Dark Matter : l’avis de la rédac’ sur la saison 3

Série estivale de SF (science-fiction) diffusée sur Syfy, Dark Matter vient d’achever sa troisième saison ce 25 août sur un cliffhanger. Malheureusement la chaîne vient d’annuler le show et le condamne donc à ne pas avoir de fin… Voici l’avis de la rédac’ sur cette troisième et ultime saison.

*** Cet article contient des spoilers ! ***

 

  • Une série résolument SF…

Plus les saisons avancent, plus Dark Matter ancre sa mythologie dans une science-fiction classique, plaisante et efficace. En effet, des thèmes propres au genre sont abordés cette saison. Tout d’abord, dans l’épisode 4, All the Time in the World, Three (Anthony Lemke) se retrouve coincé dans une boucle temporelle et revit perpétuellement la même journée. Cet épisode plutôt cocasse est l’un des meilleurs de la série dans son intégralité car il mêle à la fois humour et révélations importantes pour la suite de l’histoire, à savoir une vision morcelée du futur à travers le personnage d’Android (Zoie Palmer). A noter que dans cet épisode, un hommage est rendu à Star Wars lorsqu’un ennemi de nos protagonistes se retrouve emmuré à la manière de Han Solo ! Ensuite, dans l’épisode 6, One Last Card to Playles doubles maléfiques de Two (Melissa O’Neil) et Three venus d’un univers parallèle débarquent dans le monde de nos protagonistes et se positionnent d’emblée comme nouveaux ennemis. Leur arrivée est due à un dysfonctionnement du « blink drive » (technologie qui permet normalement un voyage instantané à l’autre bout de la galaxie), et fait écho à la fin de la saison 2, où l’on se demandait qui était dans le Maradeur de l’univers parallèle, offrant ainsi une continuité logique à la série.

L’épisode suivant, Wish I Could Believe You, voit quant à lui Six (Roger Cross) incapable de dissocier ce qui est réel de ce qui ne l’est pas puisque des scientifiques essaient de contrôler son esprit afin d’y trouver une information. Toujours en rapport avec le « blink drive », nos anti-héros s’offriront malgré eux un voyage vers le passé dans l’épisode 9, Isn’t That a Paradox? et qui soulève la question du paradoxe temporel… S’ils n’avaient pas voyagé dans le passé, le futur qu’ils connaissent aurait-il été différent ? Par la suite, l’épisode 10, Built, Not Born, aborde le thème des androïdes et de leurs origines, et même de leur conscience. Des androïdes peuvent-ils être différencier le bien du mal et agir en conséquence ? Ont-ils une conscience ? Pour finir, l’épisode 11, The Dwarf Star Conspiracy, voit débarquer des parasites aliens, reprenant à nouveau la saison 2 lorsque Three avait déjà été possédé par l’un de ces organismes dans l’épisode 9… Ces parasites prennent la forme d’une « matière noire » (« dark matter » en anglais, ndlr), donnant enfin au titre du show tout son sens. Tous ces ingrédients sont donc réunis pour façonner une série SF aboutie et c’est avec plaisir que l’on plonge dans chacun des épisodes de cette troisième saison !

 

  • … mais dont le manque de budget n’est pas sans conséquence

A commencer par la valse des personnages secondaires. Ils vont et viennent sans cesse en ce début de saison, à l’instar de la saison précédente. Ainsi, dès le premier épisode, Being Better Is So Much Harder, on peut dire adieu à Nyx (Melanie Liburd), personnage introduit la saison dernière, sans plus d’explication que « son corps a été retrouvé sans vie ». Mais c’était sans compter sur l’arrivée de Solara (Ayisha Issa) dès l’épisode 3, Welcome to the Revolution, qui se présente comme une pâle copie du personnage. Et puisqu’un malheur n’arrive jamais seul, Solara est accompagné d’Adrian (Mishka Thébaud) qui est, lui, une contrefaçon de Talbor, joué par David Hewlett, l’acteur n’ayant probablement pas pu reprendre son rôle cette saison. Un petit tour et puis s’en vont… puisque dès l’épisode 6, les deux remplaçants sont évincés et disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus. Sans regret somme toute, les personnages n’ayant rien apporté à l’intrigue.

Mais un personnage principal va être lui aussi victime de ce jeu de chaises musicales budgétaire : Six, qui abandonne l’équipe à la surprise générale et sa petite protégée, Five (Jodelle Ferland) dans l’épisode 3 pour une cause politique, à savoir : aider un peuple à trouver son indépendance. Etonnant et un peu difficile à croire… Il sera tout de même de retour dès l’épisode 8, Hot Chocolate. L’équipe ayant été déjà amputée de One (Marc Bendavid) et Four (Alex Mallari Jr.), respectivement en début et fin de saison dernière, il aurait été préjudiciable qu’un autre membre original disparaisse de la série. Fort heureusement, les scénaristes n’ont pas commis cette erreur. Autre souci majeur du manque de budget et qui se fait ressentir depuis le pilote : les effets spéciaux assez basiques et le manque de décors, l’action se passant principalement à bord du Raza. Bien que certains téléspectateurs trouvent ce point handicapant, d’autres se contentent du huis clos proposé, l’intrigue prenant le dessus sur ces lacunes. 

 

  • Connaître le passé pour comprendre le présent 

Cette saison marque en effet un retour aux sources pour certains de nos protagonistes et offre un éclaircissement sur le présent. En effet, dans l’épisode 7, c’est le passé de Six qui est exploré et qui permet de comprendre comment Kal (vrai nom du personnage) en est arrivé à embarquer sur le Raza, laissant derrière lui sa femme et sa fille… Au sens le plus large, c’est dans le passé (600 ans plus précisément, à notre époque actuelle) que voyagent nos protagonistes dans l’épisode 9 et ils réaliseront que s’ils n’avaient pas fait ce bond en arrière, le présent tel qu’ils le connaissent serait complétement différent. C’est ce qui s’appelle un paradoxe temporel !

Dans l’épisode 10, Android voit ses origines dévoilées, et celles de Two dans son sillon, les deux étant liées ! En voulant aider son ami Victor (Brendan Murray), Android entraînera l’équipe du Raza sur son lieu de naissance création (puisque l’épisode s’intitule Built, not born, ce qui signifie « créée, pas née » en français, et qui s’applique à Android). Sur place, ils feront la connaissance de Chase (Kyle Mac), l’androïde gardien des lieux, qui leur expliquera comment ont été créées Android et Two. Une scientifique, du nom d’Irina Shaw, a donc par le passé supervisé la phase 1 de la création de Two (autrefois nommée Rebecca) et a contribué à son évasion de chez Dwarf Star Technologies (évoquée dans la saison 2). Par la suite, les deux femmes sont devenues amantes et lorsque le Dr Shaw s’est découverte atteinte d’une tumeur au cerveau, elle a été mise en stase. A alors été créée Android, de son vrai nom Sookie, qui lui ressemble trait pour trait afin de télécharger plus tard la conscience d’Irina dans le corps robotique de Sookie. Mais Irina ne pourra s’y résoudre, Android ayant développé une personnalité qui lui est propre, et Rebecca deviendra Portia puis Two. On découvrira également que le Raza n’appartenait initialement pas à Portia et ses comparses mais à un équipage qu’ils ont exécuté. Android n’était donc pas leur A.I. (« Intelligence Artificielle » en français, ndlr) mais ils ont décidé de la garder avec eux. De plus, Android verra certains souvenirs ressurgir grâce à Victor et mènera l’équipage du Raza sur Nova 17 dans l’épisode suivant, où nos anti-héros découvriront la vérité sur le lien entre la création des androïdes et les parasites aliens

On verra aussi que le Dr Shaw (temporairement sortie de stase), Chase et la toute nouvelle androïde Sarah (Natalie Brown) préparent de noirs desseins, esquissés dans l’épisode 12, My Final Gift to You. Dans cet épisode, de nombreuses révélations sont faites par Ryo, seul membre de l’équipe originale ayant recouvré la mémoire. On apprend ainsi que Three est responsable de la mort de Sarah dans la saison 1, que Six a été trahi par un de ses collègues de la Galactic Authority, que Ryo connait la famille adoptive de la sœur de Five et que Two a une fille ! Tous ces secrets révélés servent à apporter des éléments de réponses au présent mais également à teaser le futur de nos personnages… Futur qui est d’ores et déjà en oeuvre, comme nous allons le voir dans notre dernier point !

 

  • Un puzzle du futur en construction

En effet, dans l’épisode 4, Android avait une vision morcelée de l’avenir et certaines pièces du puzzle du futur annoncées par la Five plus âgée sont mises en place dès cette fin de saison 3. Tout d’abord, la « Dwarf Star Conspiracy », titre du onzième épisode (« la conspiration de Dwarf Star » en français, ndlr) où l’on découvre que des bio-humains -tels que Two- ont été conçus par milliers par Dwarf Star Technologies pour devenir les hôtes des parasites aliens (sous forme de « matière noire ») afin d’infiltrer la galaxie et d’en prendre petit à petit le contrôle. La Five du futur a également annoncé à Android la chute de l’Empire Ishida, et en effet, dans l’épisode 12, cette prédiction se réalise. Dans cette saison 3, Four, redevenu l’Empereur Ryo Ishida, cherchait par tous les moyens à récupérer le « blink drive » à l’équipage du Raza afin de s’en servir comme arme stratégique dans son idée de conquête de la galaxie. Mais il aura été trahi par les siens, et surtout par son bras-droit, Misaki (Ellen Wong), qui aura préparé un coup d’état et essayé de le tuer. Ryo est alors sauvé de justesse par Two et se retrouve de nouveau à bord du Raza, sans titre ni empire. On peut alors espérer revoir l’équipage originel se reformer et dans l’épisode 13, Nowhere to Go, Ryo aide ses anciens amis à stopper Two, possédée par le parasite alien.

Dans les révélations de Ryo à Two, on a pu apprendre que celle-ci avait une fille et qu’elle était gardée par une personne nommée Kryden, nom cité par la Five plus âgée, ce qui laisse présager qu’en cas de renouvellement du show, nos protagonistes auraient été amenés à la rencontrer… De plus, comme évoqué dans le point précédent, l’un des événements annoncés par la future Five aura également été la rencontre d’Android avec sa créatrice. Toutefois, d’autres péripéties attendent encore nos anti-héros : Carina, « the accelerated » (les accélérés, ndlr), « the black ships » (vaisseaux noirs, ndlr) que l’on aperçoit dans la scène finale… qui auront comme conséquence « pas un happy end pour tout le monde mais un résultat positif pour la galaxie » comme l’annonce la future Five. Et la « double deception » mentionnée fait-elle référence aux doubles maléfiques de Two et Three ? Questions qui resteront malheureusement sans réponses…

 

  • En conclusion

Points positifs :
– les cliffhangers à chaque fin d’épisode, qui donnent envie de voir aussitôt le suivant !
– les thèmes propres à la science-fiction (cf. premier paragraphe)
– le développement psychologique des personnages principaux (notamment Three et Android)
– l’épisode 4, sur fond du thème classique de la boucle temporelle, qui s’avère très drôle (notamment avec Three qui apprend le français !) et très réussi (révélations du futur)

Points négatifs :
– la storyline de l’empire Ishida, quelque peu ennuyeuse et qui n’apporte rien à l’histoire
– le va et vient incessant des personnages secondaires

Note : 4/5. Excellente saison pour Dark Matter, qui étend sa mythologie aux thèmes SF et qui développe ses protagonistes à travers leurs passés individuels. Bémol toutefois pour le traitement des personnages secondaires, à l’instar de la saison précédente. Cependant, avec les éléments du futur montrés dans l’épisode 4 et dans le final, il aparaissait nécessaire que la série soit renouvelée pour une quatrième saison afin de continuer les aventures de nos anti-héros… 

Setsuna

Setsuna

Passionnée de séries américaines depuis toute petite, je suis tombée dans la marmite avec Beverly Hills 90210 et Lois & Clark. Ont suivi Buffy, Charmed, Le Caméléon, Roswell… Assez éclectique, je peux aussi bien regarder Sex and the City que Stargate SG-1. J’ai toutefois une préférence pour le genre fantastique, le quotidien réaliste m’ennuyant quelque peu… Les séries représentent beaucoup pour moi : on s’identifie aux personnages, ils nous font grandir en nous inspirant leur force (Sydney Bristow, Alias) et certains moments qu’ils vivent nous aident à traverser nos propres épreuves. Voilà donc pourquoi je tenais à leur rendre hommage en participant à ce site !

Une pensée sur “Dark Matter : l’avis de la rédac’ sur la saison 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.