DC’s Legends of Tomorrow : l’avis de la rédac’ sur la saison 5 !

La cinquième saison de DC’s Legends of Tomorrow s’est terminée le 2 juin dernier sur The CW au terme de 15 épisodes. Cette année, notre équipe de bras-cassés préférée affronte les Moires (ou les Parques dans la mythologie grecque, ndlr), des déesses ayant le droit de vie ou de mort sur chaque individu. Du très lourd donc, mais nos « Légendes » seront-elles à la hauteur ? Voici notre avis sur la saison 5.

  • Une liberté d’écriture certaine
Dominic Purcell, Brandon Routh, Shayan Sobhian, Nick Zano, Caity Lotz, Jes Macallan, Adam Beauchesne, and Ramona Young in Legends of Tomorrow (2016)

Une chose est sûre : si vous regardez Legends of Tomorrow, vous ne risquez pas de vous ennuyer ni de sombrer dans la monotonie ! En effet, l’une des grandes forces du show -en plus de son humour- est son imprévisibilité. La raison : la liberté d’écriture accordée par les showrunners aux scénaristes. La série ne ressemble à aucune autre de ses grandes sœurs de l’Arrowverse tout simplement car elle ne se prend pas au sérieux ! Les intrigues savent se renouveler et surtout nous surprendre. L’histoire va toujours là où on ne l’attend pas, contrairement aux séries de super-héros aux schémas classiques et répétitifs. Seule certitude que nous avons : la mission des Légendes va forcément mal tourner vu qu’ils n’ont de légendaire que le nom !

Les scénaristes s’autorisent peu de limites, n’hésitant pas à faire dans l’auto-dérision, la mise en abyme ou la parodie. Ainsi, dans l’épisode 2, un film documentaire est réalisé sur l’équipe et nous assistons même à un panel de convention des Légendes !! Autre exemple dans l’épisode 9, où nous avons droit à une sorte de crossover déguisé avec un autre show de The CW puisque Sara (Caity Lotz), Constantine (Matt Ryan) et Charlie (Maisie Richardson-Sellers) se retrouvent à chercher un artefact sur le tournage de Supernatural, avec en guest-star, « Baby », l’Impala culte de la série. Encore plus loin dans la blague, l’épisode 14 met en scène nos protagonistes dans trois shows qui vous rappelleront forcément quelque chose : Ultimate Buds (Friends), Highcastle Abbey (Downtown Abbey) et Star Trip (Star Trek). Sans oublier la référence à Arrow que fait Nate (Nick Zano) en évoquant un casting à passer pour intégrer la série !

Legends of Tomorrow: Every TV Show Reference In Season 5, Episode 13
  • Une série à l’identité unique

Là où toutes les séries de l’Arrowverse se prennent au sérieux et tombent parfois dans la gravité, Legends of Tomorrow s’en sort toujours par l’humour en tournant soit l’intrigue ou les personnages au ridicule soit en semblant minimaliser les enjeux. Le show reste tout de même constant dans son objectif super-héroïque (bien qu’il délaisse quelque peu le thème du voyage dans le temps cette saison) et seul le ton diverge de celui de ses grandes sœurs. Totalement déjantée, la série se veut non-conventionnelle et c’est ce qui plaît. On pense par exemple à la bataille finale ayant pour musique de fond « Thong Song » (« La chanson du string » en français, ndlr) chantée par Sisqó !

Legends of Tomorrow Boss Explains How He Convinced Sisqo to Make ...

De plus, les acteurs prennent du plaisir à jouer et leur amusement est communicatif ! La preuve avec la vidéo que Caity Lotz a demandé à ses camarades des autres shows de tourner afin de promouvoir le dernier épisode de la saison :

Que ce soit du côté de l’intrigue ou de l’équipe, Legends of Tomorrow est en perpétuelle réinvention. Ainsi, Maisie Richardson-Sellers, qui interprétait tout d’abord Amaya, incarne désormais Charlie depuis la saison 4, qui se retrouve au cœur de cette saison. Tala Ashe voit quant à elle son personnage transformé en Zari 2.0. Pour rappel, la Zari initiale s’est sacrifiée en fin de saison 4 et se retrouve coincée dans le totem mystique. L’arrivée de son frère Behrad (Shayan Sobhian) apporte également un souffle nouveau à l’équipe. En outre, à la surprise générale, Astra (Olivia Swann) s’avère être une recrue judicieuse. Bien que l’on soit attristé du départ de Brandon Routh et son épouse Courtney Ford, qui jouent respectivement Ray Palmer et Nora Darhk, l’équipe a su comme à chaque fois se rééquilibrer et trouver une nouvelle dynamique qui fonctionne.

Flipboard: DC's Legends of Tomorrow Season 5 Episode 11 Review ...
  • Une diversité à tous niveaux

Depuis quelques années, les networks américains essaient -avec plus ou moins de succès- d’intégrer le plus de diversité possible à l’écran. The CW n’est pas pionnière en son genre mais il faut avouer qu’avec Legends of Tomorrow, elle y parvient relativement bien. Tout d’abord la mixité de l’équipe : les membres sont de tous genres et viennent de tous horizons culturellement ou religieusement parlant. Pour rappel, Zari a été la première super-héroïne musulmane de la télévision, désormais secondée par son frère Behrad. De plus, à la tête des Légendes, ce sont deux femmes que nous retrouvons dans les rôles de co-capitaines, Sara et Ava (Jes Macallan). En outre, celles-ci forment le couple phare de la série, mais elles ne sont pas les seules représentantes LGBTQIA+ du show puisqu’à l’instar de Sara, John Constantine est lui aussi bisexuel. Sans oublier que Legends of Tomorrow ne met pas en scène de vrais super-héros mais des marginaux, des bras-cassés, qui nous prouvent que même si le système et la société ne nous conviennent pas, nous pouvons tout de même trouver notre place quelque part !

Hors caméra, le compte Twitter des scénaristes défend les idées représentées dans la série de manière active. Leur bannière est un fan-made du logo du show façon drapeau LGBTQIA+, leur photo de profil fait honneur au mouvement « Black Lives Matter« , et ils n’hésitent pas à s’engager dans leurs (re)tweets sur la politique actuelle. Ils ont également adressé un tweet d’encouragement à Maisie Richardson-Sellers, qui se définit comme queer, concernant ses projets de réalisatrice : « Your voice and vision are necessary in bringing greater representation to the Black Lgbtqia+ community and other marginalized people » (« Ta voix et ta vision sont nécessaires pour apporter une meilleure représentation de la communauté Lgbtqia+ Noire et aux autres gens marginalisés » en français, ndlr), ce à quoi l’actrice a répondu : « Thank you (…) I love and admire you all oh so very much xxx » (« Merci, je vous aime et vous admire vraiment beaucoup« ). Des signes d’ouverture et de représentation des diversités qui se ressentent dans l’écriture des personnages et de la série pour notre plus grand plaisir !

En conclusion, avec son ton complètement déjanté, ses personnages hauts en couleur, son ouverture d’esprit et son intrigue imprévisible, DC’s Legends of Tomorrow est devenue la meilleure série actuelle de l’Arrowverse. Le show va là où on ne l’attend pas, et nous emmène à chaque épisode dans un univers différent. On en redemande ! Note : 4,5/5.

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.