personnages inégaux

En effet, nous avons appris à aimer ces agents au fil des ans et quelle n’est pas notre surprise de voir certain(e)s d’entre eux s’éloigner de la personnalité que nous leur connaissons désormais. Ainsi, rien ne présageait que l’intransigeante Andréa deviendrait douce comme un agneau, quitte à se faire complétement avoir par abus de confiance, ni que Gabriel se salirait les mains, ou qu’Hervé se lancerait soudainement dans une carrière d’acteur, un rebondissement à l’air de déjà-vu en la personne de Sophia (Stéfi Celma), quant à elle cantonnée cette saison à une intrigue sentimentale et des mauvaises influences… Des choix scénaristiques -nécessaires ?- résultant de la décision de clore la série, afin d’offrir à chacun une porte de sortie. Néanmoins, certains interprètes se démarquent cette année, et nous retiendrons plus que jamais les performances de Camille Cottin et Laure Calamy, toutes deux en grande forme malgré des partitions diamétralement opposées. Pour autant, le reste du cast ne démérite pas non plus -même si on regrette la quasi-absence d’Assaâd Bouab et d’Ophélia Knobb (Colette)-, et tous nous manqueront, la fin de la série ayant sonné…

  • Une fin douce-amère

Même si Dominique Besnehard, à qui l’on doit l’idée originale de la série, déclare actuellement que la saison 4 pourrait connaître une suite sous forme possible de téléfilm, la saison 4 a bel et bien été écrite comme la dernière du show. C’est pourquoi l’ultime épisode ferme clairement la porte d’ASK et en ouvre une nouvelle pour chacun des protagonistes. Une fin mi-figue mi-raisin puisque nous aurions préféré qu’un autre sort soit réservé à l’agence artistique qui méritait mieux que de se faire couler par une « méchante » aux ambitions professionnelles gargantuesques. C’est un réel pincement au cœur de constater que tous les rats ont quitté le navire sans aucune reconnaissance pour le travail de leurs agents durant toutes ces années. Seul Jean Reno reste fidèle jusqu’au bout mais le mal est fait, le bateau ASK est définitivement coulé… Un goût amer nous reste en bouche, même s’il est contrebalancé par l’espoir de l’avenir qui s’ouvre à nos héros : Mathias et Camille, qui ont enfin trouvé l’équilibre de leur relation père et fille, ouvrent leur agence d’artistes débutants aux côtés d’Arlette, qui vient tristement de perdre son meilleur ami canin Jean Gabin ; Sophia et Hervé voguent à leur carrière d’acteurs tandis que Noémie est désormais une productrice prometteuse. Andréa quant à elle va enfin se consacrer à sa femme et sa fille, et Gabriel se retrouve piégé chez l’ennemi mais il n’a pas dit son dernier mot, et il roucoule de nouveau avec Sophia. On aurait également apprécié savoir ce qu’il advenait d’Hicham, grand oublié de la saison…

En résumé, la réputation de Dix Pour Cent n’est plus à faire puisque désormais les stars acceptent de participer les yeux fermés. Une page se tourne pour les agents d’ASK et bien que nous ne soyons pas complétement satisfaits par la fin de la série, les scénaristes ont tout de même offerts une conclusion correcte à chacun des personnages. Dans son ensemble, cette ultime saison pèche par quelques excès de faiblesse mais reste plaisante. Note : 3,5/5.

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.